Sortie d’urgence

Journal des citoyens - Chemin des lillas
Jacinthe Laliberté
Les derniers articles par Jacinthe Laliberté (tout voir)

Quand chemin d’urgence devient passage d’urgence

Jacinthe Laliberté Rappelons-nous que, lors de la séance du Conseil du mois de novembre, plusieurs citoyens étaient venus décrier le projet de sortie d’urgence du chemin des Cèdres vers le chemin des Lilas. Messieurs Saint-Germain, Maguire, Landry et mesdames Léonard et Marcotte avaient exposé leurs inquiétudes.

Une contestation vive de la part des citoyens 

Des enjeux plutôt que des craintes concernant cette sortie d’urgence étaient pour les citoyens majeurs. Le lien routier devenu par la suite une connexion non routière allait à l’encontre d’un principe environnemental : toucher à un boisé pour créer un lien routier.

Le conseiller Vaillancourt avait essayé de calmer les appréhensions, et ce, sans succès. C’est lors de cette séance que M. Courteau avait demandé une rencontre publique pour que tous les citoyens concernés puissent y être conviés. Une rencontre avait été prévue pour le 16 janvier. 

Au final, une entente 

À la suite d’une pré-rencontre virtuelle qui a eu lieu le 8 janvier avec un regroupement de citoyens incluant les responsables d’une pétition déposée au Conseil au mois de décembre, celui-ci a été obligé de reculer devant la pression faite par les citoyens de ce secteur.

L’acquisition d’une partie du lot 1921165, l’implantation d’un réservoir d’incendie souterrain, la sécurisation du sentier actuel informel et la concrétisation d’une piste multifonctionnelle offrant une alternative piétonne et cyclable au chemin Sainte-Anne-des-Lacs allaient contre la volonté exprimée par les citoyens. 

Après discussion, les citoyens ont demandé à ce qu’une entente soit prise entre le propriétaire dudit lot et la Municipalité pour l’aménagement d’un passage en cas d’urgence sur son terrain visant à répondre aux besoins de sécurité publique du secteur. En conséquence, la réserve foncière pour fins publiques sera levée sur le lot 1921165. De plus, cette entente ne nécessite plus une rencontre citoyenne. 

Le conseiller Vaillancourt qui avait soutenu que le Conseil, pour ce projet, se voulait être à l’écoute des citoyens concernés, a tenu parole.

Imprimer