Route verte
Un cri du cœur des élus

Route verte
Valérie Lépine
Valérie Lépine

Les derniers articles par Valérie Lépine (tout voir)

Depuis novembre 2014, le gouvernement du Québec ne contribue plus à l’entretien de la Route verte. La plus grande véloroute en Amérique du Nord, avec ses 5300 km cyclables, est maintenant menacée. À l’initiative d’Équiterre et de Vélo Québec, les Municipalités de la région se mobilisent et invitent la population à signer une pétition.

En novembre 2014, avec la signature du Pacte fiscal transitoire avec les Municipalités, le gouvernement du Québec a aboli son programme d’entretien de la Route verte. 2,8M$ a alors été retranché du budget d’entretien.

C’est dans ce contexte que Clément Cardin, président de la Corporation du parc linéaire le P’tit train du Nord et maire de Piedmont, ainsi que Bruno Laroche, vice-président de la Corporation, maire de Saint-Hippolyte et préfet de la MRC Rivière-du-Nord, ont convoqué une conférence de presse le 29 septembre dernier.

M. Cardin y a dénoncé la coupure de 327 000$ dans le budget d’entretien qu’a subi la Corporation, soit près de 50% de son budget d’opération. Il a déclaré que les Municipalités et les MRC des Laurentides n’ont pas la capacité financière de combler cette importante somme d’argent. Le journal Accès rapportait également que M.Cardin avait affirmé durant la conférence de presse que la tarification des usagers n’était pas une option pour diminuer le manque à gagner.

La piste du P’tit train du Nord est, selon M. Cardin, la colonne vertébrale des Laurentides. Elle constitue une attraction touristique majeure, une infrastructure sportive intéressante pour les citoyens et un important moteur économique pour la région. En 2014, on a enregistré 1 100 000 passages sur cette voie cyclable et on estime qu’elle rapporte plus de 10 M$ annuellement à la région.

Mais les coupures de Québec mettent sérieusement en danger la pérennité du Parc linéaire le P’tit train du Nord et de la Route verte, déplore Clément Cardin.

Démarches de Vélo Québec

Depuis l’annonce de novembre, Vélo Québec a multiplié les actions auprès du ministère des Transports (propriétaire de l’emprise de la Route verte) pour qu’il maintienne un rôle actif dans l’entretien de ce joyau québécois. L’organisme a entre autres présenté des propositions au Ministère, comme «la détermination d’une ou de plusieurs sources de financement propres: à court terme, en puisant dans le 50 M$ du programme d’aide au réseau routier municipal, et à long terme, en créant un fonds capitalisé» et « la reconnaissance d’un statut particulier pour l’itinéraire panquébécois ».

Pétition en ligne

Lors de la conférence de presse du 29 septembre, MM Cardin et Laroche ont enjoint à la population de signer la pétition mise en ligne par Équiterre. Cet organisme, pour appuyer les démarches de Vélo Québec, a lancé le 26 août dernier une pétition pour sauver la Route verte. Il espérait à ce moment recueillir au moins 20 000 signatures. En date du 13 octobre, 33 631 personnes avaient déjà signé la pétition. Celle-ci sera déposée à l’Assemblée nationale le 26 octobre prochain.

Pour se joindre à ce mouvement, la pétition est disponible sur internet (cliquez ici)

Imprimer