2006

Dossier de l’eau – Réactions d’Abrinord sur la pollution de la rivière du Nord
Un bilan mitigé

Christian Bordeleau, août 2006 – Benoît Gravel, directeur d’Abrinord, est critiqué par plusieurs responsables, dont le maire de Prévost pour son inaction et la lenteur de ses démarches. Abrinord, organisme de concertation, n’a aucun pouvoir pour imposer des modifications aux agissements des divers acteurs de l’eau. En fonction depuis 2003, quels sont les résultats ? Pour M. Gravel, l’agence de bas- sin versant de la rivière du Nord (Abrinord) est le projet pilote le plus représentatif au Québec: « Nous avons tous les types d’usages qui se font au Québec : la foresterie, le récréotouristique, les plans d’eau, les papeteries, d’énormes développements et de l’agricole. » Lorsque le directeur général est interpellé sur la situation alarmante de la pollution causée, entre autres, par les coliformes fécaux (E. Coli), il avoue que certains paramètres de cette situation sont préoccupants. « On travaille sur le dossier. Ça avance. Nous avons certains éléments de solution.» Il n’a toutefois pas été possible d’avoir de précision quant à la teneur des « solutions », M. Gravel n’ayant pas d’annonce à faire pour le moment. Sur des cartes tirées d’une étude menée par Abrinord et qui est disponible depuis peu au grand public sur Internet, M. Gravel…