Concert humoristique

concert humoristique, journal des citoyens
Salle de Nouvelles
Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Un baume au cœur

Carole Trempe – Dans la série Les Grands classiques présentée par Hydro Québec, Diffusions Amal’Gamme proposait le 24 avril 2021 L’amant jaloux à la salle Saint-François-Xavier, de Prévost.

Un concert humoristique par trois musiciens artistes extraordinaires : Marianne Lambert, soprano, Mathieu Lussier, basson et Valérie Milot, harpiste qui présentent des œuvres de Mozart, Gréty, Méhul et Devienne. Un baume au cœur en ces temps de pandémie.

Mathieu Lussier incarne Louis XVI, et il donne le ton à cette époque où galanterie et hypocrisie avaient préséance. Dans son rôle de roi épris d’autres passions et plutôt détaché de sa jeune épouse Marie-Antoinette, ce bassoniste s’amuse à produire des images musicales de toutes les couleurs, à travers une panoplie d’émotions avec une agilité et une maîtrise à couper le souffle. Et Dieu sait qu’il en a du souffle ! Quel grand musicien ! Mathieu Lussier nous a présenté son instrument en bois précieux dont le son est riche en harmonique. Très polyvalent et extrêmement expressif, pour le plus grand plaisir de l’auditoire qui a souvent ri. Son parcours professionnel est éloquent. Il complète ses études au Conservatoire de musique de Montréal, se perfectionne, et il est nommé directeur artistique du Festival de musique baroque de Lamèque au Nouveau-Brunswick, poste qu’il occupera pendant sept ans. Il fonde un ensemble Bataclan. Il entreprend une carrière de chef d’orchestre et reçoit le prix Jean-Marie Beaudet en direction d’orchestre en 2014. Nommé chef en résidence en 2012, puis chef associé à l’orchestre de chambre Les Violons du Roy, diverses collaborations avec d’autres grands artistes s’ensuivront.  Instrumentiste, il fait connaître le répertoire pour basson et basson baroque en Amérique du Nord et en Europe et poursuit une carrière de chambriste avec l’Ensemble Pentaèdre de Montréal. Comme compositeur, son catalogue comprend plus d’une cinquantaine d’œuvres jouées régulièrement. En 2018, il a remporté deux Opus, un pour le concert de l’année à la tête des Violons du Roy et l’autre pour le disque de l’année en tant que soliste Concerto pour basson de Mozart. Depuis 2014, il est professeur adjoint à l’Université de Montréal. Le Québec peut s’enorgueillir de compter Mathieu Lussier parmi les étoiles de sa culture.

Une diva joue aussi bien qu’elle chante

Marie-Antoinette, rôle interprété par Marianne Lambert, soprano colorature. L’épouse délaissée par son roi et qui jettera son dévolu sur ce mystérieux diplomate séduisant et harpiste virtuose incarné par Valérie Milot. Notre Diva joue aussi bien qu’elle chante. Sa présence scénique est remarquable. Elle s’amuse et son énergie est expansive, communicative. Elle approche son art avec une très grande agilité, et souplesse. Avec le public, elle partage des envolées festives, pleines de douceurs, puissantes, passionnées. Dans la vaste étendue de son registre vocal, on entend bien la complicité et la rivalité déployées avec les deux autres protagonistes. Le seul bémol, le texte chanté n’était pas toujours intelligible. Cette jeune soprano est récipiendaire du Prix Opus 2018 pour le meilleur concert de l’année en région, du Prix du Récital An die Musik au 25e Concours international de chant Clermont-Ferrand 2017, et du Grand Prix du 20e Concours international de chant Marmande 2008.

Une chimie entre Valérie Milot et sa harpe

Le nouvel amant de Marie-Antoinette est joué par Valérie Milot. L’intrigue dévoilera que ce fameux amant est en réalité une femme, ce qui adoucira la friction entre Louis XVI et Marie-Antoinette; et la rivalité jadis née entre les deux hommes ! Valérie Milot entre sur scène en nous dévoilant un instrument recouvert d’une magnifique housse de velours rose qui laisse planer une mystérieuse découverte. De fait, une harpe assortie de dorures scintille et emplit la scène d’une remarquable beauté. Le roi soulignera ses 47 cordes ! Nous avons la certitude d’être devant un instrument d’exception, éclatant, éblouissant. Assurément, la chimie s’est opérée entre Valérie Milot et sa harpe. On entend, on voit qu’elles sont faites l’une pour l’autre. Cette musicienne a une façon toute particulière de mettre de l’avant son instrument qu’elle manie avec fougue, tempérament, assurance et douceur. Des basses profondes aux aigus cristallins, elle fait vibrer son instrument et notre âme en même temps. Sa prestigieuse Apollonia (Salvi) et elle-même sont magnifiques à entendre. Cette musicienne souhaite rendre la musique accessible. Soliste recherchée, elle cumule les concerts avec les orchestres les plus prestigieux du Canada et de l’étranger. Elle est également professeure de harpe et de musique de chambre au Conservatoire de musique de Montréal. Reconnue par ses pairs et le public elle a remporté de nombreux prix, dont le Prix avec grande distinction aux termes de ses études au conservatoire avec Caroline Lizotte, et elle remporte le Prix d’Europe. Première harpiste en presque 100 ans à remporter cette bourse qui lui a permis d’aller étudier à New-York.

Et tout ce beau monde chez-nous à Prévost ! Sincères remerciements à toute l’équipe de Diffusions Amal’Gamme pour savoir placer, à chaque fois, à notre porte, les plus grands talents qui soient et d’avoir tenu bon à travers la crise sanitaire. Merci pour ce spectacle live !

Imprimer