Situation démographique MRC Pays-d’en-Haut

Jacinthe Laliberté
Jacinthe Laliberté

Les derniers articles par Jacinthe Laliberté (tout voir)

Au printemps dernier, deux représentantes du Regroupement des partenaires des Pays-d’en-Haut ont dévoilé, lors d’une tournée des différentes municipalités, les résultats des analyses de la situation socio-démographique de cette MRC. Sur le thème du développement durable, la présentation avait, principalement, pour but d’identifier les priorités locales au niveau social, économique, environnemental et communautaire et de les transmettre aux différentes instances qu’elles soient municipales ou provinciales.

Priorités locales au niveau social, économique, environnementale et communautaire

Jacinthe LalibertéÀ la demande de la mairesse  Monique Monette-Laroche, Sainte-Anne-des-Lacs fut l’une des premières municipalités à accueillir la « Tournée 2018 » à laquelle un grand nombre de citoyens ont assisté, non pas comme simple participant, mais, aussi en tant que protagoniste de cette analyse exhaustive.

On retrouve dans les municipalités de moins de 2000 habitants le plus grand pourcentage de personnes de 65 ou plus

Ève Robinson et Johanne Lavoie, organisatrices communautaires et principales interlocutrices, ont dévoilé, les unes après les autres, les différentes statistiques décrivant les conditions de vie de la population et par le fait même les enjeux qui en découlent.

Travaillant pour le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides et étant en support au Regroupement des Partenaires des Pays-d’en-Haut, elles étaient, sans contredit, leurs porte-parole. Un bref exposé sur l’historique de cet organisme permit, aux participants, de comprendre ses rouages.

Le Regroupement des Partenaires des Pays-d’en-Haut est une instance reconnue en matière de développement social sur le territoire de cette même MRC. Existant depuis 1998 et issu du premier forum des tables de concertation de la MRC des Pays-d’en-Haut, il a été pressenti, au cours des années, comme l’instance pouvant faire le lien entre les différents intervenants concernés par des problématiques fondamentales touchant le développement social.

Il s’est donc donné comme mandat de travailler au niveau local dans le but de mobiliser les instances communautaires et socioéconomiques pour parvenir à développer des stratégies communes dont l’une d’elles repose sur la mise à contribution des ressources du milieu déjà très présentes dans la communauté.

Les deux municipalités les plus populeuses sont celles de Sainte-Adèle et Saint-Sauveur qui représente près de 55% de la population totale de la MRC

Pour ce faire, ce Regroupement s’est doté d’un conseil d’administration composé de collaborateurs de différents milieux, dont ceux de l’éducation, de l’économie et de l’environnement, pour n’en citer que quelques-uns. Gisèle Dicaire, mairesse de Sainte-Marguerite-Estérel, fait partie de ce conseil à titre de représentante des élus municipaux. Différents membres de tables de concertation ou d’organismes œuvrant sur le territoire de la MRC complètent ce conseil d’administration.

« Grâce aux interventions de tout un chacun, membres du conseil d’administration et travailleurs de terrain des organismes, le souhait du Regroupement des Partenaires des Pays-d’en-Haut est de promouvoir une vision commune dans le but de développer des actions appropriées pour améliorer les secteurs socio-économiques des municipalités, » de mentionner Johanne Lavoie.

Les mesures démographiques, la pierre angulaire des enjeux

Le développement social

D’entrée de jeu, Johanne Lavoie, l’une des conférencières, mentionna que certaines des données de la présentation provenaient de statistiques établies en 2016 et que d’autres, comme le recensement de la population, résultaient des mesures démographiques de 2018. Elle a précisé que ces données ne concernaient que la population ayant une résidence permanente. Ceci excluait, donc, les occupants des résidences secondaires ou les saisonniers.

La population, dite permanente, est évaluée à 43 745 habitants pour les dix municipalités de la MRC des Pays-d’en-Haut (MRC PDH). Les deux municipalités les plus populeuses sont celles de Sainte-Adèle avec ses 13 262 habitants ce qui représente environ 30 % de la population totale de la MRC suivie de Saint-Sauveur avec 10 752 citoyens (24,6 %). Sainte-Anne-des-Lacs (3 757) et Piedmont (3 132) détiennent les 4e et 6e places.

Depuis 2011, l’accroissement de la population se fait à un rythme modéré. « Une population en croissance présente des avantages pour le développement économique d’une communauté », a expliqué Mme Lavoie. L’augmentation de la population est due à deux facteurs : l’accroissement naturel (naissance moins les décès) et la migration interne (document de référence du Centre intégré de santé et des services sociaux des Laurentides (CISSS).

Le nombre de naissances est un indice démographique important dans l’accroissement d’une population. Depuis les dix dernières années, plusieurs municipalités ont maintenu une moyenne d’environ 25 naissances. La mairesse de Sainte-Anne-des-Lacs a corroboré cette donnée. « En effet, depuis 2007, il n’y a pas moins de 25 enfants par année qui sont nés sur notre territoire ce qui fait une moyenne de 31 naissances à ce jour ».

Par contre, Piedmont, avec une population un peu moins importante, présente une moyenne de 16 naissances. La municipalité de Saint-Sauveur, quant à elle, se retrouve à la deuxième position. Sainte-Adèle étant, avec sa population la plus élevée, au premier rang avec 106 naissances.

Comme elle l’avait mentionné précédemment, l’accroissement d’une population est aussi dû à la migration interne qui se définit par l’arrivée de personnes sur son territoire. D’ailleurs, selon les documents du CISSS, la MRC montre une forte proportion de nouveaux résidents.

On peut associer la venue de personnes âgées entre 45 à 64 ans, à de jeunes retraités et à celui des 25 à 44 ans, à de jeunes familles. Par ailleurs, la population est composée majoritairement de citoyens âgés de 35 ans et plus. Mme Lavoie a conclu ce chapitre en précisant que l’âge moyen dans la MRC des Pays-d’en-Haut est de 48,9 ans.

La proportion des aînés (65 ans ou plus) est, tout de même, plus importante que celle des jeunes de moins de 20 ans, et ce dans toutes les municipalités. Ainsi, les personnes âgées de 65 ans et plus, selon Mme Robinson, autre conférencière, constituent près du quart de la population de la MRC des Pays-d’en-Haut.

Fait à signaler, on retrouve dans les municipalités avec moins de 2 000 habitants le plus grand pourcentage de personnes de 65 ou plus. Saint-Sauveur détient la 4e place avec 32,4 % et Piedmont la 5e avec 28,6 %. Quant à Sainte-Anne-des-Lacs, elle est avant-dernière avec 21,1 % de (tableau 2).

Les prévisions démographiques du CISSS démontrent que la population des 65 ans ou plus devrait s’accroître beaucoup plus que l’ensemble de la population de 2016 à 2021. Le vieillissement de la population n’est pas, nécessairement, un aspect à connotation négative. L’implication sociale des aînés est un apport important pour une communauté, » a renchéri Mme Lavoie.

Pour conclure le dossier démographie, l’une des animatrices est revenue à l’élément central de la présentation : le développement social, premier pilier du développement durable qui est, selon elle, intimement lié à l’action municipale.

Imprimer