Soutien d’activités physiques et de plein air

Jacinthe Laliberté
Jacinthe Laliberté

Les derniers articles par Jacinthe Laliberté (tout voir)

Assistance financière aux initiatives locales et régionales

Jacinthe LalibertéLoisirs Laurentides, qui parvient en tout temps, à soutenir les projets innovateurs, est en attente d’un programme programme d’assistance financière aux initiatives locales et régionales en matière d’activité physique et de plein air (PAFLIR) pour 2018-2019.

Loisirs Laurentides, organisme reconnu en matière de loisir sur le territoire des Laurentides, a été mandaté par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) pour coordonner un programme dont l’objectif est de promouvoir la pratique régulière d’activités physiques, sportives et de plein air. Ce programme, le PALFLIR, est issu du programme Kino-Québec dont on a souvent entendu parler.

Mieux vaut ça que rien du tout…

Tout organisme à but non lucratif, établissement d’enseignement, municipalité, coopérative voulant obtenir un soutien financier pourra, le faire via ce programme qui se veut, semble-t-il, un soutien, pour amener les organismes à s’autofinancer. Il faut préciser qu’une maigre enveloppe de 30 000 $ a été allouée à la région des Laurentides (Basses et Hautes). Peut-on se permettre de sourire à ce très petit coup de pouce de la part du gouvernement ? Il est à noter que les projets déjà subventionnés par le MEES ne seront pas admissibles.

De plus, certains critères sont quelque peu étonnants. Le premier étant, pour les organismes, de répondre, dans un délai très court, à une dépêche émise par Loisirs Laurentides, qui n’a reçu l’information du MEES qu’à la mi-décembre. Si l’objectif de base est de susciter la création, l’innovation tout en répondant aux exigences du dit programme, le soutien de Loisirs Laurentides est plus que nécessaire pour y arriver.

Le deuxième critère, qui heureusement favorise les organismes, est la subdivision du programme PALFLIR, en deux catégories : plein air et activités physiques. Si les projets ne répondent pas à l’exigence suivante de la catégorie « Plein air » : être réalisés entre le 1er décembre 2017 et le 31 mars 2018, ils pourront déposer un projet modifié dans la catégorie « Activités physiques » qui peuvent se dérouler sur 1 an soit du 1er avril 2017 au 31 mars 2018. Par contre, l’élément « plein air hiver » sera dilué à moins d’être innovateur.

Pour répondre à un plus grand nombre de demandes, Loisirs Laurentides n’a eu d’autre choix que d’ajouter une clause de rétroactivité vu la réception tardive des informations du MEES et de ses critères relativement exigeants vu les circonstances.

Soyez vigilants et commencez à penser à votre projet.

Imprimer