De la chanson au théâtre

brel et barbara - journal des citoyensSur la scène, deux toiles représentant Jacques Brel et Barbara – Photo  : Sophie Heynemand
Salle de Nouvelles
Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

De belles sorties dans les Laurentides

Jean Léonard – Nouvellement arrivé dans la belle région des Laurentides et voulant profiter de tous ses attraits, quoi de mieux que d’aller à la rencontre de ce qui nous est proposé aux alentours à commencer par le Théâtre le Patriote, au cœur de Laurentides depuis 1967. Une salle de spectacles qui a été entièrement rénovée en mars dernier pour nous faire vivre confortablement des moments magiques comme ceux de Brel et Barbara, héros fragiles.

Les moments Brel et Barbara

Qui ne connaît pas Brel, qui ne connaît pas Barbara ? On nous proposait de découvrir ces deux chanteurs, avec Renaud Paradis et Julie Daoust accompagnés au piano de Philippe Noireaut. Je l’avoue, j’étais curieux de réentendre les textes, les mélodies de Brel et de Barbara, souvenirs du temps de ma mère.

La scène s’éclaire, table et miroir d’artiste d’un côté, chaise berçante et sa petite table de l’autre, au milieu, un piano à queue. Des voix se font entendre, elles nous parlent de Brel, de Barbara. Renaud s’avance doucement, chemise blanche, petite cravate, costume deux pièces, il a le « look ». Sa voix est différente, mais on oublie, on retrouve des aires, des gestuels, on retrouve Brel. 

On nous conte leur vie avant la chanson, leur chemin difficile, leurs plaies, leurs meurtrissures de la Deuxième Guerre, on comprend ce qui les a réunis, une complicité. On découvre ces deux piliers de la chanson française, mais plus : on entre dans ce qui est leur relation amicale si particulière, plus on apprend l’importance que Brel a eue sur Barbara, alors qu’il l’incite à écrire ses propres chansons. On les suit ainsi jusqu’à la mort de Brel.

C’est donc un spectacle regroupant des chansons quelques fois tristes tout autant que loufoques comme Les bonbons. Du théâtre, des chansons et de l’histoire avec les archives vocales de Brel, Barbara et Juliette Gréco, entre autres. Julie Daoust chante Barbara et fait chavirer plus d’un spectateur, son interprétation vient du cœur. Ce fut une soirée touchante remplie de nostalgie, on aurait voulu plus…

Le grand virage

Ma deuxième sortie fut une pièce de théâtre, une comédie Le grand virage, avec Diane Lavallée et Mario Jean. Encore là, un décor minimaliste, boîtes de carton empilées, une porte au centre, de simples cadres métalliques faisant office de murs et deux écrans de télévision. 

L’histoire semble simple, on pourrait y croire, un couple au début de la soixantaine qui prend conscience des années actives restantes. Proposition d’une rencontre familiale, une invitation est lancée aux enfants, mais aucun d’eux ne se présente. Déception marquée, ne reste plus qu’à faire une rencontre internet, les écrans s’illuminent des figures des enfants. S’en suivent des discussions qui ne font pas le bonheur des jeunes, des révélations qui les choquent ou les troublent, des informations qu’ils ne veulent pas entendre.

L’idée des parents est de vivre leur rêve respectif pour les 15 années qui viennent : madame, peindre et vivre à Kamouraska; monsieur, les joies du soleil à Hawaï, et ce, malgré leur amour. Les jeunes sont renversés, ils ne comprennent pas, ils s’objectent, mais la décision est irrévocable. On suit donc les conversations, les remontrances du passé, tout y passe, leur vie de couple, leurs échappées parentales, la vie familiale et eux, les enfants. 

À la veille de leur départ, mais le mari semble indécis, il demande alors à sa femme s’il peut la suivre dans son refuge, le rideau tombe. On reste un peu perplexe, une fin sans être une fin, personne dans la salle n’applaudit, plus de lumière. Elle nous revient, suivi de son mari. Derrière elle, il approuve sans mot pendant qu’elle nous conte que ses enfants se sont réalisés, qu’elle peint, que sa vie est belle. Son mari a vécu avec elle six mois, mais il est mort. La pièce se termine par une pensée; on oublie souvent que l’important dans la vie c’est le bonheur !

Au Patriote

Les chansons de Jacques Brel et Barbara sont magnifiquement interprétés par Renaud Paradis et Julie Daoust, au théâtre Le Patriote, de Sainte-Agathe – Crédit :  théâtre Le Patriote
Diane Lavallée et Mario Jean dans une scène de la pièce de théâtre Le grand virage, au théâtre Le Patriote, de Sainte-Agathe – Crédit :  théâtre Le Patriote
print