Échos du Conseil de Ville de Piedmont

Assemblée régulière du 3 juillet à 19 h.

La paix !

On associe le son dans un milieu naturel à un état zen. Plusieurs citoyens sont venus expliquer qu’ils se sont installés à Piedmont pour profiter pleinement de la nature et du calme qu’elle procure. La circulation des camions et des motos qui a augmenté de façon significative dans les rues, débutant toujours plus tôt le matin; les coupes d’arbres et les travaux de mécanique incluant le rinçage de moteurs à répétition la fin de semaine semblent aller à l’encontre du respect des normes et perturbent la quiétude du quartier.

Un couple a voulu sensibiliser le Conseil aux problèmes de location courte durée et l’encadrement insuffisant qui permet des situations déraisonnables comme 17 voitures chez le voisin et de la musique forte jusqu’à tard la nuit. La visite de policiers n’a rien réglé puisque le lendemain soir le bruit retentissant a augmenté.

Ces citoyens, habitant des deux côtés de la Rivière, ont demandé à l’administration d’être plus vigilante à faire appliquer les règlements ou de les améliorer et prévoir des moyens de contrôle plus efficaces.

Mme Rochon a indiqué qu’elle prévoit rencontrer le représentant de la SQ pour Piedmont à ce sujet. Elle veut également mettre sur pied un comité afin d’identifier des solutions et à encourager les citoyens à porter plainte et à produire de la preuve. Souvent à l’arrivée de la police, le problème s’est résorbé.

Parcs, jardins, enseignes

Le Conseil a approuvé une étude de sol par SM Inc. au montant de 7 933 $ (taxes incluses) et un contrat de 14 880 $ à KAP, firme d’architecture du paysage choisie parmi quatre firmes pour la suite d’un plan directeur du parc Gilbert-Aubin. La mairesse,

Mme Rochon, a souligné les nombreux défis à relever : la protection des berges et l’accès à la rivière, les fortes pentes et le sol de remblai. À partir de l’étude de sol, on pourra choisir le meilleur emplacement pour un bloc sanitaire.

Afin de respecter les normes relatives à la protection des bandes riveraines, la municipalité a cessé la tonte près des berges, comme au parc Chemin du Pont. On planifie l’an prochain de fleurir la berge avec des arbustes comestibles.

Les Fleurons du Québec feront leur évaluation de Piedmont le 15 août. Pour augmenter ses chances d’obtenir la note parfaite, soit cinq fleurons, l’administration Rochon a prévu l’ajout de deux nouvelles catégories, soit celle de « rue fleurie » de dix résidences et moins et « rue fleurie » de plus de dix résidences. On prévoit ajouter une affiche pour indiquer les rues primées. Pour ma part, j’opte pour plus d’arbres et moins d’affiches.

En parlant d’enseignes, l’administration prévoit ajouter deux affiches « au revoir Piedmont », chemin Avila et chemin Jean Adam, et une affiche « Un arbre, un enfant » pour un total de 16 688 $ plus taxes.

Environnement

Le Conseil a approuvé un contrat additionnel à la firme Tetra Tech afin de répondre à des besoins d’expertise plus pointue pour l’entretien des réseaux d’aqueduc et d’égout. Le taux horaire est fixé à 65 $/h et le contrat ne pourra dépasser 25 000 $.

Mme Rochon a expliqué que la couleur brune de l’eau n’affecte en rien la consommation, mais n’est pas recommandée pour la lessive. La couleur est causée par la présence de manganèse qui réagit au contact du chlore. Pour résorber ce problème, la Municipalité effectue le rinçage du réseau et la vidange de quelque 222 bornes-fontaines. Des études sont prévues avec la participation de la Ville de Saint-Sauveur qui s’alimente à l’un des puits à Piedmont. Il semble qu’un des problèmes est l’augmentation du pompage et donc des besoins en eau.

Urbanisme

Boulangerie bistro Merci la vie – Une consultation s’est tenue le 26 juin en présence de plusieurs résidents du chemin du Pont. Les personnes présentes se sont dits en accord avec l’arrivée du commerce. La prochaine étape : toute personne en désaccord avec le projet a jusqu’au 30 juillet pour signer le registre demandant la tenue d’un référendum; douze signatures de personnes de la zone sont requises.

Toiture végétale – La demande de construction d’une maison unifamiliale, chemin de la Rivière, incluant un abri d’autos à toit plat et végétal a été refusée. Pourquoi ? La Municipalité n’a pas de règlements pour régir la construction de toitures végétales et préfère les toits en pente jugés plus « champêtres ». De plus, selon les commentaires recueillis, rien n’est prévu pour assurer la permanence d’un tel type de toit.

Imprimer