Mathieu Gaudet, pianiste

Mathieu Gaudet - journal des citoyens de PrévostMathieu Gaudet - Photo Serge Pilon
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Le pont d’émotions entre le corps et l’esprit

Carole Trempe – Dimanche le 26 janvier 2020, Diffusions Amal’Gamme proposait Mathieu Gaudet et son interprétation des œuvres de Schubert pour piano à la salle de spectacle Saint-François-Xavier de Prévost. Monsieur Gaudet nous fait prendre conscience de la proximité, voire de l’intimité entre la musique et la médecine. Dans les deux cas, d’ailleurs, les émotions véhiculées sont au cœur des domaines respectifs.

Mathieu Gaudet gère des projets qui le passionnent. Tantôt il se consacre au concert, à l’enregistrement d’œuvres classiques pour la maison de disques Analekta, tantôt il est de garde à l’urgence de l’hôpital. Sa famille contribue sûrement beaucoup au maintien de son équilibre.

Sur scène, il dégage des qualités humaines teintées de douceur et de délicatesse. Il prend le temps (grandement apprécié) de nous expliquer le programme intitulé Franz Schubert (1797-1828) Lumière et Ombre, une petite et pertinente incursion dans l’Histoire. Il connaît le sujet à fond. La Sonate no 3 en mi majeur D 459 (1816) en cinq mouvements nous est présentée par un interprète heureux d’avoir retrouvé le génie de Schubert mort dans l’oubli. Cette œuvre composée à l’âge de 19 ans fait ressortir la lumière et l’optimisme de l’auteur. Elle nous est livrée avec une articulation très claire. Le jeu pianistique de Mathieu Gaudet est épuré, aucun mélange, les accords sont nets. Vient ensuite le premier de quatre Impromptus, D 899 (1827) mis en chemin dans un rythme comportant de longues mélodies chaleureuses, inspirantes et intimes. 

En seconde partie, nous entendions la Sonate no 15 en la mineur, D 845 (1825) une œuvre terriblement majestueuse et puissante. Dans le deuxième mouvement, un jeu polyphonique où toutes les voix apparaissent tour à tour sans jamais détrôner la mélodie subtilement soutenue. Nul doute que ce pianiste possède une technique de pédale très sophistiquée, raffinée.

Le langage unique que renferme la partition de Schubert a été brillamment décodé par Gaudet, la douleur et la nostalgie l’ont certainement touché pour qu’il puisse nous livrer un concert créant un pont d’émotions entre le corps et l’esprit.

Mathieu Gaudet en était à sa troisième visite chez nous et nous espérons déjà la prochaine !

Imprimer