Communautaire

Foire aux cadeaux

Un événement réunificateur Jacinthe Laliberté – Le service des Loisirs de Sainte-Anne-des-Lacs, considérant la Foire du cadeau comme un évènement réunificateur d’après pandémie, a permis, les 20 et 21 novembre, à 23 exposants de présenter leurs produits, et ce dans le respect des mesures sanitaires. Malgré le fait que seulement 75 personnes à la fois pouvaient circuler dans le Centre communautaire, plus de 800 visiteurs désireux de commencer leurs achats de Noël n’ont pas craint une température un tantinet froide et ont été accueillis par des artisans enchantés de présenter leurs produits après une année de disette. Les visiteurs qui attendaient leur tour pour entrer dans le Centre communautaire, pouvaient, tout à loisir, jeter un petit coup d’œil aux œuvres de certains artistes peintres du groupe « Les Artistes des Lacs » qui exposaient sous un chapiteau extérieur en face du Centre communautaire. Le kiosque de restauration du Radis noir, l’épicerie écolo de Sainte-Anne-des-Lacs, avait trouvé place sur le parvis du Centre communautaire. Des soupes et boissons chaudes étaient disponibles pour toute personne qui désirait se réchauffer. Quel bonheur pour ceux qui avaient le bout du nez froid! L’ambiance était à son meilleur grâce aux chants de la Chorale New-York Musicus Vivace ainsi qu’aux…

Travailler dans un champ

Et être reconnu comme bénévole Jacinthe Laliberté jacinthe.laliberté@journaldescitoyens.ca – Il ne faut pas attendre la semaine des bénévoles pour souligner leur travail. Maxime Belleau, jeune jardinier maraîcher, qui a accueilli, tout l’été, des bénévoles dans ses champs, ne voulait pas passer sous silence le travail de ces personnes et plus particulièrement les liens qu’il a créés avec certains d’entre eux. Les discussions, avec un de ses amis dont la ferme La Récolte de la Rouge, située à Brébeuf, ont amené Maxime qui chérissait l’idée de devenir jardinier maraîcher, à y associer un projet communautaire.  Si travailler dans un champ était une nouvelle orientation qui lui serait bénéfique, elle pourrait l’être pour d’autres personnes à la recherche d’un bien-être « branché » à la terre.  « La terre ne fait pas que donner des produits, elle transfère son énergie à tous ceux qui le désirent », a voulu nous faire comprendre Maxime. Selon lui, chaque bénévole qui est venu travailler était à la recherche d’un complément à leur vie ou à leur routine quotidienne qu’il soit retraité, mère de famille avec son bébé sur le dos, adolescent, collègue de travail ou autre. Ce fut le cas d’Yves, retraité de 72 ans : « Moi, j’allais aider quelqu’un à réaliser…