En scène
Cœur de pirate, un cœur entrouvert

Photo : courtoisie En scène - Coeur de pirate
Lyne Gariépy
Lyne Gariépy

Les derniers articles par Lyne Gariépy (tout voir)

Le 16 octobre dernier, Cœur de pirate, alias Béatrice Martin, était de passage à Saint-Jérôme. Un arrêt dans le cadre de sa tournée internationale, avant New York et l’Europe, afin de nous présenter le spectacle issu de son dernier album, et portant le même titre, Rose. Petit aperçu de cette présentation d’En scène.

Pour ce nouvel album, Rose, la jeune chanteuse (tout juste 26 ans), que l’on a découverte avec son album éponyme, suivi de Blonde, a conservé toute sa fraicheur d’écriture, mais a gagné en maturité pour la composition. D’entrée de jeu, c’est une Béatrice qui assume franchement son virage vers un son plus pop et surtout son flirt avec la langue anglaise, qui ouvre son spectacle sur deux pièces dans la langue de Shakespeare. Le choix des morceaux pour la soirée est intéressant, avec un bon équilibre de chansons en français et en anglais, ainsi qu’entre les pièces au piano et celles debout au micro où elle ne fait que chanter, mais surtout entre ses nouveaux et ses anciens morceaux.

Béatrice n’a pas omis de nous bercer avec Comme des enfants, Saint-Laurent, Place de la république (une de mes préférées), ainsi que sa reprise de Wild Flowers des Rolling Stones, parfaitement réussie. Ocean Crawl, une ancienne composition, qui figure sur le nouvel album, est un exemple parfait de la musique de Cœur de pirate, un mélange de mélancolie d’où perce une lueur d’espoir. Elle nous a aussi fait dodeliner de la tête, principalement avec des pièces de son plus récent album, telles que Undone et Carry on. Béatrice nous a également gâté avec The Way back Home, qu’elle a écrit pour sa fille, Romy, afin qu’elle ne se sente jamais seule et qu’elle retrouve toujours son chemin.

C’est avec une confiance en soi plus affirmée (un effet collatéral de la maternité, dit-elle, voulant devenir un exemple pour Romy), que Cœur de pirate nous charme sur scène.

Que ce soit lors de ses interventions parlées entre les pièces, dans lesquelles elle s’ouvre davantage et est plus spontanée qu’à ses débuts, y allant de plusieurs confidences, nous parlant de son déménagement ou de série télé! Ou alors, lorsqu’elle intègre quelques mouvements de danse moderne sur sa musique, on la sent plus à l’aise sur scène, comme dans son corps. Complètement assumée. Un bel exemple pour ses jeunes fans dans la salle, qui eux semblaient comblés par cette soirée mémorable.

Imprimer