Entrevue avec le maire Paul Germain

Valérie Lépine
Valérie Lépine

Les derniers articles par Valérie Lépine (tout voir)

Des projets plein la tête

Valérie LépineMaintenant que quatre mois se sont écoulés depuis les élections municipales, le nouveau Conseil de Prévost a pu prendre connaissance des dossiers prioritaires et établir ses objectifs. Le Journal a rencontré le maire, Paul Germain, pour connaître où en sont ses réflexions et ses actions quant au développement de la ville.

Rencontré en entrevue le 28 février dernier, Paul Germain dit d’emblée être heureux et avoir plein de projets. Sans minimiser les difficultés inhérentes au travail de maire, il semblait énergisé face à la direction qu’a prise son équipe.

Planification stratégique

Plusieurs des objectifs de l’équipe de Paul Germain se concentrent sur une planification stratégique issue de consultations citoyennes qui, en 2017, ont impliqué 48 Prévostois. Cette planification s’échelonnera jusqu’en 2022.

Les projets mis de l’avant lors de ces consultations citoyennes ne pourront tous être réalisés en même temps. Les priorités ont été établies en fonction de plusieurs critères dont leur impact sur un maximum de Prévostois, leur impact sur la qualité de vie, leur rentabilité et la capacité financière de la ville.

Un de ces projets est de réaliser un plan de mobilité durable pour l’ensemble du territoire. Un travail préparatoire a déjà été réalisé en collaboration avec le MTQ pour arriver à diminuer la vitesse dans des secteurs précis de la 117. Des demandes de subventions ont en outre été faites pour ajouter des trottoirs à certains endroits sur cette artère principale.

Autres projets

Un autre projet concerne la revitalisation des secteurs anciens. Dès cet été, des travaux de réfection majeurs sur les rues Shaw et Principale (Vieux Shawbridge) entraîneront l’installation d’égouts pluviaux, de trottoirs et d’un nouveau système d’éclairage. Tout cela pour éventuellement donner une couleur locale au secteur et attirer des commerces de proximité.

Mais les trois principaux champs d’action en 2018 concernent l’implantation d’un marché public, l’accès à la rivière du Nord et le début d’une réflexion sur de nouveaux aménagements autour de la vieille gare.

Les citoyens pourront donc faire des emplettes au nouveau marché public dès le samedi 16 juin. Pour l’occasion, une vingtaine de tentes seront érigées sur la rue de la Traverse.

Dès cet été, les Prévostois pourront aussi avoir accès à la rivière du Nord à partir de la rue Leblanc. Les gens pourront y apporter leurs embarcations et y stationner leur voiture.

Enfin, un comité ad hoc sera formé pour réfléchir à l’implantation de nouveaux aménagements à la vieille gare pour en faire un lieu d’animation privilégié.

Concernant le Transport adapté et collectif (TAC), Paul Germain affirme que dès 2018, les règles pourront être assouplies (notamment en ce qui a trait à l’obligation de réserver 24 heures à l’avance). Le maire affirme que 2018 sera une année de transition et que dès 2019, l’offre de service sera bonifiée.

Infrastructures

Le Conseil devra aussi réfléchir au renouvellement des infrastructures, notamment les bâtiments publics. « Avant d’être élu, je ne pensais pas toucher à ça », affirme le maire. « Il y a eu évolution de ma pensée. »

Il est conscient que les bâtiments publics (église, centre culturel, presbytère et bibliothèque) ont beaucoup de problèmes et qu’il faudrait investir beaucoup d’argent pour en faire la réfection. Tout cela ne peut se faire cette année. En outre, il a constaté les problèmes causés par la dissémination des bureaux des fonctionnaires : « Ça crée une fonction publique dysfonctionnelle [d’être disséminé dans quatre bâtiments]. Le temps qui se perd et la communication… Là-dessus, on est en réflexion. »

Questionné au sujet de la bibliothèque, qui selon un rapport datant de 2014 est entre autres trois fois trop petite (30 % des 1 000 m2 souhaitables), M. Germain déclare que ce sujet s’inscrit d’une part dans le dossier du renouvellement des infrastructures. D’autre part, le projet d’une éventuelle bibliothèque pourrait s’inscrire dans le plus gros projet d’une école secondaire à Prévost. Le maire a eu l’idée d’un partenariat public-ville (PPV) qui permettrait d’intégrer la future bibliothèque à la future école secondaire. Le nouveau centre culturel pourrait même faire partie de ce projet. Ce qui éviterait de nombreux dédoublements, affirme-t-il. C’est pour cette raison que le Conseil a donné son appui au comité de citoyens qui veulent une école secondaire à Prévost. « Mais la Ville n’a aucun pouvoir dans ce dossier-là. J’attends une rencontre avec la commission scolaire. Et c’est très long… » Paul Germain compte par contre profiter des élections provinciales et du nouveau comté de Prévost pour faire de l’école secondaire un enjeu électoral. « On va avoir une force politique qu’on n’avait pas avant [avec le nouveau comté]. Mais si ce projet n’aboutit pas, nous devrons trouver des solutions à moyen terme pour de nombreux bâtiments. »

Budget

Et le budget ? « Ce qu’on est capable de réaliser cette année [en terme de nouveaux projets comme le marché public], c’est pas qu’on a sorti de l’argent, c’est qu’on l’a trouvé ailleurs ! On a réaffecté des sous. Par ailleurs, si le gouvernement et les autres organismes parapublics continuent de nous envoyer des augmentations1… les défis [seront plus grands dans les prochaines années]. »

Changement de vision et avenir

Est-ce que sa vision a changé depuis qu’il est en poste ? « Oui, entre autres par rapport au renouvellement des infrastructures. […] Et il y a plus de défis que je pensais au niveau organisationnel. Mais [à ce sujet] on a créé entre autres un comité des ressources humaines et des affaires juridiques et on a créé un comité de révisions des programmes qui veut impliquer l’amélioration continue comme principe de gestion dans la Ville. »

Plusieurs autres projets sont à venir. « Je ne peux pas en parler, mais ils sont tout aussi excitants. On va sortir du cadre, on ose. Il y a une conjoncture assez favorable au niveau de mes partenaires de la MRC pour faire des affaires vraiment intéressantes », a conclu Paul Germain.

  1. Augmentations imprévues dans le budget 2018: MRC (quote-part pour le train de banlieue): 250000$; Sûreté du Québec: 100000$; Aréna: 50000$; nouveau trajet d’autobus: 105000$
Imprimer