Plein air

Anthony Côté
Anthony Côté

Les derniers articles par Anthony Côté (tout voir)

Réussir la cohabitation dans les sentiers

Anthony CôtéL’arrivée de la neige dans les sentiers diversifie les activités de plein air… et avec le nombre grandissant de randonneurs, les sources de conflits peuvent augmenter.

Plusieurs des sentiers à Prévost, Piedmont et Sainte-Anne-des-Lacs sont multifonctionnels en hiver, c’est-à-dire qu’ils peuvent recevoir plusieurs activités de plein air, séparément ou simultanément. Des exemples de cette pluralité d’usage sont la raquette et le vélo à pneus surdimensionnés (Fatbike) qui sont souvent pratiqués dans le même sentier, ou encore le ski de fond et la raquette qui partagent parfois un large sentier avec chacun leur traçage respectif. Avec le nombre toujours grandissant de randonneurs, ceci implique qu’ils doivent respecter l’activité de leur voisin. Mais faut-il encore que chacun sache ce qu’il faut faire pour ne pas gâcher le plaisir de son « coloc ».

Ski de fond

Une justification existe chez les amateurs de raquettes à savoir qu’en traçant en raquettes la neige nouvelle, ceci sera plus agréable pour les fondeurs. Hélas, c’est faux ! Pour la pratique du ski de fond, le skieur préfère, au minimum, damer la piste lui-même. Ensuite, il skie dans les traces du skieur précédent. Pour plusieurs, le nec plus ultra est souvent de skier dans des pistes damées mécaniquement (ski de fond classique). Ce qui est essentiel ici, c’est que le traçage d’un fondeur soit respecté dans la mesure du possible et en contrepartie, que le fondeur, si possible, laisse de la place aux randonneurs en raquettes dans un sentier partagé. Ceci suppose un sentier d’au moins deux mètres de largeur, en deçà duquel les deux traçages risquent de se confondre dû aux multiples passages des randonneurs en raquettes. C’est la raison pour laquelle, dans bien des cas, des sentiers seront réservés pour chaque activité. Dans la Forêt Héritage, la largeur de l’emprise le permettant, une affichette est placée entre les deux tracés pour rappeler aux randonneurs leur place respective. Si vous êtes le premier à fouler la poudreuse dans un sentier double, SVP respectez la consigne et ne vous promenez pas en zigzaguant sur la pleine largeur de l’emprise des sentiers. N’oubliez pas que les prochains randonneurs risquent de « suivre vos traces ». Attention : les nouveaux skis-raquettes ne doivent pas se balader dans les sentiers damés pour le ski de fond classique, car ils sont trop larges. Ils sont très bien pour ouvrir un sentier de raquettes ou de « Fatbike ».

La raquette et le vélo à pneus surdimensionnés

Le fait que ces deux sports peuvent partager le même espace peut être aussi une source de conflit. Ce qu’il est important de se rappeler est que le randonneur peut être surpris par un cycliste et vice-versa… Soyez vigilant, que vous soyez en raquettes ou à vélo, surtout dans les sentiers sinueux ou à pente raide : vous n’êtes pas nécessairement seul ! De plus, amateurs de « fatbike », les randonneurs en raquettes sont vos alliés : ils préparent la piste même lorsqu’elle est tracée mécaniquement pour le vélo, car pour le traçage avec un Snowdog, un premier passage en raquettes peut être nécessaire.

La marche (sans raquettes)

Il est souvent possible de marcher sans raquettes dans les sentiers de raquettes, mais attention : si la neige dans le sentier ne supporte pas votre poids, SVP vous abstenir… ou mieux, allez mettre vos raquettes ! Une règle simple à suivre : pour votre première sortie après une chute de neige, mettez vos raquettes. Sinon, vous risquez de trouer le sentier pour les autres randonneurs/piétons qui ont attendu le durcissement du tracé et ceci, pour des semaines à venir. De plus, vous rendez la randonnée à vélo à pneus surdimensionnés plutôt désagréable, voire frustrante. Changements climatiques obligent, SVP et sans exception, mettez vos raquettes pour faire une randonnée par temps doux ou après une pluie et ceci, juste qu’à ce que les pistes soient gelées à nouveau.

Note sur le hors-piste

Le hors-piste peut être tentant, mais ne sortez pas des sentiers balisés que ce soit en ski-raquettes, en raquettes ou en ski. Avec le nombre grandissant d’usagers et la densité du réseau de sentiers existants, cette pratique peut avoir un impact négatif sur la faune et la repousse forestière. Invariablement, les jeunes arbres en souffriront et d’autres randonneurs risquent de suivre votre mauvais exemple… en empruntant votre sentier délinquant qui, lentement mais sûrement, peut devenir un réseau parallèle. Ceci est particulièrement vrai dans les sentiers du Parc de la Coulée où les sentiers sont en mutation avec le développement de nouveaux secteurs résidentiels. Des nouveaux sentiers « officiels » sont en cours d’implantation et de balisage. Certains sentiers seront déplacés ou même fermés d’ici le Nouvel An. Suivez l’évolution sur le site Facebook « Parc de la Coulée ».

Imprimer