Les échos du conseil municipal de Sainte-Anne-des-Lacs 

Séance ordinaire du Conseil municipal tenue le 14 mars 2022

Jacinthe Laliberté – Après plusieurs mois de rencontres virtuelles, les membres du Conseil, ont regagné leurs anciens quartiers du Centre communautaire. Le Conseil s’est renouvelé : explications de façon plus élaborée, qu’à l’habitude, des sujets à l’ordre du jour et présentation de certains points par les conseillers. Un changement très apprécié. 

Un appui aux Ukrainiens

Dès le début de la soirée, la mairesse, Catherine Hamé, a lu un communiqué qui se voulait une marque de solidarité des élus municipaux et de la population annelacoise au peuple ukrainien.

Après son adoption, le communiqué sera envoyé à de nombreuses instances politiques, notamment, aux premiers ministres du Québec et du Canada, à la ministre des Affaires étrangères ainsi qu’à la Fédération québécoise des municipalités et aux médias régionaux et nationaux.

Comme plusieurs citoyens ont déjà communiqué avec la mairesse pour obtenir des informations, cette dernière a invité toute personne, désirant apporter leur aide, à communiquer à l’Hôtel de Ville. Ils seront mis en contact avec les organismes communautaires qui s’occupent d’accueillir les réfugiés. On parle, ici, principalement de la Croix-Rouge.

Deux nouveaux dossiers 

L’adhésion au Service de médiation conciliation de quartier des Laurentides sera un nouveau service offert aux citoyens afin d’obtenir de l’aide relativement à des litiges de voisinage. Comme de plus en plus de contribuables s’adressaient à la Municipalité pour cette forme de support et que ce type de service n’est pas offert par celle-ci, il fut adopté d’adhérer à ce service au coût de 2 180,64 $ pour une période de trois ans.

Résolution de contrôle intérimaire, un dossier d’importance. Le processus de modification du Règlement de plan d’urbanisme étant débuté, la modification vise à interdire la création et l’ouverture de nouvelles rues, le prolongement et l’ouverture de rues existantes, le développement sous forme de projet intégré et l’exploitation forestière.

Ce à quoi, M. Faucher, citoyen, a réagi en présentant au Conseil sa compréhension de ce contrôle intérimaire. Pour lui, la suspension d’un an et demi de toute forme de travaux d’aménagement et de développement suppose des pertes de revenus pour certains propriétaires. Une possible compensation, pour ces propriétaires, serait à considérer.

La mairesse a répondu qu’en vertu de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, le Conseil municipal pouvait adopter une résolution de contrôle intérimaire afin d’interdire ces interventions. Elle a, ainsi, conclu l’échange : « On prend une pause ».

Des nominations et des embauches

Nominations – Geneviève Morest a été nommée au poste de coordonnatrice en soutien au directeur général, poste prévu au budget. De plus, suite au départ du chef des opérations du service de Sécurité incendie, Vincent Grégoire fut nommé au poste de capitaine.

Embauches – Le camp de jour ouvrira ses portes avec une équipe de seize employés, dont une éducatrice spécialisée et deux accompagnatrices en support aux enfants ayant des besoins particuliers. De plus, la halte-garderie revient, après deux ans d’arrêt. Deux employées ont été attitrées à ce service.

Michel Fournier se joindra à l’équipe des employés des Travaux publics à titre de journalier saisonnier pour la période estivale, embauche qui a été devancée pour le travail de colmatage des nids-de-poule. Finalement, Jessica Perron sera la nouvelle agente de communication.

Des petits dossiers intéressants

Le clocher de l’église, petit dossier, mais d’importance pour le patrimoine de la Municipalité, a été sorti des oubliettes par le citoyen Philippe Faucher. Son propos, la reconstruction du clocher. Le projet, prévu à court terme, avait été énoncé, par le Conseil, il y a fort longtemps. Il venait aux nouvelles.

La mairesse a rectifié les dires de M. Faucher : « La cloche est présentement remisée au sous-sol de l’église. Un montant a été réservé non pas pour la reconstruction du clocher, mais plutôt pour un monument commémoratif ». Monument, clocher ! Le concept semblait plutôt flou. Restera qu’à « s’entendre » pour « entendre », à nouveau, le son de la cloche.

Pour finaliser ces petits dossiers, une politique de subvention relative à l’achat de baril de récupération d’eau de pluie a été adoptée. Ainsi donc, une subvention sera allouée aux citoyens lors de l’achat d’un baril de récupération d’eau de pluie. Des conditions doivent être respectées : un baril par propriété par année et aucune fabrication artisanale. La moitié du coût sera remboursée sur présentation de la facture. La demande devra être faite via le site Web.

Période de questions

M. Jean-Denis Roy a réitéré certaines demandes faites précédemment au Conseil. Le site de sable et de sel situé au bout du chemin des Boutons d’Argent fait partie, selon lui, d’une des problématiques majeures de la Municipalité. 

M. Roy a questionné la date de dépôt du rapport d’une étude concernant la contamination causée par ce site et commandée, antérieurement, par le Conseil. Pour lui, ce rapport est d’importance capitale.

Indéniablement, il espère l’élaboration d’un plan d’action pour la relocalisation de ce site qui se situe dans une zone résidentielle. La circulation régulière, voire incessante, des camions durant la semaine et, en certaines occasions, la fin de semaine est une source de bruit devenue intolérable pour les citoyens de ce secteur. Compte tenu de la gravité de la situation, il a souhaité que des mesures soient mises en place dès que possible.

Conscient que le tout ne se réglera pas rapidement. Sa dernière requête et non la moindre fut à l’effet de sécuriser le site qui, selon ses dires, est accessible à tous. Le site est particulièrement attirant pour les petits, vu les montagnes de neige qui recouvrent les butes de gravier et qui donnent le goût de venir s’y amuser.

print