Des entraidants choyés

Plusieurs bénévoles et intervenants ont contribué à réaliser ce projet de sculpture végétale, fait à partir de matières recyclées, le tout sous la direction de Pierrette Lambert de Val-D’Or qui est venue enseigner différentes techniques. La chenille est notamment faite à partir de bouteilles de liqueur et de l’écorce d’arbre.
Jordan Dupuis
Jordan Dupuis

Les derniers articles par Jordan Dupuis (tout voir)

Sous le toit de l’Échelon

Jordan Dupuis – Dans le cadre de la journée porte ouvert Sous le toit de l’Échelon, le Journal a pu visiter les installations mises en place pour les personnes ayant un problème de santé mentale. En raison de la rareté de ce genre d’établissement dans la région, plus de 70 personnes attendent toujours sur une liste d’attente, malgré que les 30 logements à l’Échelon soient déjà complets.

Bienvenue dans le salon d’un entraidant !

Bienvenue dans le salon d’un entraidant !

Rappelons tout d’abord que Sous le toit de l’Échelon est un projet de 6 millions $ qui a pris cinq ans à être réalisé jusqu’à son ouverture en septembre 2016. Il s’agit d’un établissement où les personnes atteintes d’une maladie mentale, peuvent « venir ici pour reprendre du pouvoir sur leur vie, ils participent aux décisions qui les concernent, on ne leur impose rien, c’est volontaire », nous explique une intervenante de l’Échelon lors de la visite guidée. Le centre permet aussi aux membres (appelés « entraidants »), de venir rencontrer les aidants et se faire accompagner dans certaines tâches : « ils peuvent bénéficier du bureau des intervenants quand ils ont besoin de parler et de se changer les idées, on les écoute et ils s’entraident », ajoute-t-elle. Au total c’est plus de 72 « entraidants » qui bénéficient du centre, dont 22 à 36 personnes par jour, « ils s’entraident entre eux, font des liens et ça remonte leur estime », nous dit-elle.

Le centre mise aussi beaucoup sur l’art en offrant notamment plusieurs cours aux « entraidants », où ils peuvent s’exprimer d’une façon plus créative. Chaque année, depuis maintenant neuf ans, ils tiennent une levée de fonds qui a lieu à la place des citoyens à Sainte-Adèle où plusieurs « entraidants » et artistes font don d’œuvres, qui sont mises à l’encan, au profit de l’Échelon. De plus, un jardin communautaire est mis à disposition en face du complexe où les occupants peuvent venir y chercher légumes et épices fraîches ainsi que de parcourir un petit sentier aménagé. Plusieurs autres activités leur sont offertes comme des rencontres sur la vie associative, du yoga, des ateliers d’informatique, des fêtes et sortie, de la cuisine collective et bien d’autres.

Imprimer