Budget 2019 de la municipalité de Piedmont

Pourquoi ne pas viser l’équité sociale ?

Louise GuertinDans le débat sur le budget, il manque de l’information pour que les citoyens aient une image claire des orientations de l’administration Rochon et du rythme des dépenses qu’elle impose. Est-ce normal que la croissance du budget dépasse de plus de 4 % l’inflation ou même la croissance de la valeur de l’évaluation foncière ?

La mairesse répète que l’augmentation de la valeur immobilière est une bonne chose en fixant son attention sur l’augmentation des revenus de la Municipalité. Qu’en est-il de ces citoyens, les plus nombreux, qui ne font pas de spéculation et qui ont comme projet d’habiter leur maison le plus longtemps possible ? Comme tout le monde le sait, le marché fluctue et la valeur foncière n’est pas le critère déterminant pour fixer un prix de vente. À court terme, les citoyens doivent vivre à l’intérieur de leur budget personnel qui est loin d’égaler les augmentations planifiées par les élus de Piedmont.

Le budget 2019 fait la démonstration que le Conseil a projeté des dépenses avant d’encaisser les revenus liés aux projets de développement pour 2019 et 2020 (camion, ajouts de quatre postes, restauration du réseau d’aqueduc sur une partie de la 117; quoi d’autre ?).

Les scientifiques ne cessent de souligner l’urgence d’agir pour réduire notre empreinte écologique, réduire nos dépenses familiales. Est-ce que ce ne serait pas également la responsabilité des élus quand ils planifient de dépenser l’argent des contribuables ?

La mairesse rêve d’un nouveau centre communautaire avec bibliothèque. Elle rêve d’aménager le parc Gilbert-Aubin et d’un accès à la rivière au parc chemin du Pont, sans parler des contraintes physiques et environnementales de ce type de projets. Il est essentiel de mieux informer les citoyens des coûts à moyen et à long terme.

La Loi 122 adoptée en 2017 accorde de nouveaux pouvoirs ainsi que des exigences de reddition de compte aux Municipalités tenant comme un fait acquis l’implication des citoyens. Par exemple, les Municipalités doivent publier à tous les ans les salaires de chaque élu et l’information sur le budget pour une période de deux ans.

Piedmont publie sur son site son plan budgétaire ainsi que les états financiers sur deux ans (difficile à déchiffrer pour le commun des mortels); je n’ai pas trouvé l’information sur les salaires des élus. Il faut plus d’information : un tableau comparatif des dépenses des trois dernières années avec des commentaires explicatifs; et un tableau des revenus en scindant la richesse foncière existante de celle prévue par les projets à venir.

Dans les deux discussions sur le budget auxquelles j’ai assisté, je n’ai pas perçu de préoccupations pour les jeunes familles, les aînés et leurs revenus à croissance nulle ou limitée. Je n’ai pas entendu non plus d’analyse d’impact au niveau écologique (en profondeur incluant les aspects économiques) des projets à venir.

Le cadre qui régit l’évaluation de la valeur foncière de nos résidences est basé sur les lois du marché. Ce n’est pas un système équitable ou même une science exacte. Un examen rapide de la croissance des budgets à Piedmont permet de constater que la richesse municipale n’a pas été tirée exclusivement de la croissance du parc immobilier. On a également misé sur l’augmentation de la charge fiscale des citoyens.

Mon souhait pour 2019 : voir un meilleur partage d’information financière et sur l’efficience qui reconnaît l’intelligence des citoyens ainsi que la démonstration par des gestes concrets d’une conscience sociale et écologique.

Précis sur la loi 122 pour les citoyens : http://www.mamh.gouv.qc.ca/fileadmin/publications/organisation_municipale/democratie_municipale/democratie_municipale_participation_citoyens_pl_122.pdf

Imprimer