Conférence de Paris
Petit lexique anecdotique pour les nuls

La conférence de Paris sur le climat, COP21, qui s’est terminé le 11 décembre a pour but de limiter le réchauffement climatique en dessous de 2 degrés en réduisant les émissions de CO₂. La moitié la plus pauvre de l’humanité est responsable de seulement 10 % des émissions mondiales de CO₂. À l’opposé, les 10 % les plus riches sont responsables d’environ 50 % des émissions de CO₂. Cette réalité place les pays riches devant l’urgence d’agir sur leurs propres émissions de gaz à effet de serre. Rappelons que 195 pays y participent ce qui inclut près de vingt-cinq mille participants.

Acronyme COP21-CMP11 – 21e conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21), alors que le Protocole de Kyoto était la 11e conférence sur les mesures à prendre dans le but de limiter le réchauffement climatique (CPM11).

GIEC créé en 1988 – Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat ayant pour vocation d’évaluer d’un point de vue scientifique l’influence de l’homme dans le changement climatique, d’en mesurer les risques et de proposer des stratégies d’adaptation et d’atténuation.

CNUED – Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement ou connu comme sommet de la Terre ou conférence de Rio en 1992

Conférence de Stockholm 1972 –  Premier colloque mondial sur l’environnement.

La conférence doit permettre aux pays développés de mobiliser 100 milliards par année à partir de 2020 pour aider les pays en voie de développement à lutter contre les changements climatiques, grâce au Fonds vert pour le climat. La part du Canada est de 2,65 milliards sur 5 ans, mais le montant espéré était de 4 milliards d’ici 2020.

  • Le Canada s’engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 30 % en 2030 par rapport à 2005.
  • Les États-Unis pour leur part s’engagent à réduire leurs émissions de 26 à 28 % d’ici 2025 par rapport à 2005.
  • Le 2 novembre 2015 – La Chine et la France prônent un accord juridiquement contraignant.
  • Le 12 novembre 2015 – John Kerry secrétaire d’État américain a fait savoir que l’accord ne sera pas juridiquement contraignant, un avis opposé à ceux de François Hollande et de la Chine.
  • Le 1er octobre 2015 – L’Inde a fait savoir qu’elle ne s’engagerait pas sur la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre qui ont augmenté de 67 % entre 1990 et 2012. Mais elle tentera de réduire son « intensité carbone » (CO2 par unité PIB) de 33 % à 35 % en 2030 par rapport à 2005.

Selon un sondage de l’IOFP (Institut français d’opinion), 81 % des Français pensent que le réchauffement climatique est dangereux, 30 % se disent prêt à changer leur façon de consommer et 22 % leur consommation d’énergie.

Plusieurs ONG ont protesté contre la tenue de ce sommet qui le considère comme une manière de mettre en place un « capitalisme vert »; comme exemple, la présence remarquée de Bill Gates à la table d’honneur, plus grande fortune personnelle au monde.

Pour notre part que peut-on faire à notre échelle ? La sauvegarde de l’eau, le compostage et l’utilisation modérée des énergies fossiles, sont des actions à notre portée de citoyens.

Imprimer