Tendre portrait
La légende de Jim l’Indien…

Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Jasmine ValiquetteCette légende remonte à une vingtaine d’années, le jour de l’Halloween, le 31 octobre, exactement. Un homme surnommé Jim l’Indien, venait directement des hautes terres de l’Ouest du Minnesota, pour installer son habitat traditionnel à Shawbridge. 

Photo courtoisie - Jim l’Indien, venait directement des hautes terres de l’Ouest du Minnesota, pour installer son habitat traditionnel à Shawbridge.

Photo courtoisie – Jim l’Indien, venait directement des hautes terres de l’Ouest du Minnesota, pour installer son habitat traditionnel à Shawbridge.

Deux Indiennes l’accompagnaient, sa femme et sa cousine Mina. Ensemble, ils s’appropriaient le grand terrain devant la maison d’une famille habitant sur la rue Principale. Et de là, ils attendaient les gens du village pour fêter l’Halloween avec eux. Jim aimait le monde de ce coin de pays. Il organisait tout pour que cette journée soit mémorable pour tous, surtout pour les enfants.

Il semblerait que les gens du village préparaient les déguisements des enfants en toute hâte et se rendaient sur le site improvisé de Jim l’Indien. C’était un incontournable pour ceux qui aimaient « courir l’Halloween ». Tous voulaient voir Jim dans ses habits d’indien, incluant sa coiffe de plumes…

On raconte que Jim était heureux de recevoir, dans son tipi, les petits et les grands déguisés, quelquefois en petits montres ou en animaux, en magicien, en sorcier, en citrouille et même en petit Indien. Pour visiter son tipi, il suffisait de faire la queue leu leu devant sa porte et d’être patient, car on ne pouvait entrer tous en même temps… qu’un petit groupe à la fois.

Deux Indiennes l’accompagnaient, sa femme et sa cousine Mina. Ensemble, ils s’appropriaient le grand terrain devant la maison d’une famille habitant sur la rue Principale.

Deux Indiennes l’accompagnaient, sa femme et sa cousine Mina. Ensemble, ils s’appropriaient le grand terrain devant la maison d’une famille habitant sur la rue Principale.

Pour faire patienter les enfants, les deux Indiennes faisaient l’animation. Elles racontaient des histoires fantastiques aux enfants. Elles leur donnaient des friandises et des grignotines qu’ils rangeaient dans leur sac d’Halloween, tout excités. Jim, lui, donnait une roche à chaque enfant, en souvenir de leur passage dans son tipi. Et aux parents, on rapporte qu’il leur offrait un petit boire…! On rapporte aussi qu’il y avait même une fontaine où coulait à flots une limonade à la saveur d’orange sans pareille…

Chaque année où Jim l’Indien passait sur les terres de Shawbridge, il y avait des ajouts sur le site. On a même vu des poneys, les enfants pouvaient faire des tours, il y aurait eu deux polices montées qui gardaient le site, sans oublier le cowboy Tex, qui se pro-menait de long en large sur le terrain avec son beau chapeau, au grand bon-heur des petits cowboys déguisés.

On dit que c’était une belle grande fête, une journée mémorable pour certains… Tout le monde en parlait… même à l’école des petits, on parlait de Jim l’Indien.

Le lendemain de l’Halloween, sur ce même terrain de la rue Principale, tout avait disparu… plus rien. Aucune trace de Jim l’Indien et les autres, aucune trace de son tipi… seulement des odeurs de bon-bons, de roches, d’orangeade, de cowboys, de polices montées, de poneys et de petit caribou…

Êtes-vous de ceux qui ont connu cette époque? Les enfants de l’an deux mille connaîtront-ils Jim, le magnifique…!

On a aimé Jim l’Indien, le généreux, le beau, le gentil, le fraternel, le mystérieux… Reviendra-t-il en ce jour de l’Halloween 2015 qui approche…?

Pour visiter son tipi, il suffisait de faire la queue leu leu devant sa porte et d’être patient, car on ne pouvait entrer tous en même temps…qu’un petit groupe à la fois.

Pour visiter son tipi, il suffisait de faire la queue leu leu devant sa porte et d’être patient, car on ne pouvait entrer tous en même temps…qu’un petit groupe à la fois.

Imprimer