Immeubles de la MRC des Pays-d’en-Haut

Sainte-Adèle hausse les taxes de 67 %

Émilie Corbeil – Le 17 janvier dernier, la Ville de Sainte-Adèle adoptait un budget imposant une importante hausse du taux de taxation pour tous les bâtiments de la MRC situés sur son territoire, incluant le Centre sportif actuellement en construction. Le siège social de la MRC lui-même, ainsi que le bureau d’information touristique, sont également visés par l’augmentation des taxes.

Il semblerait effectivement qu’une majoration de 67 % du taux soit imposée sur les bâtiments appartenant à la MRC implantés sur le territoire de Sainte-Adèle. La directrice générale de la MRC, Jackline Williams, attend des informations de la direction de la ville de Sainte-Adèle afin de préciser l’impact que cela aura, notamment sur le centre sportif.

À l’annonce de cette mesure, le préfet contenait mal sa frustration, soulignant que les maires et mairesses des villes et municipalités qui participent au projet de centre sportif ont été scandalisés d’apprendre cette décision, d’autant plus que la Ville de Sainte-Adèle profitera largement des bénéfices d’avoir sur son territoire un équipement de cette ampleur. Monsieur Genest promet que le conseil de la MRC verra à défendre les intérêts de tous les citoyens dans ce dossier. Rappelons que sur les 10 villes et municipalités composant la MRC des Pays-d’en-Haut, seule la Municipalité de Wentworth-Nord a décidé de ne pas prendre part au projet de centre sportif. 

En entrevue avec le Journal, monsieur André Genest, préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut, a été en mesure de donner certaines précisions. C’est un règlement spécial, qui a été adopté lors de l’assemblée régulière qui a suivi l’adoption du budget, qui prévoirait cette hausse. On attend toujours la copie officielle dudit règlement.

La mairesse de Sainte-Adèle

Michèle Lalonde, mairesse de Sainte-Adèle, a donné plusieurs précisions au Journal quant à l’adoption de ce règlement. La taxe payée par la MRC, à la suite des discussions avec cette dernière, passera de 0,60 $ à 1,00 $ par tranche de 100 $ d’évaluation, alors que la Ville aurait été dans son droit d’exiger jusqu’à 1,85 $ par 100 $ d’évaluation. Par ailleurs, madame Lalonde aurait fait l’annonce de son désir de mettre de l’avant une telle mesure dès la campagne électorale de l’automne dernier.

Pour la mairesse Michèle Lalonde, il est évident que la Ville bénéficiera de certaines retombées économiques dues à la présence du centre sportif sur son territoire. Il n’en demeure pas moins que plusieurs travaux ont dû être faits et payés par la Ville pour l’accueillir, soit des travaux d’aqueduc et la construction d’un trottoir qui reste à venir, mais qui engendrera vraisemblablement des coûts de l’ordre de 650 000 $. 

Madame Lalonde indique également que la méthode de calcul de la quote-part du centre sportif, au prorata de la population plutôt que de la richesse foncière, fait de Sainte-Adèle la principale payeuse des coûts qui y sont liés, à hauteur de plus de 30 %. D’abord estimés à 1,1 million de dollars par année, ils ont été annoncés à hauteur de 945 000 $ pour les mois de juin à décembre 2022 seulement, ce qui permet de projeter qu’ils seront plutôt de l’ordre de 1 620 000 $ annuellement, sans considérer la hausse de taxes. Elle s’est par ailleurs engagée, à la suite d’une discussion avec le préfet André Genest, à ramener les arguments de la MRC à la table de son Conseil dès lundi.

print