Régie du parc RDN

À plusieurs endroits, le long de la piste du Cheminot, des barrières sécurisent les côtés où des glissemenets de terrain vers la rivière ont eu lieu. –Photo : Michel Fortier
Carole Bouchard
Carole Bouchard

Les derniers articles par Carole Bouchard (tout voir)

Enjeu de glissements de terrain

Carole Bouchard – La piste du Cheminot qui longe la rivière de Nord à Prévost, comporte ses beautés et ses dangers. Sur une distance de plusieurs centaines de pieds, le terrain en pente qui jouxte la piste, après des fortes pluies, glisse vers la rivière, obstrue le sentier… et dévoile ses secrets cachés.

En juin 2014, s’est produit un important glissement de terrain sur ce sentier qui avait demandé des travaux majeurs dû au danger du bris de la conduite d’égout sanitaire, et entraînant d’importantes dépenses à la Ville de Prévost. Un casse-tête administratif, puisque les frais encourus sont la responsabilité de la régie du Parc de la Rivière-du-Nord.

Plusieurs lieux à stabiliser

Les ondées du printemps dernier ont donné des sueurs froides au maire Paul Germain. Il y a maintenant six lieux où des interventions seront nécessaires, car le talus s’est effondré sur la piste. Des travaux qui devront être effectuées à court ou à moyen terme, dont les couts sont évalués à 1 034 000 $. « Il faut savoir que sur la piste du Cheminot, il y a notre collectrice d’égout de Shawbridge et Lesage. Advenant que la piste continue à s’effondrer, c’est directement dans la rivière que se viderait nos égouts.», de dire Paul Germain en assemblée du conseil le 10 juin dernier. « Mais il y a plus grave encore, la piste abrite aussi la conduite maitresse de gaz naturel d’Énergir (anciennement Gaz Mé-tropolitain) qui se rend jusqu’à Tremblant. Advenant un glissement important du talus, cette conduite se briserait dans la rivière. Essayez d’imaginer les conséquences au niveau de la sécurité des citoyens et les séquelles environnementales », a fait savoir le maire.

Des enjeux importants

La gestion de cette piste appartient au Parc régional de la Rivière-du-Nord et celui-ci a un contrat avec le ministère du Transport du Québec (MTQ) qui est le propriétaire du fond de terre. Mais l’entretien est de la responsabilité de la régie du Parc régional de la Rivière-du-Nord. Puisqu’il faut que les choses bougent, l’hiver dernier, la Ville de Prévost a envoyé une mise en demeure au Parc afin qu’il ouvre le dossier et procède.

En vertu de la Loi sur les cités et villes, puisque Prévost fait partie d’une régie intermunicipale et qu’il souhaite décréter un emprunt, le règlement R-16 doit être approuvé par les cinq Municipalités qui la composent. Ce règlement stipule que la régie intermunicipale du Parc régional de la Rivière-du-Nord autorise un emprunt pour le financement des honoraires professionnels d’ingénierie et des travaux de stabilisation des talus situés dans le secteur Prévost.

L’enjeu est important, car tous les élus des cinq Municipalités deviennent responsables des coûts encourus qui pourraient être multipliés par cinq, advenant un autre glissement qui, lui, serait estimé comme une négligence considérant les faits connus.

Imprimer