Les échos du conseil municipal de Sainte-Anne-des-Lacs 

Séance ordinaire du Conseil municipal tenue le 11 juiullet 2022

Jacinthe Laliberté– De plus en plus de citoyens se présentent à la séance du Conseil. Plus d’une quinzaine ont questionné et commenté différents dossiers d’actualité comme l’accès à l’eau, la bibliothèque et les dangers qui guettent les lacs de la municipalité.

Les nouvelles de la mairesse

La cueillette des branches des arbres de l’ouragan du 21 mai et les 150 signalements concernant des dégâts causés lors de la tempête de pluie des dernières semaines ont retardé le travail régulier des employés du service des Travaux publics puisque les infrastructures ont été très affectées.

Les dangers potentiels pour les lacs

Cyanobactérie – La mairesse a confirmé qu’en ce moment, les employés du service de l’Environ-nement n’ont trouvé aucune trace de cyanobactéries dans les lacs de Sainte-Anne-des-Lacs, et ce, malgré une annonce publiée dans les journaux. Les lacs Caron et Johanne sont sous surveillance, puisqu’ils ont eu un historique à cet effet. 

En tant que citoyenne, ancienne chef de lac et responsable du lac Johanne, Jacinthe Laliberté a mentionné que l’historique de ce lac est erroné et cause ainsi préjudice aux riverains de ce lac. Elle a offert son aide pour apporter une rectification des faits.

Myriophylle à épi – Jeannie Kavanagh, coordonnatrice du projet Sentinelles des lacs, a voulu connaître la raison pour laquelle le matériel, demandé au printemps dernier, servant à circonscrire un éventuel endroit infecté par le myriophylle à épi, n’était pas encore acheté, situation qu’elle trouve inacceptable. La mairesse se renseignera sur le sujet. 

Toujours selon cette citoyenne, des affiches devant déjà être installées, dans les différents droits de passage donnant accès à des lacs, n’ont pas encore été posées. Elle a insisté sur l’importance de ces affiches, moyen pour contrer le myriophylle à épi. 

Quant au citoyen John Dreannan, il a questionné les membres du Conseil sur le plan d’action de la Municipalité concernant le myriophylle à épi. Aucun plan n’a été élaboré à ce jour, et d’après la mairesse, des discussions sur ce sujet sont à venir.

Dépôt du rapport du vérificateur externe

Le dépôt de l’audit du vérificateur externe a démontré que le surplus accumulé, en 2021, se chiffre à 1 665 132 $. Cependant, un transfert de 250 000 $ de ce surplus au fonds de roulement indique que ce surplus est maintenant de 1 415 132 $. Conséquemment, un fonds de roulement de 750 000 $ permettra des achats dédiés uniquement à des projets d’immobilisation.

Lors de la période de questions, monsieur Dalzell a demandé de préciser où se trouvait, dans le budget 2022, ce surplus accumulé de 2021. La mairesse a expliqué qu’il était dans « l’excédant non affecté » qui, semble-t-il, permettra, selon les décisions des membres du Conseil, d’assumer des dépenses relatives à certaines urgences.

Le directeur général a poursuivi ses explications sur la dette à long terme totale de la Municipalité qui est de 4 395 912 $. La charge est répartie en trois catégories :

•          L’ensemble des contribuables paient 742 800 $;

•          Est attribué à, seulement, une partie des contribuables, le coût de 1 657 320 $. Ce montant fait référence aux taxes de secteurs en lien, généralement avec les chemins, mais depuis l’an passé, s’est ajouté le programme des installations septiques auquel certains citoyens ont pu adhérer.

•          C’est au gouvernement du Québec que revient le paiement du montant de 1 995 792 $. L’an passé, une des recommandations de l’auditeur était de revoir la façon dont les subventions étaient planifiées puisque la Municipalité manquait de liquidité. Un décaissement d’argent pour payer des travaux subventionnés et une remise des montants par le gouvernement sur une période de 20 ans sont la source de cette résultante.

En 2022, toutes les subventions reçues pour la voirie et qui ont été associées aux projets de voiries réalisés en 2021 apparaissent à la dette. Cette somme n’est pas à la charge des contribuables. Elle se paie par elle-même, toujours, sur une période de 20 ans. Un changement amorcé à l’avantage des citoyens.

Conformément aux exigences du Code municipal, il a été proposé de publier le rapport dans le Journal des citoyens

Vers l’électrisation de la flotte de véhicules

La Municipalité fera l’achat de deux véhicules électriques dans le but d’en remplacer un qui était en fin de vie et un autre aux fins d’inspection quotidienne sur le territoire. L’acquisition de deux Kia Sorento PHEV EX au coût de 46 596 $ chacun avant taxes se fera auprès du Centre de gestion de l’équipement roulant. 

Environnement

Permis pour les installations sanitaires – Les conseillers ont voté l’adoption d’un règlement modifiant les conditions d’émission des permis d’installation sanitaire. Auparavant, la vérification d’une installation septique était faite par les officiers municipaux qui ne possédaient pas les qualifications requises pour inspecter la qualité d’une installation septique. Dorénavant, une firme spécialisée confirmera la qualité de l’installation, ce qui rendra plus efficace le suivi des permis. 

Les bandes riveraines – Pour répondre à la demande de Ron Drennan qui demandait de prendre des bénévoles pour pallier le manque de personnel, la mairesse a mentionné qu’il était impossible d’engager des bénévoles pour la vérification des bandes riveraines, et ce, pour une question syndicale et d’assurabilité.

Effectif réduit – John Dalzell, lors de sa présence au micro, a demandé d’investir dans le service de l’Environnement qui se retrouve en effectif très réduit puisqu’un des employés est parti en année sabbatique. La saison estivale est critique pour ce service.

Périodes de questions

Serge Pronovost est venu parler des nids de poule sur les chemins Beakie et Godefroy. Le budget de 60 000 $ a été largement dépassé pour cette année, aucune réparation n’est prévue.

L’accès à l’eau inquiète plusieurs citoyens qui ont demandé la possibilité de discuter de ce dossier le plus tôt possible avec les membres du Conseil. La réponse, que des statistiques doivent être établies avant une possible rencontre, n’a pas semblé satisfaire les demandeurs. La même situation s’est produite pour le dossier de la bibliothèque.

-30-

print