Une annonce de fermeture qui bouleverse la communauté

diapo_Pavillon_ste-marie
Valérie Lépine
Valérie Lépine

Les derniers articles par Valérie Lépine (tout voir)

Valérie Lépine – Le Groupe Champlain et le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides annonçaient le 2 mars dernier la relocalisation des résidents du Pavillon Sainte-Marie, situé à Saint-Jérôme. Les deux organismes affirmaient à ce moment que cette décision permettrait d’offrir des milieux de vie plus adaptés aux besoins actuels des résidents.

Le Pavillon Sainte-Marie, situé sur la 113e avenue à Saint-Jérôme, héberge depuis 50 ans des personnes lourdement handicapées. Jusqu’à tout récemment, l’institution hébergeait 63 patients, dont certains y résidaient depuis plus de 30 ans, et employait 131 travailleurs.

Or, le Groupe Champlain, qui administre le pavillon, et le CISSS des Laurentides ont annoncé en mars que tous les résidents seraient relogés au plus tard le 15 avril, puisque les locaux de l’édifice sont maintenant jugés désuets par le ministère de la Santé. Certains journaux ont cependant rapporté que les locaux où seront relogés les patients ne semblent pas répondre davantage aux normes gouvernementales.

Le transfert des patients s’est fait par groupe d’une dizaine dans quatre centres de type ressources intermédiaires situés à Sainte-Adèle et Morin-Heights, dans les CHSLD de Mont-Laurier et de Rivière-Rouge, à l’hôpital de l’Annonciation et dans l’Unité de déficience intellectuelle, physique et d’autisme de Rivière-Rouge. Certains de ces nouveaux lieux de résidence se situent à plus de 150 kilomètres de Saint-Jérôme.

Pour leur part, seuls les 75 employés permanents du Pavillon Sainte-Marie seront réaffectés dans le CISSS des Laurentides, et ce, en respectant les règles de replacement du personnel telles que définies à l’intérieur des conventions collectives en vigueur actuellement. Il y aura donc une cinquantaine de personnes qui perdront leur emploi à la suite de la fermeture du Pavillon.

Lors de l’annonce de relocalisation, le Groupe Champlain et le CISSS ont affirmé que « le meilleur scénario sera […] identifié dans le but d’offrir un nouveau milieu de vie qui répond bien aux besoins spécifiques de chaque usager, tout en leur offrant le confort ainsi que les soins et services nécessaires à leur bien-être. »

Cette relocalisation des patients a pour but de transformer la vocation du pavillon en centre d’hébergement et de soins longue durée (CHSLD). Dans la section Opinions du Journal de Montréal du 10 avril dernier, Lise Ravary rapporte que « le gouvernement de Pauline Marois avait pourtant prévu 38 M$ pour mettre le Pavillon Sainte-Marie à niveau, mais depuis leur arrivée au pouvoir, les Libéraux jurent qu’il s’agissait d’une annonce vide, que le PQ n’avait pas provisionné ce budget. Le PQ, pour sa part, dit que le 38 M$ existait bel et bien, mais qu’il a disparu dans le trou noir de l’austérité. Ou au zoo de Saint-Félicien, dans le comté du premier ministre, qui a reçu une subvention de 26 M$ récemment. »

Une annonce qui suscite de vives réactions

Denise Hudon, présidente du comité des usagers du Pavillon Sainte-Marie et elle-même mère d’une fille handicapée qui réside au Centre, a vivement dénoncé cette décision en la qualifiant « d’euthanasie déguisée ». Elle déplore le fait que ce déracinement va grandement perturber les patients. «Ils n’ont jamais quitté le  Pavillon, certains y vivent depuis 30, 40 ans. C’est un drame pour eux et pour nous leurs parents. Ils vont avoir des troubles d’adaptation physiques et psychologiques évidents,  exprimés du repli sur soi, de l’agitation, de l’agressivité. C’est inévitable».

Mme Hudon déclare d’autre part qu’il s’agit d’une rupture de soins radicale et contraire à toutes les bonnes pratiques dans le cas de cette clientèle à la condition médicale complexe et extrêmement fragile à tout changement de routine. Elle note que le Pavillon Sainte-Marie a grandement contribué à développer une expertise dans ce domaine et est devenu une référence pour la communauté scientifique. «Jamais [les résidents] ne retrouveront l’approche de soins multidisciplinaire et le milieu de vie qu’ils avaient ici » dit-elle. «  Le personnel soignant du Pavillon Ste-Marie s’est occupé de nos enfants comme si c’était les leurs. Il y avait une étroite collaboration et une confiance partagée entre tous les intervenants, qu’ils soient médecins, infirmières, psychologues, ergo ou physiothérapeutes. Nous étions un groupe, on nous isole. Nous étions tissés serrés et aujourd’hui, tous ces liens sont éclatés.»

À l’annonce de cette relocalisation, la CAQ a présenté une motion en chambre qui invitait l’Assemblée nationale à faire part de son indignation quant au projet de relocalisation. Le ministre de la Santé, Gaétan barrette, a cependant bloqué la motion. Le député de Lévis et porte-parole de la CAQ en matière de santé, François Paradis, a qualifié de « sauvage » la fermeture du Pavillon.

Les députés du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau et Sylvain Pagé, se sont dits inquiets de cette annonce. Sylvain Pagé a déclaré que le ministre Barrette ne doit pas laisser tomber les personnes qui y résident.

Enfin, le député de Rivière-du-Nord et chef intérimaire du Bloc québécois, Rhéal Fortin, a blâmé Ottawa : « Le manque de financement du gouvernement fédéral en santé crée une pression immense sur le gouvernement du Québec, qui doit couper non plus dans le gras, mais dans l’essentiel des services à la population. […] On sait que c’est au niveau du gouvernement fédéral que se trouve la marge de manœuvre financière parce qu’il ne livre presque aucun service. »

Demande d’injonction

Le comité des usagers du Pavillon Sainte-Marie a déposé une demande d’injonction le 1er avril en Cour supérieure. La procédure judiciaire intentée par le comité des usagers vise à empêcher la fermeture du centre, mais, à court terme, elle a comme objectif de s’assurer que, s’il y a déménagement, une période de temps suffisante soit prévue afin de ne pas affecter les résidents et que les nouveaux lieux de résidence soient adéquats et pas trop éloignés des familles.

Malgré l’injonction, les premiers patients ont commencé à être transférés le 6 avril dernier. Le Comité des usagers du Pavillon Sainte-Marie enjoint le CISSS des Laurentides de suspendre les transferts d’ici à ce que l’injonction soit entendue le 21 novembre prochain. Ce regroupement soutient que ces déménagements sont contraires à la Loi sur la santé et les services sociaux parce qu’il y a rupture dans la continuité des services et prévient, par le fait même, que le CISSS s’expose à des poursuites dans de tels cas.

Imprimer