Les élèves de Piedmont et la CSL

diapo_enfant_Piedmont

Vision claire et détermination

Louise GuertinC’était la rencontre de parents et de citoyens de Piedmont, la veille de la manifestation devant la Commission scolaire des Laurentides (CSL); le but : organiser la manifestation pour marquer un jalon dans la course à obstacles lancée par la CSL et discuter des étapes suivantes.

Le groupe est fluide. Ce soir-là il y a une douzaine de personnes présentes. Un adulte est avec les enfants dans une pièce de la maison pendant qu’on discute stratégie sur la véranda. Il y a des absents, retenus par le travail, ou encore en vacances. Il y a ceux dont les obligations limitent leur participation active. Qu’à cela ne tienne, on va garder les troupes informées.

Piedmontsanssesenfants

L’objectif est clair : « C’est important de trouver une solution à long terme pour offrir à nos enfants une école de proximité en lien avec le réseau social qui leur est naturel. La bibliothèque, le camp de jour ou les activités sportives, tout se passe à Saint-Sauveur », dit Claudine Ouellette une des porte-parole de l’Association des parents et citoyens de Piedmont (APCP). L’adage qui dit que « ça prend un village pour éduquer un enfant » se déroule sous mes yeux. On s’échange les services pour l’organisation des activités des enfants. De toute évidence, ce n’est pas la première fois. La détermination est palpable pour ces parents qui doivent jongler avec les priorités familiales et au travail. Une école de proximité est essentielle à la qualité de l’éducation offerte à leurs enfants et ils ont donc ajouté l’activisme à leur CV, comme une responsabilité sociale.

Depuis décembre, les parents ont essayé de créer un pont avec la CSL en proposant la création d’un programme particulier à Sainte-Adèle ouvert à tous les élèves de la MRC pour ne pas faire de transfert « forcé » d’élèves. À cet effet, l’APCP a fait circuler une pétition recueillant le soutien de plus de 1 200 citoyens et des maires de la MRC des Pays-d’en-Haut. À la CSL, on leur a répondu que ça pourrait être possible, mais pas avant un an. Lors d’une assemblée, un commissaire a suggéré d’ajouter le critère d’acceptabilité sociale pour décider du transfert d’écoles. Jugée trop complexe à administrer, la CSL a décidé de reporter à « plus tard » la révision des critères. Les parents et citoyens de Piedmont qui ont assisté aux assemblées de la CSL parlent du manque de transparence de la CSL dans la prise de décision, avec des exemples à l’appui. Et surtout, ils reprochent à la CSL de ne pas considérer l’importance de la communauté et du réseau d’activités et de supports qui existent et qui participent à la qualité du développement de leurs enfants.

L’APCP va donc poursuivre son action, l’intensifier même, pour trouver une solution à long terme. Jeudi 14 juillet, ils ont déposé 30 plaintes à la CSL contre le transfert de leurs enfants de Saint-Sauveur vers Sainte-Adèle. Le 15, ils ont manifesté.

La CSL a réagi en publiant un communiqué de presse soulignant qu’une quinzaine de dérogations ont été autorisées pour permettre à ces élèves de continuer leur scolarité à l’école élémentaire de Saint-Sauveur. Un parent, Mme Nathalie Rochon s’interroge sur « les frais additionnels de 650 $ pour le transport de l’enfant en dérogation quand un voisin protégé par la règle de la fratrie n’a aucun coût. Ils sont dans le même autobus. » M. Alexandre Beaulne Monette ajoute, « les demandes de dérogations devront être faites chaque année. On peut se demander si c’est une tactique pour épuiser les parents à plus ou moins long terme. Nous souhaitons une solution permanente pour nos enfants. »

L’APCP a donc retenu les services d’une firme, Lévesque Stratégies & Affaires publiques; obtenu l’appui du Conseil qui a approuvé une subvention de 11 500 $, le maire Cardin ayant déclaré : « Ça fait plus de 100 ans que nos enfants fréquentent l’école de Saint-Sauveur. » L’APCP va coordonner la mise en œuvre du plan d’action.

La suite : une levée de fonds auprès des gens d’affaires et du grand public (des boîtes pour recevoir des fonds ont été placés à l’Arc-en-ciel et à l’hôtel de ville) – l’objectif est de 25 000 $; le 6 août, un kiosque de l’APCP sera érigé à la fête de la Famille et d’autres activités qu’ils annonceront d’ici à septembre sur leur page Facebook (Piedmont-sans-ses-enfants – c’est-NON!) On peut les suivre sur Twitter (@APCPiedmont). Les parents peuvent aussi contacter l’APCP à l’adresse : enfantspiedmont@gmail.com.

Imprimer