Échos du conseil de Sainte-Anne-des-Lacs

Jacinthe Laliberté – Séance ordinaire du Conseil municipal tenue le 4 octobre 2021

Les citoyens ont assisté à la dernière séance du Conseil avant la tenue des élections. Celle-ci fut devancée d’une semaine, vu le congé de l’Action de grâce. Une quinzaine de résidents se sont présentés au Centre communautaire, ayant été incommodés par la panne majeure qui avait touché les différentes plateformes de Facebook durant la journée. 

Des embauches

Le Conseil a procédé à l’embauche d’un technicien à la comptabilité ainsi que d’une employée temporaire au poste de commis de bureau. De plus, quatre pompiers ont obtenu un poste à temps partiel afin de combler des postes vacants.

Revenu d’une vente importante

À la dernière réunion de la Régie inter municipale de Piedmont, Sainte-Anne-des-Lacs et Saint-Hippolyte, la décision de vendre le poste de police de Piedmont fut prise. La transaction concernant ce bâtiment appartenant aux trois Municipalités s’est finalisée au montant de 700 000 $. Cette somme a été répartie entre les trois Municipalités selon une entente tripartite prise à l’époque. La Municipalité de Sainte-Anne-des-Lacs a récupéré, de cette vente, environ 164 000 $. 

Travaux publics et voirie

Selon le conseiller Jean-Sébastien Vaillancourt, l’été fut très productif avec le retrait des fossés de plus de 1 932 tonnes de terre contaminée et du remplacement non prévu de cinq ponceaux. Ces opérations ont permis un entretien essentiel, mais délaissé depuis des années. 

Comité des Loisirs, de la Culture et de la Vie communautaire 

Un rapport des activités 2021 a été présenté par le conseiller Normand Lamarche. Ce dernier a mentionné que l’intérêt pour le parc Irénée-Benoit ne semble pas diminuer avec ses 75 locations, dont seulement trois à des non-résidents.

Lors de la période de questions, monsieur Drennan, un citoyen, a rapporté les vols d’embarcations au parc Irénée-Benoit. Cette situation étant connue de la Municipalité, la mairesse a mentionné que ces vols furent dénoncés à la police. Les embarcations seront, à l’avenir, enlevées dès la fin de la saison de location. La Municipalité envisage l’installation de caméras de surveillance qui est un moyen très dissuasif pour ce type de méfait.

Le conseiller Lamarche est revenu sur le report du projet de la nouvelle bibliothèque. Il a établi un parallèle entre le nombre d’enfants utilisateurs du camp de jour (140) ainsi que ceux qui fréquentent la garderie La fabrique de petits bonheurs (80 enfants à temps plein et 30 à temps partiel) et le besoin à moyen terme d’une bibliothèque.

Comité consultatif de l’Environnement (CCE)

D’entrée de jeu, le conseiller Sylvain Harvey a mentionné que les membres du CCE étaient déçus de la procédure proposée par les Travaux publics et acceptée par le Conseil au sujet de la collecte des branches. 

Pour le Fonds environnemental, le CCE a opté pour le retrait de la date statuée pour le dépôt des projets inscrits dans les documents à cet effet. Ainsi donc, toute personne ou organisme pourra, dorénavant, déposer un projet en tout temps.

Sur un fond de priorisation des actions pour l’année 2022 et ce, autant au niveau du plan de travail du directeur du service de l’Environnement que des priorités du CCE, une révision des actions de la Politique environnementale fut faite. Un constat plutôt agréable : un certain nombre d’actions 2022-2023 ont déjà été enclenchées.

Pour répondre à une demande d’un citoyen concernant la vitesse sur les plans d’eau qui est de 10 km/heure, le directeur du service de l’Environnement, Mathieu Langlois, a précisé, aux membres du CCE, que cette règlementation relève de la gouvernance du fédéral. 

La présidente du CCE, présente à cette séance du Conseil, est venue ajouter, lors de la période de questions, qu’une campagne de publicité a été demandée pour le printemps prochain dans le but d’aviser la population de la vitesse de 10 km/heure exigée par ce règlement sur tous les plans d’eau de la Municipalité.

Période de questions

Monsieur Drennan aimerait obtenir un compte rendu de l’évaluation concernant la station de lavage : nombre d’utilisateurs, nombre de contraventions émises en rapport avec le règlement concernant le lavage des embarcations, moyens de communication mis en place pour informer les propriétaires et, particulièrement ceux qui offrent des locations à court et moyen terme du type Airbnb. 

La réponse est venue du directeur général : « Il n’y avait pas, cet été, de mécanisme permettant de comptabiliser le nombre d’usagers. La direction du service de l’Environnement souhaite faire des demandes en ce sens l’an prochain. C’est un projet qui est arrivé un peu tardivement dans la planification. On sait que la station a été utilisée. Le projet de mettre en place un règlement a été la première étape. Suivront d’autres procédures. »

print