Subventions pour les services de gardes

Soutien financier de 215 000 $ pour les Laurentides

Jacinthe LalibertéÀ la mi-avril, la ministre Christine Saint-Pierre annonçait un soutien financier de 215 000 $ pour les services de garde éducatifs en milieu familial de la région des Laurentides.

Notre région n’était pas la seule à se voir octroyer une telle subvention. Les régions du Bas-Saint-Laurent, de Lanaudière et du Saguenay-Lac Saint-Jean, entre autres, ont bénéficié du même appui ministériel.

Dans le cas de cette attribution financière de la ministre Saint-Pierre, la distribution des montants alloués a été faite à l’intention des bureaux coordonnateurs (BC). Qui sont-ils ? Pourquoi ont-ils été ciblés comme distributeur des sommes octroyées ?

Les services de garde en milieu familial reconnus sont régis par ces dits bureaux coordonnateurs (BC) qui sont, eux-mêmes, agréés par le ministre lui-même. En fait, le BC a plus d’une responsabilité. Il doit surveiller l’application des normes par les personnes responsables d’un service de garde en milieu familial et, dans le cadre de cette subvention, soutenir la mise en œuvre de projets visant à s’assurer de la qualité des services offerts dans chacun des milieux.

Ce montant alloué supportera neuf projets. Le territoire couvert est immense. Les bureaux coordonnateurs concernés sont situés dans les régions de Sainte-Anne-des-Plaines, Saint-Jérôme, Mirabel, Brownsburg-Chatham, Saint-Sauveur, Mont-Laurier, Labelle, Mont-Tremblant et Sainte-Agathe-des-Monts pour la MRC des Laurentides.

Ces projets devraient se concrétiser, pour la majorité, sous forme de formation. L’intervention précoce auprès des enfants présentant des problèmes spécifiques, l’éveil musical ainsi que le développement du langage sont les domaines de formation qui ont été les plus demandés.

Les saines habitudes de vie, sujet de l’heure chez nos enfants est, aussi, une orientation prisée des responsables en service de garde. Les bureaux coordonnateurs procureront des trousses pédagogiques à certains CPE, celles-ci, étant complémentaires aux formations.

« L’aide financière permettra de mieux soutenir les personnes responsables d’un service de garde en milieu familial dans leur volonté d’offrir des milieux de vie de qualité », de préciser la ministre Saint-Pierre.

Le résultat souhaité sera, bien évidemment, d’offrir aux tout-petits de chaque service de garde en milieu familial une panoplie d’activités stimulantes où le développement global de l’enfant et l’éveil à la vie devraient être au centre de leurs actions.

Imprimer