Roses des Andes

Lors d’une fin de semaine d’emballage au Super C de Saint-Canut en décembre dernier, l’équipe, aidée d’une dizaine de bénévoles, a pu amasser plus de 2500 $. Ici, Katie et Rachelle sont entourées de Sabrina Beaulieu et Mélissa Vaudry, venues leur prêter main-forte.

Émilie Corbeil

Journaliste stagiaire chez Journal des citoyens

Les derniers articles par Émilie Corbeil (tout voir)

Deux Prévostoises au rallye de l’édition 2019

Émilie Corbeil – Du 21 avril au 3 mai prochain, Katie Bujold et Rachelle Letarte, deux Prévostoises, auront la chance de réaliser un grand rêve : celui de participer au rallye Roses des Andes, en Argentine. Un rêve pour lequel quelques trois années d’efforts soutenus ont été nécessaires.

Avoir la patience de ses ambitions

Travaillant ensemble auprès d’élèves à besoins particuliers, les deux collègues rêvent de dépassement. L’idée de participer au Rallye leur a été inspirée par des connaissances qui ont témoigné des changements que l’aventure avait apportés dans leurs vies.

Mais pour y arriver, il en aura fallu du temps! C’est au printemps 2016 qu’elles ont décidé, ensemble, de s’inscrire à l’Édition 2017. Faute d’avoir les fonds suffisants, elles ont dû reporter leur départ à 2018, puis à 2019 pour les mêmes raisons. Il faut dire que le projet s’accompagne d’une facture salée : 30 000 $ par équipe de deux personnes.

Depuis 2016, donc, elles se serrent les coudes et investissent pratiquement tout leur temps libre dans des activités de financement. Marchés de Noël, emballage au Super C, tirages de billets de hockey et de crédits-voyages, tournois de golf, lave-auto, soirée mixologie, lasertag et quelques autres.

C’est cette année que ça se passe

La date du départ est enfin arrêtée. Le 21 avril prochain, elles prendront l’avion pour Buenos Aires et ensuite, Salta, ville capitale de la province du même nom, sise au pied de la Cordillère des Andes. Entre le 24 et le 29 avril, elles parcourront quelque 2500 kilomètres en 4×4 dans le désert et l’Altiplano du grand nord-ouest argentin.

Si les deux premières nuits, à l’arrivée, s’annoncent fastes, les six qui suivront en seront d’ascétisme. Camping rustique, planification serrée, journées longues et épuisantes. On craint les effets de l’altitude et la fatigue. On sait par contre qu’il y aura beaucoup à voir et tout autant à raconter au retour. Les paysages qu’elles verront défiler se présenteront comme une chance rare; elles vont s’aventurer là où très peu ont osé.

Les Québécoises (presque) en « Cavale »

Maintenant, il est trop tard pour reculer, le départ étant réservé. Notre équipe régionale a toutefois toujours besoin de quelques dollars pour faire ses frais et organise à cette fin une dernière activité : une soirée de quilles au Centre Lafontaine en date du 23 mars prochain. Ceux qui sont intéressés à y participer peuvent aller consulter la page Facebook au nom de leur équipe, Les Québécoises en Cavale.

Imprimer