La Forêt Héritage est née !

Laurent Besner, secrétaire de Hépan; Julie Gagnon co-vendeuse du terrain; Anthony Côté, trésorier de Hépan; Catherine Rivard, présidente de Hépan et son fils Yoran. – photo courtoisie En arrière-plan, vue sur la Forêt Héritage – photo : Claude Duchaîne
Anthony Côté
Anthony Côté

Les derniers articles par Anthony Côté (tout voir)

De Félix Filion à… Héritage plein air du nord

Anthony CôtéLe 28 septembre 2018, annonce un moment historique pour l’organisme Héritage plein air du nord (HÉPAN), soit la conclusion de l’acquisition d’une première propriété forestière de 29 hectares, pièce maîtresse de ce qui porte maintenant le nom de Forêt Héritage.*

Le conseil d’administration d’HÉPAN et ses quelques 600 membres ainsi que l’organisme Plein air Sainte-Anne-des-Lacs et la municipalité de Sainte-Anne-des-Lacs se réjouissent de la réalisation de cette démarche débutée il y plus de trois ans. HÉPAN s’est donné comme mission de protéger à perpétuité un territoire d’environ 2,4 kilomètres carrés afin d’y pérenniser la pratique des activités de plein air dans un cadre naturel riche et le plus intègre possible. Ce territoire au relief prononcé est mitoyen à la municipalité de Sainte-Anne-des-Lacs et à la Ville de Prévost.

Ce territoire prisé a aussi une riche histoire datant du temps de la colonisation vers 1850. En effet, les premiers habitants étaient en grande partie des agriculteurs venus de Saint-Jérôme. Difficile de s’imaginer que ce qui est aujourd’hui une magnifique forêt mixte parsemée de zones humides avec un ruisseau et ses cascades (ruisseau Marois) était jadis des terres cultivées. En randonnée dans les sentiers, des clôtures de pierres et des amas de pierres sont visibles à plusieurs endroits. Il devient évident que ces lieux n’étaient pas une terre idéale pour la culture – « terre de misère » disait-on. Et pourtant, la famille Filion le fit de 1870 jusqu’aux années 1950. En 1918, Moïse Filion la reçoit en don de son père Félix Filion avec l’obligation d’héberger ses parents.

Le territoire de 2,4 kilomètres carrés convoité par HÉPAN inclus des secteurs avec des particularités intéressantes. Située aux limites nord-ouest de la ville de Prévost et depuis peu la propriété de celle-ci, se trouve une partie de la terre ancestrale des Blondin de Prévost. Le dernier exploitant forestier fut feu Bernard Blondin. Il était très fier de dire qu’il n’avait jamais coupé de chêne sur la terre. En effet, une magnifique chênaie plus que centenaire peut être admirée par les randonneurs. La Ville de Prévost se dit favorable de greffer cette partie de la terre Blondin à la Forêt Héritage.

Une terre en héritage

Plus au sud, le « Sadovnick Farm » a sa petite anecdote : Benny Sadovnick père, laissa par testament sa terre à ses quatre enfants, mais sous forme de bandes étroites d’environ 65 mètres en largeur par plus d’un kilomètre et demi de profondeur. La terre avait le potentiel de devenir un beau projet résidentiel sous réserve que ses enfants s’entendent entre eux. Mais une fois adultes, ses enfants n’ont jamais réussi à se mettre d’accord et ont vendu individuellement leur héritage. Souhaitons qu’HÉPAN puisse un jour acquérir les parties les plus reculées du Sadovnick Farm comprenant plus du tiers du marais Marois.

Berceau du ski de fond

L’histoire des lots voisins de la Forêt Héritage est aussi liée au plein air : à partir des années 1960, la terre du frère de Bernard Blondin, feu Roger, était le point de départ du sentier Maple Leaf du légendaire Jack Rabbit Johannsen. Il fut déplacé de la gare de Prévost vers la terre à Roger lors de la construction de l’autoroute 15 et du développement du Domaine Richer sur la « Big Hill », berceau du ski alpin dans les Laurentides. Ce sentier de ski nordique traversait en entier la Forêt Héritage jusqu’au lac Marois puis reliant les villages jusqu’à Labelle. La terre voisine de Roger, celle de feu Wilbrod Pagé était jadis un lieu de prédilection pour les amateurs de ski de fond. Celles de leurs voisins de gauche, les terres de feu Onésime Haché, acadien de souche, et de Luc Parent, son neveu, forment aujourd’hui le projet résidentiel Le Haut St-Germain. Pour poursuivre leur destinée, des sentiers de randonnées multifonctionnels ont été intégrés dans le projet en parc municipal. Preuve de la vocation agricole d’origine, encore visibles aujourd’hui, les lignes de lots sont formées par des amas de pierres. Jadis, ils ont fait partie du réseau de sentiers du Centre de Ski de Fond Gailuron comme d’ailleurs le secteur du lac Parent.

Des services pour les randonneurs

Traversant au sud de Sainte-Anne-des-Lacs, le secteur lac Parent de la Forêt Héritage s’étend des fonds de cour des résidents du chemin Dunant Nord jusqu’à la première acquisition d’HÉPAN. Il comprend une magnifique tourbière d’une grande valeur écologique. Une partie d’un lot de Luc Parent, près du chemin Filion et mitoyen avec la nouvelle acquisition d’HÉPAN, a été cédée à la Municipalité de Sainte Anne-des-Lacs dans un échange de terrain. Interpellée, cette dernière a approuvé l’aménagement d’un stationnement municipal pour les utilisateurs de la Forêt Héritage. De plus, un kiosque d’accueil y sera érigé pour présenter des informations aux randonneurs. Tout près du futur stationnement, un mini-réseau de sentiers de vélo a été aménagé, la Jujube, pour les jeunes amateurs de vélo de montagne. Anecdote historique, coin nord-est du lot, on remarque en bordure du sentier Équinoxe une structure en bois rond, aujourd’hui effondrée, qui aurait abrité, dit-on, des conscrits en cavale de la Deuxième Guerre.

Finalement, dans le secteur du lac Demers, un circuit de la Forêt Héritage de 1,5 km autour du lac a été maintenu grâce à la complicité de quelques propriétaires terriens et de la Municipalité de Sainte-Anne-des-Lacs qui, en plus, y a aménagé deux mini-stationnements pour les randonneurs du secteur.

*HÉPAN – http://www.heritagedunord.org

Imprimer