FASS, un succès 

Détail de la photo : Jennifer Zmudu Les danseurs Miguel Anaya et Caitlin Valentine-Ellis dans une scène de Roméo et Juliette
Diane Brault
Diane Brault

Les derniers articles par Diane Brault (tout voir)

L’Intemporel ballet Roméo et Juliette

Diane Brault Le ballet Roméo et Juliette a été présenté le 2 et 3 août au Festival des arts de Saint-Sauveur. Le directeur Guillaume Côté qui a vu ce ballet une multitude de fois, en est toujours émerveillé.

Photo : Diane Brault
Les danseurs Miguel Anaya et Caitlin (Roméo) Valentine-Ellis (Juliette)

En danse, une œuvre n’existe et ne perdure dans le temps que si elle est régulièrement dansée. » Serguei Prokofiev a composé le ballet Roméo et Juliette en trois actes en 1935 et il s’est basé sur la pièce éponyme de William Shakespeare écrite au XVIe siècle. Sous le grand chapiteau de Saint-Sauveur et dans le cadre de son festival annuel des arts, le célèbre ballet a été présenté dans son intégralité. Tous les éléments de la réussite du spectacle y étaient, de l’excellence, de l’énergie et de la beauté.

Profitant d’une distribution professionnelle, harmonieuse et inclusive, plusieurs jeunes danseurs et danseuses de la région ont pu se joindre aux interprètes de la compagnie BalletMet (BM) en tant que figurants lors des représentations. C’est une attention particulière de Guillaume Côté, danseur principal du Ballet du Canada et actuel directeur artistique du Festival, envers la jeunesse des Laurentides. C’était aussi un défi envoyé à son ami Edwaard Liang chorégraphe et directeur artistique du BM qui présentait le ballet.

Scénographie épurée, costumes riches en couleur, décors minimalistes et éclairages efficaces qui amenaient les spectateurs d’une scène à l’autre, de la lumière aux ténèbres de l’histoire. Le chorégraphe a su nous présenter sa vision personnelle du ballet à la fois classique, historique et novatrice. Le Roméo et Juliette de Liang est un mélange subtil mais exigeant de  performances artistiques, théâtrales et sportives mis au service du romantisme. Les intenses et féroces combats au fleuret chorégraphiés par Steven White, réputé spécialiste des combats de scène, furent admirablement exécutés par les danseurs en mouvement, ils ont impressionné le public.

Caitlin Valentine-Ellis et Miguel Anaya ont incarné une Juliette et un Roméo tout en finesse. Après le spectacle, ils ont échangé avec le public. Globalement, l’expérience de danser sur une scène et dans une enceinte aussi réduite qu’un chapiteau leur a plu. La proximité avec le public leur a donné l’occasion de moduler leur jeu théâtral au profil du naturel de la danse. L’impact émotionnel généré par la proximité n’en n’était que plus fort.

Au troisième acte, Scott Brown dans le rôle du père de Juliette a présenté au public un remarquable moment de cet art qu’est la pantomime en compagnie de Caitlin Valentine (Juliette). Capulet devenant fou de rage intimide violemment sa fille qu’il veut marier de force à Pâris. Scott Brown a un physique imposant. Par son jeu, son regard et ses gestes, il a occupé toute la scène. De l’émotion pour le public. Brown est un acteur professionnel au cinéma et un homme de théâtre qui fait carrière aux États-Unis.

Cette œuvre classique de ballet fut un festival de beauté et d’émotions auquel le public a été merveilleusement convié cette année.

Imprimer