Futés verts, qui affûtez-vous?

Stéphane Rivet dans son atelier d’Affutage Clavel
Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Stéphane ParentAffûteurs ou rémouleurs, ils étaient bien ancrés avant le XXe siècle. Ils prenaient en charge vos sabres et vos épées. En 2019, les fines lames, on les retrouve aux cuisines, et par moments quelque peu éméchées !

Oups! J’oubliais! Derrière le comptoir, il y a aussi un étalage de divers articles neufs qu’il est possible de se procurer.

Si la tendance se maintient, bien des couteaux, scies, taille-haies, mèches, lames de tondeuse et j’en passe, vont se retrouver au recyclage ou parfois même aux ordures. Pourtant, il est encore possible de faire revivre une scie à bûches, une égoïne, que dis-je, un sécateur ! Plus écologique, issus pratiquement d’un autre monde, ces outils sont plus fiables et ne consomment rien sauf quelques calories souvent un peu mal dissimulées.

À bout de souffle, vous cherchez l’affûteur, celui qui aiguise sans faille le plus petit couteau à patates jusqu’au plus complexe des outils à jardin ! La perle rare se cache près de la limite sud de Prévost. Armé de meules et de serres, avec suffisamment d’expérience et courtoisie pour vous soutirer un sourire, monsieur Rivet vous accueille.

La proximité de l’atelier ainsi que l’ensemble des outils qui s’y trouvent constituent l’essentiel des éléments permettant à Stéphane Rivet d’aiguiser avec aisance la bête noire des affûteurs, la bonne vieille, mais combien écologique, tondeuse manuelle à rouleaux.

Affûtage Clavel est un commerce de quartier qui, au tout début, avait vu le jour sur la rue qui porte son nom (à Prévost). Fernand Lebeau, qui avait pris la relève de M. Clavel vers la fin des années 80, a cédé l’entreprise aux débuts des années 2000 à Stéphane Rivet qui a pu maintenir en vie le savoir-faire et ce commerce écologique.

Eh oui ! De plus il se déplace pour recueillir et rajeunir les couteaux tablettés dans différents centres de récupération. Aussi, chaque année, des centaines de couteaux en fin de vie provenant, de l’École Hôtelière des Laurentides, reprennent le goût de trancher. Ils sont offerts tout frais affutés (Victorinox, Giesser et parfois même un Sabatier. Eh non !… Sans brique ni fanal, seulement des prix qui varient entre 3 $ et 20 $ pour l’affûtage. Pour le reste, ça dépend de l’âge (état, usure).

Imprimer