L’Égypte, une rencontre, un ami

Le Caire, ballade en felouque sur le Nil, au coucher du soleil.
Photo: Diane BraultLe Caire, ballade en felouque sur le Nil, au coucher du soleil. Photo: Diane Brault
Diane Brault
Diane Brault

Les derniers articles par Diane Brault (tout voir)

Tour et détour

Diane Brault – Je n’avais jamais vraiment pensé aller en Égypte. Un jour, je suis devenue amie Facebook avec un Égyptien, M. Samir Samer. Tous les deux nous présentions des photos sur un site de photographes amateurs francophone du monde entier. J’appréciais les photos qu’il publiait de son pays. Par la suite nous avons entretenu une correspondance et nous sommes devenus amis.

pyramide

Le Caire. Vue sur les pyramides de Guizèh (Giza) de la Tour du Caire Photo: Diane Brault

Avec le temps, j’ai découvert que M. Samer était chrétien évangéliste et professeur de français dans un lycée privé au Caire. Plus intéressant encore pour moi, il peignait. Il avait commencé à peindre très jeune, il n’avait jamais suivi de cours et pourtant il réalisait de très beaux portraits intimistes et d’un réalisme frappant. Nous avons alors échangé par écrit sur son art, sur son talent et sur de multiples autres sujets. Un jour j’ai eu le goût d’aller le voir, lui et son pays, l’Égypte.

La vie, une aventure pour moi

En 2015, tout le Moyen-Orient était instable. Je voulais partir en automne et rencontrer mon ami Samir Samer au Caire. Celui-ci m’envoya un message pour m’avertir qu’il y avait eu un attentat et que l’atmosphère n’était pas bonne, parce que le gouvernement, la police et les militaires étaient stressés par le terrorisme du groupe État Islamique. En 2016, la situation n’étant ni meilleure ni pire, mon mari et moi sommes partis pour l’Égypte.

Il a été facile d’obtenir un forfait téléphonique et un accès internet au Caire. Le soir même de notre arrivée, je communiquais avec Samir Samer pour fixer un point de rencontre à une station de métro, pour le lendemain. Le Caire est une ville insensée, tentaculaire, grouillante, débordante d’intensité. C’est une ville d’Afrique de 20 millions d’habitants, c’est impressionnant. Quand je l’ai vu arriver, au sortir de la station de métro, je me sentais vraiment heureuse. Samir Samer était détendu et souriant. Nous avons fait les présentations, lui, de sa compagne et moi, de mon compagnon. Nous avons passé l’après-midi et la soirée tous ensemble. Nous avons mangé et admiré le coucher de soleil en voguant sur le Nil en felouque. C’était magique.

M. Samer, artiste peintre portraitiste. Photo Samir Samer.

M. Samer, artiste peintre portraitiste.
Photo Samir Samer.

Durant les deux jours suivants, nous avons visité avec lui des endroits impressionnants au Caire. Des musées, des pyramides, une citadelle, de vieux quartiers avec des mosquées magnifiques, des lieux d’une grande de beauté. Nous avons partagé des repas, pris des photos dans la rue, mais aussi dans l’intimité de son appartement. Ce fut un réel bonheur et un grand plaisir de goûter la fine cuisine de Mme Sally, son épouse.

  1. Samer a déjà pensé quitter l’Égypte pour s’installer ailleurs, peut-être au Québec. Ayant connu l’Europe, la France lors de ses études, il rêvait de pouvoir s’installer dans un pays autre, un pays plus discipliné. Il rêvait même de pouvoir s’y épanouir comme artiste. Difficile de laisser derrière soi un emploi stable, une épouse, une famille et des amis pour aller vers un avenir incertain. Je lui ai dit : « Le milieu de l’art au Québec est petit et la compétition est très forte. » J’avais compris que le rapport à l’enseignement et au marché de l’art était différent en Égypte. Aujourd’hui, Samir Samer va bien et il partage son temps entre son enseignement et le perfectionnement de son art. Il est devenu l’élève d’un célèbre peintre et portraitiste M. Farahat Zaki et il a eu cet hiver, sa première participation à une grande exposition collective à l’Opéra du Caire; c’est un point de départ pour beaucoup de choses me confiait-il. J’en suis certaine cher ami !

Pour ceux et celles qui voudraient découvrir l’Égypte par les photos de  M. Samer, vous pouvez aller sur Facebook, sur le site Samer Samir Photography.

Pour ses productions artistiques,  ses toiles seront éventuellement exposées sur le site Etsy où il est possible de vendre et d’acheter des œuvres d’art du monde entier.

Farahat Zaki : www.fineart.gov.eg/eng/cv/ Works.asp?IDS=1513

Samer Samir Photography: https://www.facebook.com/Samer-Samir-photography-298429513668824/

M. Samer et son épouse Sally en ma compagnie à la Tour du Caire. Photo: Jean-Guy Joubert.

M. Samer et son épouse Sally en ma compagnie à la Tour du Caire.
Photo: Jean-Guy Joubert.

Imprimer