Bruno Laroche se joint à la CAQ

Photo Thomas Verville – Entouré de plusieurs députés de la CAQ, Bruno Laroche a prononcé un discours lors de la conférence de presse du 16 juin à Saint-Jérôme.Photo Thomas Verville – Entouré de plusieurs députés de la CAQ, Bruno Laroche a prononcé un discours lors de la conférence de presse du 16 juin à Saint-Jérôme.
Alexandra Girard

Alexandra Girard

Journaliste stagiaire 2015-2016 chez Journal des citoyens
Alexandra Girard

Les derniers articles par Alexandra Girard (tout voir)

Élection partielle dans Saint-Jérôme

Alexandra Girard – C’est durant la conférence de presse du 16 juin dernier que le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a dévoilé le nom du député caquiste qui tentera de remporter l’ancien compté de Pierre Karl Péladeau. Nul autre que Bruno Laroche, préfet de la MRC Rivière-du-Nord et maire de Saint-Hippolyte, portera les couleurs de la CAQ, lors de l’élection partielle dans Saint-Jérôme, prévue à la mi-octobre.

La CAQ détient jusqu’à ce jour quatre comptés dans les Laurentides, c’est-à-dire Mirabel, Groulx, Deux-Montagnes et Blainville, représentés respectivement par Sylvie D’amours, Claude Surprenant, Benoit Charette et Mario Laframboise. Ce n’était qu’une question de temps avant que la circonscription de Saint-Jérôme, avec ses 58 000 électeurs potentiels, tombe dans la mire de François Legault. Celui-ci a déclaré qu’il fallait prendre en main les véritables enjeux chers aux citoyens de la région : la santé, l’économie, la création d’emplois payants, la réduction des impôts et la prématernelle 4 ans, mais « pas de référendum », a ajouté le chef de la CAQ à plusieurs reprises.

Un homme au cœur de la région

Legault souhaite que sa formation politique représente à nouveau le conté de Saint-Jérôme, dont l’ex-caquiste Jacques Duchesneau a été le député de 2012 à 2014. On ne se le cachera pas « Saint-Jérôme est appelé a devenir un pôle économique majeur dans les Laurentides », a affirmé M. Legault. Selon lui, avec sa vingtaine d’années d’expérience en politique municipale, Bruno Laroche s’impose comme un candidat idéal. C’est « un homme qui connaît très bien la région », a-t-il ajouté. Il a commencé sa carrière en 1997 en tant que conseiller municipal de Saint-Hippolyte, ville dont il est le maire depuis 2009.

« La circonscription de Saint-Jérôme, je la connais bien, pour y avoir vécu et étudié, et je souhaite représenter les citoyens de cette ville parce que ce sont des gens de cœur, des gens solidaires », a déclaré M. Laroche. S’il est élu, sa préoccupation première sera le dossier concernant l’hôpital de Saint-Jérôme où le temps d’attente aux urgences environne les 31,18 heures, ce qui est deux fois plus élevé que la moyenne provinciale. Le décrochage scolaire fera également partie de ses priorités. « Le taux de décrochage scolaire de la circonscription se situe à 23,1 % et chez les garçons à 28,9 % », a-t-il indiqué.

À la rencontre des citoyens

Laroche s’engage à faire entendre la voix des résidants de la capitale des Laurentides jusqu’à Québec. « Consacrée à présent ville universitaire, Saint-Jérôme a pris sa place dans l’échiquier régional et mérite une représentation digne de ce nom à l’Assemblée nationale », a-t-il affirmé. L’homme politique prévoit dans les prochains mois rencontrer un maximum d’électeurs afin de prendre le pouls des préoccupations des Jérômiens. « Je suis un homme de terrain, les pieds me brûlent, j’ai hâte de fouler l’asphalte et de rencontrer les citoyens de Saint-Jérôme », a-t-il dit avec conviction.

Précisons que du moment où Bruno Laroche sera assermenté à l’Assemblée nationale, il quittera son poste à la mairie de Saint-Hippolyte ainsi que son titre de préfet de la MRC Rivière-du-Nord.

Imprimer