Maison Aloïs

Michel Fortier

Michel Fortier

directeur, rédacteur en chef chez Journal des citoyens
Michel Fortier

Les derniers articles par Michel Fortier (tout voir)

Hommage à Lucile Beaudoin, une fondatrice

Michel FortierLe 16 novembre dernier, les amis de la Maison Aloïs Alzheimer ont rendu hommage à Lucile Beaudoin, une des fondatrices de la Maison Aloïs avec feue madame Louise Guérin.

Sans relâche, depuis 1999, Mme Beaudoin a fait des démarches auprès de toutes les instances possibles afin de les sensibiliser au besoin des personnes atteintes d’Alzheimer, elle s’est impliquée sur tous les comités de travail en santé afin de faire connaître cette maladie et, en parallèle, elle est restée disponible auprès de personnes atteintes d’Alzheimer. Tout ce travail a permis la réalisation de la maison Aloïs Alzheimer. Aussitôt les portes ouvraient à la clientèle atteinte d’Alzheimer qu’elle quittait son poste de présidente afin de les accueillir : ces années de travail avaient porté fruit, elle pouvait enfin faire ce qu’elle aimait le plus ! Plusieurs personnes ont eu à cœur de rendre hommage à cette grande dame aujourd’hui âgée de 91 ans.

Au cours de la soirée, plusieurs témoignages lui ont été livrés dont celui de Denis Samson : « On s’est connu, je crois en 1999, à la halte répit. Je venais de prendre ma retraite et Mme Guérin m’avait recruté… Toi, tu accompagnais ta sœur qui était atteinte de la maladie. Comme je n’y connaissais rien, après une couple de rencontres, je trouvais ça tellement triste que j’avais presque décidé que ce n’était pas pour moi. Mais j’y suis retourné une dernière fois avant d’abandonner. J’ai alors vu des femmes comme toi, Lucile : Louise, Claire, Rachel et les autres accompagner ces personnes dans la joie et la tendresse. C’est là que j’ai appris mon métier de bénévole auprès des personnes atteintes. J’ai appris à voir ce qui leur restait de beau et de bon plutôt que de voir ce qui leur manquait… Ensuite, je t’ai vu travailler sans relâche pendant toutes ces années avec une détermination qui nous faisait tous envie. Merci d’être passée dans ma vie. Tu continues de nous inspirer bien plus que tu ne le penses… »

Lorsque Mme Beaudoin a pris la parole afin de les remercier pour cet hommage, elle s’est empressée de rappeler que le travail n’était pas fini, que si la maison de répit existait maintenant, il fallait remettre l’épaule à la roue afin de réaliser une maison où pourraient habiter les personnes atteintes d’Alzheimer, le rêve initial et primordial de celle-ci.

Imprimer