Le Coliminder

Photo : Félix Larose-Tarabulsy Photo du lac Raymond en 2016
Mathieu Pagé

Mathieu Pagé

journaliste et photographe chez Journal des citoyens
Étudiant en économie politique au département de Science politique à l'Université de Montréal
Mathieu Pagé

Les derniers articles par Mathieu Pagé (tout voir)

Il n’est plus utilisé au lac Raymond

Mathieu Pagé – En 2016, le Journal mentionnait l’usage du ColiMinder à la plage du lac Raymond à Val-Morin. Annoncé avec enthousiasme, le partenariat entre la Municipalité et Polytechnique portait l’espoir d’une technologie prometteuse qui permettrait de mesurer la qualité de l’eau en temps réel. Un gage de sécurité pour les baigneurs.

Tel que raporté dans le Journal en 2016 par Félix Larose-Tarabulsy, le projet de recherche visait à identifier les dynamiques de transfert des coliformes fécaux dans le bassin versant. Des données forts utiles pour une plage très populaire durant l’été. Fermée pendant neuf ans, la plage a été réouverte avec l’installation du ColiMinder et conséquemment à une réduction significative de la présence de coliformes dans la rivière en amont du lac.

C’est avec surprise que le Journal a appris que le projet a été suspendu pour l’été 2018, alors qu’à l’été 2017 Jordan Dupuis écrivait que l’appareil deviendrait la propriété de Val-Morin à la fin du projet de recherche. En novembre 2017, une résolution a été adoptée par le nouveau conseil municipal de la Ville. Il a été décidé de modifier l’engagement de la Municipalité.

« Les élus de Val-Morin ont rencontré les responsables du projet d’étude du ColiMinder, les docteurs Jean-Baptiste Brunet et Sara Dorner, pour mesurer les bénéfices réels de cette étude pour la Munici-palité », explique Pierre Delage, directeur général à Val-Morin. Le nouveau conseil municipal questionnait le rapport coût/bénéfice de l’appareil pour tous les citoyens de la ville. M. Delage nous explique que le projet était peu exportable sur d’autres plans d’eau, car un bâtiment avec un branchement internet doit être installé pour abriter le ColiMinder.

M.Delage nous explique par courriel que la contribution municipale s’élevait au total à 32 000 $, incluant les coûts d’analyses d’eau, l’installation d’un bâtiment pour abriter l’appareil et le branchement à internet. Il a été décidé par le conseil de Val Morin de modifier leur contribution en supprimant la contribution financière pour le projet de recherche et de maintenir seulement l’offre « du site, le coût des prélèvements ainsi que la disponibilité du personnel pour maintenir l’appareil fonctionnel sept jours par semaine ».

Conséquemment l’équipe de Polytechnique a décidé de ne pas poursuivre le projet d’étude à Val-Morin. M. Delage soutient que les chercheurs n’ont jamais fournis les données recueillies durant les deux années d’opération, et : « Ils ont encaissé le chèque de la Municipa-lité 15 000 $, celui de monsieur Drouin de 3 000 $ et de l’Associa-tion des propriétaires du lac Raymond de 3 000 $ sans donner de réponse sur la nouvelle proposition soumise par le présent conseil municipal actuel ». Le modèle mathématique promis par les chercheurs n’a jamais été fourni.

Imprimer