Canots Nor-West

Photo : Jordan Dupuis; Carle, Mélanie et Dominique Gariépy, les trois petits enfants d'Augustin Gariépy, maintenant responsables de l'entreprise familiale.Photo : Jordan Dupuis; Carle, Mélanie et Dominique Gariépy, les trois petits enfants d'Augustin Gariépy, maintenant responsables de l'entreprise familiale.
Jordan Dupuis
Jordan Dupuis

Les derniers articles par Jordan Dupuis (tout voir)

Les découvertes de Jordan

Dans le cadre de mon incursion dans votre communauté qui se déroulera tout au long de l’été avec le Journal, je vais parcourir cette belle région à la recherche d’endroits mythiques et symboliques, riches en histoire et représentatifs des joyaux ayant un rayonnement local et international. Toujours avare de nouvelles connaissances et expériences, je vous invite donc à vous joindre à moi dans mes péripéties et découvertes, car comme l’a si bien dit Thomas Stearns Eliot, « Nous n’arrêtons jamais d’explorer, et le terme de toute exploration sera le retour au point de départ ». Mon premier arrêt : Canots Nor-West à Prévost.

Jordan Dupuis – Canots Nor-West est une entreprise familiale établie à Prévost, le long de la route 117, depuis plus de 70 ans. La riche histoire de cette entreprise s’amorce en 1911 avec la naissance d’un certain Augustin Gariépy, dans la province de l’Alberta. Un peu d’histoire.

Photo : Jordan Dupuis ; Carle, Mélanie et Dominique Gariépy, les trois petits enfants d'Augustin Gariépy, maintenant responsables de l'entreprise familiale.

Photo : Jordan Dupuis ; Carle, Mélanie et Dominique Gariépy, les trois petits enfants d’Augustin Gariépy, maintenant responsables de l’entreprise familiale.

Selon les informations tirées du site internet de Canots Nor-West, c’est très jeune que M. Gariépy a développé une passion pour les canots en voyant « les Autochtones et les prospecteurs du Nord-Ouest canadien qui s’arrêtaient au magasin général de ses parents ». C’est à Edmonton dans les années 30 qu’il obtient une première chance d’exercer sa passion en apprenant les rouages du métier de construction de canots pour la compagnie Arctic Boats and Canoes. Vers le milieu des années 30, il s’établit au Québec pour fabriquer ses propres canots de cèdre avec une technique qui lui est propre. C’est à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, en 1945, qu’il fonde sa compagnie Canots Nor-West Canoes en s’établissant à Prévost.

À son décès en 1994, ses quatre fils, Jean, Robert, Roger et François Gariépy ont à leur tour pris la relève et perpétué la tradition familiale. Aujourd’hui, c’est aux petits enfants d’Augustin Gariépy, soit Carle, Dominique et Mélanie de prendre le relais et de suivre les pas de leur grand-père dans l’entreprise prévostoise.

Photo : Jordan Dupuis; Toute l’équipe de Canots Nor-West qui produisent et entretiennent les canots de cèdre.

Photo : Jordan Dupuis; Toute l’équipe de Canots Nor-West qui produisent et entretiennent les canots de cèdre.

Au total, ce sont 11 artisans de la région qui sont employés par l’entreprise, fabriquant près de 120 canots par année, dont la longueur varie de 14 à 26 pieds. Ils construisent principalement des canots de « 18, 20, 22 et 24 pieds », nous dit Carle Gariépy, et ce, à hauteur de trois par semaine. De plus, l’entreprise effectue également la remise à neuf des canots endommagés, ce qui représente une bonne partie de leur travail. Canot Nor-West jouit également d’une très grande visibilité en Amérique du Nord : « On vend aux États-Unis, dans les Territories du Nord-Ouest, au Nunavik et à la baie James du côté de l’Ontario », nous dit-il. Ils ont trois gros distributeurs et totalisent plus de 200 points de vente au Canada.

Pourquoi pas en fibre de verre?

Photo : Jordan Dupuis; Un canot de 24 pieds et un de 14 pieds pendant le processus de remise à neuf.

Photo : Jordan Dupuis; Un canot de 24 pieds et un de 14 pieds pendant le processus de remise à neuf.

Malgré que plusieurs compagnies construisent à présent des canots en fibre de verre qui ont l’avantage d’être plus légers et qui requièrent moins d’entretien, l’entreprise locale ne veut pas changer sa formule gagnante. En effet, le canot de cèdre possède « une capacité de flottaison très élevée, il est capable de couper les vagues et plus il est chargé, mieux il va sur l’eau », nous dit Carle Gariépy. Il rajoute que c’est grâce à une combinaison de trois types de bois différents, soit « du cèdre, du chêne blanc et de l’acajou » que le canot est si fiable. À titre d’exemple, lors d’une compétition à Québec où l’on chargeait les canots de 3 200 livres de sable puis les remplissait d’eau, celui de Canot Nor-West est resté en surface. À l’inverse, le canot de fibre de verre a visité le fond. C’est  pourquoi, malgré les innovations qui ont été faites dans le domaine de fabrication de canots, l’entreprise conserve tout de même ses techniques éprouvées au fil des ans, ce qui montre que les nouvelles avancées technologiques ne sont pas nécessairement les meilleures.

On peut même s’étonner de voir leur capacité de flottaison incroyable dans une vidéo où l’on voit trois canots de l’entreprise transporter un camion de type « pick-up » sur un cours d’eau. Cliquez ici pour voir la vidéo

Imprimer