Mots et mœurs

Vœux et fêtes

Gleason Théberge – La formulation des vœux ne nous crée généralement pas de problème quand ils sont faits de vive voix, sauf peut-être quant à l’usage répandu de confondre anniversaire et fête. Au Québec, le jour d’un anniversaire, c’est la plupart du temps un Bonne fête ! joyeux et coloré qu’offrent propos courants, formules des cartes de souhaits, affiches imprimées et messages des médias sociaux.

Or, la fête est une réjouissance où l’on peut célébrer tout seul ou en groupe un évènement (la fête de Noël), une valeur sociale (la fête du Travail), une catégorie d’individus (la fête des Mères), un pays (la fête Nationale)… Tandis que l’anniversaire évoque un moment où l’année verse (anni-versaire) vers un nouveau cycle, quand le calendrier ramène une date où un évènement notoire s’est auparavant passé.

Le jour anniversaire (ou l’année, pour les grands événements) n’arrive ainsi qu’une seule fois, alors qu’on peut fêter son anniversaire plusieurs jours de suite. On organise alors une ou des fêtes d’anniversaire où sera chanté le C’est à ton tour… de Vigneault ou un Joyeux anniversaire reprenant la mélodie du Happy Birthday anglais (jour de la naissance) dont la signification est proche de l’anniversaire. Bien sûr, on ne souhaitera pas Joyeux anniversaire à sa mère le jour de la fête des Mères, mais plutôt Bonne fête, maman ; tout comme à l’inverse, on ne devrait pas souhaiter Bonne fête à quelqu’un dont c’est l’anniversaire, mais plutôt Joyeux anniversaire.

Quand il est question d’offrir ses vœux par écrit, cependant, la tentation est grande d’abuser de majuscules contraires au bon sens. Encore là, c’est à l’influence de l’envahisseur anglais qu’il faut résister, pour écrire sobrement qu’on souhaite un joyeux anniversaire, voire une bonne fête. La majuscule, qui n’y apparaîtra d’ailleurs que pour la salutation autonome d’une carte ou pour un simple souhait, tels Joyeux anniversaire, mon amour !, Prompt rétablissement, cher voisin !, ou Félicitations aux nouveaux mariés !

On comprendra qu’il en sera de même pour souhaiter Joyeux Noël ou son extension en Joyeuses Fêtes, où Fêtes prendra la majuscule pour évoquer toute la période allant traditionnellement de la veille de Noël au jour des Rois. Et quand arrivera le Jour de l’An, c’est Bonne et heureuse année, qu’il faudrait écrire, en n’utilisant la majuscule qu’au début de la salutation.

Ne vous fiez évidemment pas aux publicités tapageuses pour connaître les bonnes manières de formuler vos souhaits. La plupart du temps, seul l’argent intéresse les publicitaires; les particularités du français importent peu aux concepteurs ontariens ou étasuniens.

Imprimer