Échos du conseil de Ville de Sainte-Anne-des-Lacs

Échos du conseil de Ville de Sainte-Anne-des-Lacs

Jacinthe Laliberté

Séance ordinaire du Conseil municipal tenue le 9 avril 2018.

Un conseil municipal où la grogne s’est fait entendre tout au long de la soirée, non pas contre le Conseil municipal, mais contre le comportement de certains résidents de la Muni-cipalité.

Le manque de civisme de certains citoyens

Habituellement, il est de bon ton de débuter la séance du Conseil en faisant un rapport sur les bonnes réalisations. Cette fois-ci, la mairesse, outrée, étala photos à l’appui, le manque de civisme de certains citoyens.

Durant la fin de semaine de Pâques, des résidents ont laissé, près des conteneurs à déchets semi-enfouis du parc Parent leurs objets « encombrants » (meubles, bois, etc.). De plus, ils ont causé des dommages majeurs aux contenants. Ce geste fut qualifié de vandalisme. Un problème récurant qui touche tous les résidents puisqu’ils feront les frais du comportement délinquant de ces personnes.

Les citoyens présents ont manifesté leur mécontentement et demandent au Conseil de réagir sévèrement. Des caméras plus sophistiquées seront, à nouveau, installées et on demande d’écrire un article de sensibilisation, à cet effet, dans la revue municipale l’Étoile.

Dossiers finance

Vérification externe – M. Benoît Reid, vérificateur externe de la Municipalité, a brièvement présenté le rapport financier 2017 avec le comparatif de 2018. On retrouvera ce rapport sur le site web.

Somme toute, des revenus excédentaires d’environ 191 000 $, par rapport au budget initial, proviennent des droits de mutation. Pour les dépenses, on relève une augmentation approximative de 33 000 $ (l’écocentre de Saint-Sauveur) et de 19 000 $ (la Sûreté).

Selon le vérificateur, la Municipa-lité répond à toutes les exigences comptables et présente un budget équilibré, en somme un excellent bilan financier. M. Dalzell questionne sur l’application de règles gouvernementales pour les surplus financiers. Seules des règles sur les déficits existent.

Comparaisons entre Piedmont et SADL

En réponse à l’intervention de M. Pronovost, lors du dernier conseil, concernant l’écart marqué entre le coût de la cueillette des matières résiduelles de Piedmont et celui de notre municipalité, le directeur général présente les résultats de ses démarches avec un tableau comparatif à l’appui. Les explications de M. Jean-François René nous font comprendre l’origine de cet écart.

En général, pour un grand nombre de Municipalités, le coût des matières résiduelles est tarifé, mais quelques Municipalités l’incluent totalement ou partiellement dans les taxes générales. Pour Piedmont, le taux de taxation pour le non résidentiel ou le commercial (1,285 $/100 $) est nettement plus élevé que celui du résidentiel (0,5632 $/100 $), taux qui est le même pour notre Municipalité d’où un gain substantiel pour Piedmont. De plus, des tarifications supplémentaires sur l’eau, par exemple lui apportent des revenus additionnels contrairement à Sainte-Anne-des-Lacs qui n’a qu’une taxe foncière.

Des mandats

Un mandat de 5 ans a été donné à l’Union des Municipalités du Québec (UMQ) pour l’analyse des soumissions et l’attribution des contrats d’achats regroupés pour le sel de déglaçage. L’UMQ fera ces démarches au nom des Municipalités. Pour 2018-2019, des frais de gestion de l’ordre de 1 % seront exigés.

Un mandat au coût de 960 $ a été octroyé au Centre régional de services aux bibliothèques publiques des Laurentides pour la mise à jour de données et la rédaction de documents complémentaires en vue d’une demande de subvention. Cette étude est préliminaire, précise le conseiller Lamarche. M. Harvey demande qu’un échéancier soit présenté à la population pour les informer préalablement d’une démarche faite par le Conseil et non pas subséquemment à celle-ci.

Embauches temporaires

Des embauches pour la saison estivale ont été faites dans les Services suivants :

  • Travaux publics : M. Benoît Lalande pour 27 semaines et M. Michel Fournier 20 semaines, et ce, à compter du 1er mai.
  • Urbanisme et Environnemen : Mme Audrey Matteau-Charest pour 16 semaines comme assistante dans les deux services à compter du 30 avril.

Environnement

Nomination au Comité politique environnementale – Mmes Chloé Jamaty et Catherine Rivard ainsi que messieurs Yvan Raymond, Gilles Pilon et Thomas Mulcair ont été nommés à titre de membres citoyens au sein de ce Comité. Un membre du Comité consultatif en environnement (CCE) fera partie intégrante dudit comité. Seront invités à participer lors de sujets précis les commerçants et les entrepreneurs locaux. Messieurs Dalzell et Drennan, respectivement président de l’ABVLACS et président du CCE, félicitent le Conseil pour l’excellent choix des candidats. Il est à prévoir que ce comité sera très productif.

Achats importants

Trois défibrillateurs seront installés à l’hôtel de Ville, au centre communautaire et à la salle des patins au sous-sol de la bibliothèque.

Questions et commentaires du public

M.Raymond, en désaccord avec l’emplacement des conteneurs à déchets semi-enfouis, demande si la localisation a été pensée à la suite d’un plan d’aménagement. Il semble y avoir méprise entre un plan d’aménagement concernant l’endroit choisi pour l’installation des conteneurs semi-enfouis au coin de Fournel et chemin Sainte-Anne-des-Lacs et un plan d’aménagement pour le noyau du village. Pour l’instant, il n’y a eu qu’une seule rencontre à ce sujet, mais quelques conseillers s’accordent à dire que ce dossier est toujours remis pour une question de budget.

Après une première année d’utilisation des bacs, M. Pilon suggère une rencontre avec les citoyens pour connaître leur degré de satisfaction. Les résidents auront assurément des pistes de solutions pour les différents désagréments occasionnés par ce système de cueillette. Les solutions sont nombreuses, il ne s’agit que de les faire connaître.

Imprimer