Les fourmis télécommandées

Les champignons Ophiocordyceps poussent sur la face inférieure des feuilles des arbres fréquentés par les fourmis charpentières et leurs spores arrivent à pénétrer jusqu’au cerveau de ces insectes et y prendre le contrôle. – photo courtoisieLes champignons Ophiocordyceps poussent sur la face inférieure des feuilles des arbres fréquentés par les fourmis charpentières et leurs spores arrivent à pénétrer jusqu’au cerveau de ces insectes et y prendre le contrôle. – photo courtoisie
Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Pas toujours gentils, les champis!

Marie Morin, Club des mycologues des Laurentides

Plus on en apprend au sujet des champignons plus on s’émerveille de leur «intelligence» et c’est extraordinaire ce qu’ils ont su trouver comme systèmes pour s’alimenter et se reproduire. Mais on est en pleine science-fiction quand on voit ce qu’ils peuvent faire à des insectes pour les obliger à transporter leurs spores à des endroits choisis.

Les fourmis télécommandées

Cordyceps

Les cordyceps, ces champignons ont parfois des propriétés bénéfiques – photo courtoisie

Les champignons Ophiocordyceps poussent sur la face inférieure des feuilles des arbres fréquentés par les fourmis charpentières et leurs spores arrivent à pénétrer jusqu’au cerveau de ces insectes et y prendre le contrôle. La fourmi zombifiée descend alors à un endroit spécifique du tronc où la température est idéale pour la fructification, puis elle mord dans une feuille et meurt.

Le champignon produit des filaments autour du cadavre, puis un pédoncule pousse à l’arrière de la tête de la fourmi pour disséminer les spores.  Des spores sont dispersées et certaines d’entre elles se déposent sur de nouvelles fourmis et le cycle recommence. Les chercheurs présument que les champignons utilisent des neuro-modulateurs pour prendre le contrôle de leurs victimes.

Tous les insectes y passent

Chaque famille d’insectes a généralement ses propres champignons parasites, les Coelomomyces s’attaquent aux larves aquatiques de moustiques, les Entomophtorales aux pucerons et à certains lépidoptères, les Moniliaceae détruisent les coléoptères et les lépidoptères.

L’impact sur l’insecte crée une baisse de la fécondité, une réduction de la résistance au froid et une déficience nutritionnelle. La mortalité des insectes est causée par l’action des toxines, l’obstruction physique de la circulation, l’invasion des organes et la destruction des tissus.

Les tueurs d’abeilles

Depuis une vingtaine d’années, un phénomène appelé syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles est apparu et continue de s’étendre un peu partout dans le monde. Ce phénomène prend la forme de ruches subitement vidées de presque toutes leurs abeilles. Ce syndrome est très préoccupant, car les abeilles sont nécessaires à la pollinisation des arbres fruitiers et des légumes, et on dit que si les abeilles cessent leur travail, l’humanité ne survivra que pendant quelques années.

Chez les abeilles, les chercheurs ont trouvé deux suspects : un virus appartenant à la famille des Iridoviridae et un champignon microscopique unicellulaire Nosema ceranae. – photo courtoisie

Chez les abeilles, les chercheurs ont trouvé deux suspects : un virus appartenant à la famille des Iridoviridae et un champignon microscopique unicellulaire Nosema ceranae. – photo courtoisie

Bien que d’autres causes puissent être responsables, certains chercheurs ont éliminé tous les parasites pathogènes des abeilles qui ne se retrouvaient pas dans tous les sujets de recherches, et, en fin de compte, ils ont trouvé deux suspects : un virus appartenant à la famille des Iridoviridae et un champignon microscopique unicellulaire Nosema ceranae. C’est donc l’association du virus et du champignon qui serait à l’origine du syndrome.

Les abeilles infectées, apparemment conscientes de leur mort imminente, abandonnent leur colonie et s’envolent vers l’inconnu, passant la plupart de leur temps bourdonnant autour des lumières vives les plus proches. Elles se promènent sans but, comme si les parasites dans leurs corps les avaient transformées en « abeilles zombies ».

De bonnes qualités quand même

Malgré toutes ces horreurs, les cordiceps ont parfois des propriétés bénéfiques. C’est le cas du Cordyceps subsessilis qui produit de la cyclosporine laquelle a permis l’essor des transplantations d’organes. En Chine, les cordiceps sont bien connus et on leur prête des propriétés médicinales extraordinaires : augmentation de l’énergie et de la libido, normalisation de la tension artérielle, traitement des maladies respiratoires, effets antioxydants et immunostimulants et bien d’autres.

Imprimer