7e Festival de la BD

Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Pour les passionnés du dessin

La 7e édition du Festival de la BD a eu lieu les 24 et 25 août derniers à Prévost. Les bédéistes étaient au rendez-vous et encore une fois, le public a profité de ces journées pour rencontrer leurs bédéistes préférés.

Le succès de ce Festival avec plus de 1500 visiteurs est certainement lié au fait que le public peut établir un véritable contact avec les bédéistes de leur choix. Cette année plus de 40 bédéistes ont tenu kiosque et de leur propre aveux, c’est une belle occasion d’échanger avec leurs fans, « on a le temps de jaser avec eux, de leur dessiner une dédicace et de raconter nos histoires de création », nous a-t-on dit.

L’événement se caractérise aussi par les présentations de bédéiste en action et d’ateliers d’initiation au dessin qui sont très prisés, telles que Le monstruoquiz smikee ou Un trait à la fois, on arrive en forme.

Cette année, dix partenaires se sont joints à l’événement : certains comme Papillon en apportant de l’argent, d’autres comme l’auberge du Lac Morency en hébergeant les bédéistes.

Un infirmier et un médecin urgentologue qui réalise STAT une BD sur les urgences, Yves Lessar et François Paquet racontent des situations cocasses en milieu hospitalier ou l’humour, quelquefois caustique, s’exprime sans vergogne.

Ici Philippe Poulin dessine Sam et Flo, un BD inspiré des aventures de ses propres enfants… et des enfants des autres.

Julie Rocheleau et Siris, deux générations ou la délicate Julie planche dans Betty Boob sur l’histoire exacerbée d‘une femme qui perd un sein, un dessin tout en émotion et sans un mot et Siris qui d’un dessin naïf exprime dans Vogue la valise les aléas de vies plutôt dramatiques de personnages pas naïfs du tout

Voro qui lors d’une formation en dessin à Bruxelle découvre un roman fantastique de Georges Sand, La mare au Diable, écrit en 1846 et dédié à Chopin. Cette œuvre imposée aux étudiants éveillera chez Voro un tel émerveillement, qu’il en fera une adaptation libre avec un dessin d’une saisissante beauté.

Imprimer