Prévost et la tour Rogers

Michel Fortier

Michel Fortier

directeur, rédacteur en chef chez Journal des citoyens
Michel Fortier

Les derniers articles par Michel Fortier (tout voir)

La ville de Prévost répond au point de vue de Lyne Gariepy sur le projet d’installation d’une tour de communication au cimetière Saint-François-Xavier

NDLR : En raison du débat qui anime les citoyens de Prévost sur l’installation d’une antenne de télécommunication Rogers sur le site du cimetière Saint-François-Xavier, le Journal publie intégralement le communiqué de la ville de Prévost en réponse au point de vue énoncé par Lyne Gariepy dans le Journal le 19 septembre dernier.

Afin de s’assurer d’une compréhension plus large et factuelle des évènements qui entourent ce débat, le Journal publiera en octobre un article où les différents points de vue seront repris à la lumière d’informations complémentaires. Dans ce cadre, le maire a été invité à présenter son point de vue et les faits qui entourent les démarches de la ville de Prévost.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Pour diffusion immédiate

 

LA VILLE DE PRÉVOST N’A JAMAIS ET NE DONNERA JAMAIS SON AUTORISATION
AU PROJET DE TOUR DE COMMUNICATION ROGERS

Prévost, le 24 septembre 2019 – Rogers communication entend réaliser un projet d’aménagement d’une tour de télécommunication au cimetière de la Paroisse St-François-Xavier situé en bordure du boulevard du Curé-Labelle à Prévost. En mai 2019, Rogers communication demandait à la Ville de Prévost d’appuyer son projet. Contrairement à ce qui a été véhiculé, le 31 mai dernier, la Ville de Prévost signifiait par écrit au promoteur que son projet était non conforme à la réglementation municipale et que dans ces conditions, la Ville ne peut accepter le projet de tour.

La Ville de Prévost a signifié au promoteur qu’elle souhaitait que ce projet soit soumis à une consultation publique conformément à sa réglementation. Toutefois, le promoteur n’a pas donné  suite à cette demande, ce  dernier  préférant s’en  remettre  à  la  procédure  de  consultation publique CPC-2-0-03 d’Industrie Canada.

« Ce projet étant non conforme à la réglementation municipale, il est évident que la Ville de Prévost ne délivrera aucun permis de construction pour ce  projet et j’en ai personnellement avisé  le chargé de projet », précise le maire Germain. « L’expérience a toutefois démontré qu’en ce domaine les compagnies de télécommunication s’en remettent à la compétence d’Industrie Canada et outrepassent la volonté municipale », poursuit le maire Germain.

Bien que la Ville de Prévost soit d’avis que le gouvernement fédéral devrait reconnaître le pouvoir exclusif des municipalités dans la gestion de leur territoire, notamment en ce qui concerne l’implantation de tour de télécommunication, nous pensons, compte tenu du jugement de la Cour suprême contre la Ville de Châteauguay en 2016, qu’il n’appartient pas aux citoyennes et aux citoyens de la Ville de Prévost de financer une contestation judiciaire longue et coûteuse visant un enjeu de société pancanadien dans lequel la Ville n’a aucune chance de gagner. « Si Rogers et le gouvernement fédéral veulent outrepasser les règlements municipaux et le droit des communautés de contrôler leur territoire, ils devront faire face respectivement à leurs clients et à leurs électeurs », a ajouté le maire Paul Germain.

La Ville réitère la demande à Rogers communication de se soumettre à la procédure de consultation publique prévue au règlement 608 relatif au processus de consultation publique dans le cadre d’un projet d’aménagement d’une antenne de télécommunication.

Inquiétude pour la santé

Par ailleurs, la Ville a mis sur son site des liens vers 2 rapports scientifiques indépendants qui expliquent ce que la science connaît jusqu’ici des tours de communication et des dangers potentiels pour les humains. Nous invitons fortement les citoyens inquiets à en prendre connaissance et à juger par eux-mêmes. Mentionnons quand même que l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal présente dans son rapport la position de l’OMS comme étant différente de celle énoncée

dans le journal. Elle se lit comme suit : Organisation mondiale de la Santé : “compte tenu des très faibles niveauxd’exposition et des résultats des travaux de recherche obtenus à ce jour, il n’existe aucun élément scientifiqueprobant confirmant d’éventuels effets nocifs des stations de base”.

-30 —

Source : Service des communications, 450 224-8888, poste 6249, communication@ville.prevost.qc.ca

Sources d’informations à consulter en complément :

Imprimer