Échos du conseil municipal de Sainte-Anne-des-Lacs

Jacinthe Laliberté

Les derniers articles par Jacinthe Laliberté (tout voir)

Jacinthe LalibertéSéance ordinaire du Conseil municipal tenue le 13 janvier 2020.

Conforme à l’annonce faite en décembre, la première séance ordinaire du Conseil de l’année 2020 s’est tenue au Centre communautaire de la municipalité. Les membres du Conseil ont offert leurs vœux de bonne année aux citoyens.

Suivi des démarches pour le chemin Sainte-Anne-des-Lacs

Selon la mairesse, la Municipalité a reçu un accusé de réception provenant du bureau du ministre des Transports, M. Bonnardel. Cette réponse faisait suite à la lettre envoyée en décembre signalant l’état lamentable du chemin Sainte-Anne-des-Lacs. La mairesse s’est dite surprise d’avoir reçu une réponse aussi rapidement. L’avenir serait-il prometteur? Manifeste-ment, un dossier à suivre.

Dépôt des derniers états financiers de l’an 2019

Le directeur-général Jean-Philippe Gadbois a présenté le dernier état financier de l’année 2019. D’emblée, il a demandé aux citoyens de recevoir les résultats de sa présentation avec prudence, puisque plusieurs écritures comptables restent à faire.

Au niveau des revenus, il y a eu atteinte de la cible et plus encore, grâce à un dépassement de 87 000 $ de la taxe de mutation immobilière.

Pour permettre une meilleure compréhension de la situation, M. Dalzell est venu, lors de la période de questions, demander des précisions au Conseil. Ce citoyen voulait connaître le nombre de transactions associées au montant de cette taxe de bienvenue perçue tout au cours de l’année.

Selon le directeur général, cette taxe provenait de la vente approximative d’une centaine de maisons. La mairesse a ajouté que, pour les trois dernières années, il y a eu des surplus de 100 000 $ par année et même plus, en certaines occasions, pour cette taxe.

Au niveau des dépenses, les travaux publics ont cumulé un déficit d’environ 187 000 $ attribué, sans surprise, au déneigement de l’hiver dernier.

Le service des Incendies a, aussi, présenté un déficit évalué approximativement à 50 718 $ provenant principalement de la facturation de services d’entraide qui se définit par une expertise détenue par une Municipalité et sollicitée par une autre lors de situations spéciales. À cette forme d’entraide est toujours rattachée une facture d’où ce montant non prévu au budget 2019.

Forte de cette expérience, la Municipalité a prévu de développer, elle aussi, en 2020, sa propre expertise. Pour ce faire, elle procèdera à l’achat d’un drone d’une valeur de 6 000 $ et y prévoira une formation pour l’obtention d’un permis de pilotage, une obligation inhérente à l’achat.

En définitive, une fois les écritures comptables effectuées et la réception des sommes d’argent de la taxe de mutation à percevoir de l’ordre de 50 000 $, il pourrait y avoir un équilibre budgétaire, ou mieux, un léger surplus de 25 000 $.

Une convention collective signée

Les dirigeants de la Municipalité signeront la convention collective avec le syndicat des employés avant la fin du mois, et ce, pour les cinq prochaines années. L’augmentation prévue à cette convention sera équivalente à l’indice des prix à la consommation (IPC).

Des dons bien appréciés

Trois organismes communautaires en bénéficieront : L’Amicale des ainés (500 $), Héritage plein air Nord (1 000 $) et l’ABVLacs (8 500 $). Le président de ce dernier organisme a remercié le Conseil de cet appui financiere qui permettra de poursuivre le programme des analyses d’eau ainsi que les activités de sensibilisation auprès des jeunes des différents camps de jour de la municipalité.

Il en a profité pour souligner le soutien de la Municipalité qui joindra à l’envoi du compte de taxes le dépliant de l’ABVLACS. Un geste d’appui considéré et considérable pour cet organisme.

Premier achat important pour les Travaux publics

Un règlement d’emprunt a été adopté autorisant l’acquisition d’une excavatrice au montant de 110 000 $. Cet achat a été prévu dans le cadre du Programme triennal d’immobilisations 2020-2022 dans la catégorie Amélioration des infrastructures et services aux citoyens.

  1. Boyer, un citoyen, a posé quelques questions techniques sur le type d’excavatrice ciblé. La mairesse lui a expliqué que le Conseil avait demandé plusieurs prix, ce qui pourrait résulter en un achat à un moindre coût.

Dans le même ordre d’idée, un nouveau camion dit « usagé » a été acheté pour le service de Sécurité civile et des Incendies. Il a été mis aux normes et est, d’ores et déjà, fonctionnel.

Période de questions

Un échange entre M. Boyer, citoyen et certains membres du Conseil, a eu lieu au sujet d’un barrage de castors dans le secteur du lac Parent près du marais Castors. Selon la mairesse, ce barrage a été canalisé en 2018. Il ne devrait donc plus exister. Comme M. Boyer a soutenu fermement sa version qu’un barrage de castor est bel et bien présent et actif, le conseiller Lamarche lui a confirmé qu’il procèderait lui-même à une vérification.

  1. Shapiro a questionné le Conseil au sujet du dossier du lac Ouimet. La mairesse l’a ramené à la réponse donnée en décembre : le Conseil n’avait pas encore rencontré l’ingénieur. Elle espérait pouvoir organiser une rencontre avec ce dernier en janvier, faire l’analyse de ses propositions et présenter aux résidents du lac Ouimet, fin février ou début mars, les résultats des propositions faites par la firme.
Imprimer