Comment gagner des fans

Photo: http://yourfavoriteenemies.com/main/fr/pictures/; Le groupe «Your favorite ennemies»Photo: http://yourfavoriteenemies.com/main/fr/pictures/; Le groupe «Your favorite ennemies»
Lyne Gariépy
Lyne Gariépy

Les derniers articles par Lyne Gariépy (tout voir)

Your Favorite ennemies

Lyne Gariepy – Dimanche soir. Il pleut dehors. Mon amoureux et moi on regarde les jeux Olympiques à la télé. On cogne à notre porte. Qui cela peut-il bien être ?

Mon mari va ouvrir, c’est un gars, environ notre âge, peut-être fin trentaine, barbe, cheveux longs. Il nous dit qu’il fait du porte-à-porte pour faire connaître son groupe. Il est équipé d’un haut-parleur portatif. Il nous demande quel genre de musique on écoute. Je lui dis que j’aime bien le rock, surtout l’alternatif comme The cure; mon mari, pour sa part aime mieux le punk, et le métal. Je lui demande quel est son groupe. Il me répond Your favorite enemies. Je lui dis que je connais son groupe, que leurs morceaux jouent à la radio de chom 97,7. Et même que j’aime bien une certaine chanson. Il me la fait écouter. C’est bien celle-là, A view from within.

D’après ce que je connais du groupe, ils ont fait des tournées en Europe (Angleterre, Écosse, France, etc…), en Australie, en Chine et au Japon, en plus des États-Unis et du Canada. Ils ont même participé à Heavy Montréal et été nommés aux Juno awards pour l’album rock de l’année, en 2015. Après une brève visite sur le site du groupe, j’y vois que leurs influences vont de The cure(!), à The clash et Noir Désir. Il avait cogné à la bonne porte. Je lui donne ma carte d’affaires du Journal afin d’être ajouté à leurs contacts médias.

Alors, pourquoi un groupe qui semble avoir une popularité enviable doit-il faire du porte-à-porte ? La réponse de notre colporteur (!) est simplement que malgré les tournées partout dans le monde, leur popularité au Japon, les 200 000 albums vendus dans une quinzaine de pays, et bien, le groupe reste méconnu dans son coin de pays. Il est maintenant basé à Drummondville, dans une ancienne église désacralisée, devenue un studio. Dans un esprit de DIY (do-it-yourself = fais-le toi-même), en plus de faire eux mêmes leurs t-shirts et leurs vinyles, ils ont décidé de gagner un fan québécois à la fois. Chaque membre (ils sont une vingtaine, incluant les six musiciens/chanteurs) passant de maison en maison, lorsqu’ils ont des congés, pour faire écouter leurs chansons. La route qu’ils ont ainsi choisie n’est pas la plus facile, ni la plus traditionnelle, mais elle démontre une bonne dose de ténacité et de volonté. Mais surtout, elle semble fonctionner. J’ai été voir sur le Net, et plusieurs personnes rapportent avoir eu la visite d’un membre du groupe, et acheté un album. Un fan rencontré en personne devient souvent un fan plus fidèle.

Quant à nous, et bien mon mari à acheté l’album Love is a promise whispering good bye, et moi le tout dernier, Between illness and migration, Tokyo session. Il contient les deux chansons que je connaissais déjà, A view from within et Where did we loose each other. En passant, cet album s’est classé premier sur iTunes lors de sa sortie le 17 juin dernier, devant Beyonce, Red Hot Chili Peppers et Adèle. Si je devais décrire leur style musical, je dirais qu’il oscille entre le métal, l’alternatif et parfois l’électronique. Très rythmé; entre le lourd et le planant. Avec toujours des guitares bien présentes, et une trame mélodique accrocheuse. Bref, je ne regrette pas mon achat !

À écouter deux bandes sonores de leurs chansons

Imprimer