Les Bourses de Vie étudiante
Une valeur humanitaire

École du Champ-Fleuri
Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Sylvie D. Daigneault – La Fondation de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord organise des activités de financement et les sommes ramassées sont redistribuées aux étudiants de la CSRDN. Une de ces activités est la remise de 243 bourses de 100 $ à des élèves du primaire qui se sont démarqués par leurs efforts et leur persévérance au cours de la présente année scolaire.

Ces soirées de reconnaissance ne visent pas tant à reconnaître la performance et le succès comme les efforts et la persévérance d’élèves qui passent souvent inaperçus. Ce n’est pas tant le montant d’argent, mais toute l’attention positive de la soirée qui valorise ces jeunes. Voici la petite histoire de trois d’entre eux.

École des FalaisesLe petit Nathan (TDA*) est assis sagement avec sa maman, il est beau, un peu nerveux, il a mangé des hot dogs pour souper, car c’est un repas spécial pour cette soirée très spéciale. Il désire faire cela aussi bien que son frère quelques années avant lui. Il m’explique qu’il a de la difficulté à rester calme. Quand il a commencé l’année scolaire, il avait des mauvaises journées et quelques bonnes journées; maintenant, avec l’aide de son enseignante et de sa TES, il a des bonnes journées et quelquefois, pas souvent, des mauvaises. Maman est souriante, elle me dit que ses deux fils ont le même problème, mais que grâce au milieu scolaire où ils évoluent, à l’aide qu’elle reçoit, aux programmes de valorisation tels que les bourses ou journée récompense de l’école, elle n’est plus gênée de sa situation et qu’elle fait partie d’une équipe qui ne cherche que l’évolution normale de ses enfants. Son fils est quelqu’un de bien. Son enseignante est venue le saluer dans l’agora et il était fier de lui montrer la chemise neuve achetée pour cette occasion, et de lui dire que dans la salle, les autres membres de sa famille étaient présents. Que de la fierté, et du bonheur dans les yeux de cet enfant. Quand je lui ai demandé ce qu’il ferait avec ces sous, il m’a répondu qu’il allait les partager avec son frère.

École du Champ-FleuriLa petite Amélie est avec sa maman, son papa et son amie (TES). Elle a une belle robe, elle est une enfant différente, elle ne comprend pas vraiment toute la situation, mais elle sait que maman et papa sont très fiers d’elle, et qu’elle fait plein de choses toutes seules et que c’est pour cela la fête des enfants spéciaux. J’ai parlé avec les parents qui ne connaissaient pas les bourses, mais étaient heureux de cette soirée. Pour eux, leur fille est parfaite comme elle est, différente, mais c’est leur enfant. Elle est attachante et a un sourire qui fait craquer. Quand je lui demande ce qu’elle fera de sa bourse, elle me regarde étonnée, me dit tout candidement qu’elle donnera les sous a maman et papa et qu’ils lui feront une surprise. Quand elle est partie dans la salle, elle était accompagnée de sa maman et lui tenait la main très fort. Les parents étaient fiers de leur fille, du chemin fait depuis qu’elle est à l’école, du fait que son professeur reconnaissait tout ce cheminement de leur fille. Cette fête à la persévérance était une idée généreuse.

École Val-des-MontsLa petite Maria est flamboyante, une robe de couleur très colorée, les cheveux bien coiffés, elle rentre dans l’agora d’un pas décidé. Elle est souriante et sûre d’elle, elle est accompagnée de sa maman. Je lui demande de quelle école elle est afin que je puisse la diriger au bon endroit et elle me répond avec un charmant petit accent. Elles sont arrivées depuis moins d’un an et elles ne parlaient pas le français. La mère a suivi des cours de francisation, et la petite a intégré son école de quartier. Malgré le fait qu’elle a commencé son année scolaire avec un retard important au niveau académique, elle a appris à parler et écrire en français. Son enseignante est heureuse de venir la voir à l’agora et de la féliciter encore une fois du bon travail qu’elle a accompli durant cette année. La maman et la fille sont rayonnantes, cette enseignante a développé une belle relation de confiance avec ces nouveaux arrivants. Quand je lui demande à quoi servira sa bourse, Maria me dit que les sous iront à la banque pour son université plus tard, sur quoi je lui demande ce qu’elle voulait faire comme métier, elle me dit une professeure. Selon elle, c’est le plus beau métier du monde, ce à quoi sa maman ajoute que les enseignants sont des ambassadeurs du transfert de la connaissance.

Groupe St-Jérôme 15 mars

  TES: Technicien en éducation spécialisée

*TDA: trouble du déficit de l’attention

Imprimer