Échos du Conseil de municipal de Prévost

Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Yvon Blondin – Compte-rendu de la réunion du conseil municipal de Prévost, tenue le 10 février 2020 à 19 h 30.

Très belle séance pour souligner le milieu de l’hiver; plus de 25 citoyens présents et des échanges civilisés dignes des citoyens de Prévost. Suite à une déclaration du premier ministre Legault, la semaine dernière à Saint-Sauveur, nous aurions dans un avenir rapproché une école secondaire sur notre territoire.

M. Jean Millette avança à la période des questions que l’achat du terrain projeté, une partie du Parc de la Rivière-du-Nord, s’élèverait à 2,5 millions. Le maire l’informe qu’il s’agit d’une somme totale de 480 000 $ qui inclut l’espace nécessaire pour le futur Pôle du savoir. À la suite de l’adoption de la loi 40, il y a quelques jours, on apprend qu’une ville désirant l’implantation d’une école dans son secteur devra faire le don du terrain, mais cette pratique était déjà en vigueur depuis plusieurs années, exemple : l’école du Champ Fleuri ainsi que l’école des Falaises se sont vu attribuer gratuitement leur terrain.

Un contrat de service a été voté entre la Corporation du Parc linéaire du Petit Train du Nord et la Ville de Prévost. Dorénavant, ce groupe s’est vu attribuer la gérance de la vieille gare de Prévost et des activités qui s’y dérouleront ainsi que de son siège social qui y sera établi. Le maire a salué le travail du Comité de la Gare de Prévost qui rénova cette structure en 1997-1998 (celle-ci avait à l’époque l’état d’un bâtiment délabré) ainsi que le travail des bénévoles qui ont maintenu les services aux usagers depuis 21 ans. Nous ne pouvons pas passer sous silence une pétition de 200 signataires qui s’étaient opposés à tout changement.

Gestion des contrats

Notre Ville fera l’acquisition de 2 000 tonnes de gravier supplémentaire pour le sablage de nos rues au coût de 30 980 $. Le maire est surpris que la Ville se trouve déjà à court d’abrasif et déclare qu’il y aura une enquête interne. 

Le contrat pour les travaux de réhabilitation de six rues dans le Vieux-Shawbridge fut attribué à la firme CJRB pour la somme de 2 822 891 $ plus taxes. Il est question des artères suivantes  : Ross (la partie nord de la rue Principale), du Nord, Levasseur, Filiatrault et Guénette. Les travaux effectués seront : le service d’eau potable, les égouts sanitaires, les égouts pluviaux ainsi que les fondations des rues.

Développement durable

Tous les ans, notre Ville analyse le contrat de cueillette et de transport des déchets domestiques et commerciaux, et des matières récupérables. Deux cent soixante et une nouvelles unités (ex. : condos, unifamiliales) se sont ajoutées en 2019.

Varia

Un protocole d’entente avec le groupe Festival Tadam a été adopté. La fête se déroulera entre le 20 et le 25 juillet avec plusieurs chapiteaux et le tout sera axé sur la famille. Monsieur le maire nous promet un événement mémorable.

M. Forgues, directeur des travaux publics (une personne attentive aux besoins des citoyens) a quitté son poste après cinq ans au service de notre Ville.

M. Denis Villeneuve, qui était col bleu, devient dorénavant col blanc. Il était responsable des vérifications et tests de la qualité de l’eau potable; cette tâche lui est toujours dévolue.

Le café des élus, qui était mensuel, devient trimestriel.

Questions des citoyens

Mme Lyne Gariepy revient avec la question de la tour Rodgers pour voir si des développements se sont produits. La réponse du maire est que pour le moment rien ne bouge.

M. Jean-Luc Chartrand a déposé une plainte suite à la disparition d’une bande de terrain et d’arbres contigus à la piste cyclable près du futur magasin Metro. Monsieur le maire l’informe qu’une rencontre de travail est planifiée dans les prochains jours pour discuter de la situation ce qui semble satisfaire, pour le moment, M. Chartrand.

M. Badercher (conseiller municipal de 2014 à 2018) s’inquiète des rumeurs au sujet de la rue Marchand, qui est utilisée par les parents pour aller conduire leurs enfants à l’école des Falaises, et qui deviendrait dans un avenir rapproché, à sens unique. Cette décision embêterait ces mêmes parents, le soir ou le matin, dépendant de la décision que la Ville prendrait si elle va de l’avant avec l’instauration d’une circulation à sens unique. Le maire ne nie pas que cette possibilité est sur la table à dessin.

Mme Amy Guérin, qui écoute la séance du conseil via le WEB, demanda à monsieur le maire si le transport collectif, qui vit plusieurs soubresauts présentement, deviendra plus efficace. Celui-ci concède que des turbulences se sont produites, causées par des changements importants touchant certaines compagnies de taxi situées à Saint-Jérôme, mais que le tout redeviendra à la normale dans peu de temps.

Nouveau volet à la séance du conseil

Les six conseillers auront à expliquer le développement des travaux qui se poursuivent dans chaque poste de travail qui leur est attribué.

M. Joey Leickman, secteur 1 : Environnement durable. Nous serions sur le point d’utiliser des crédits carbone qui pourraient être appliqués pour la plantation d’arbres sur les routes qui sont sous la supervision du MTQ.

M. Pier-Luc Laurin, secteur 2 : Sécurité publique. Celui-ci travaille présentement à une analyse de la sécurité autour de nos écoles et étudie la pertinence d’installer des dos d’âne.

M. Michel Morin, secteur 3 : Comité consultatif en Urbanisme – Tous les mois, lui et son groupe de travail analysent les demandes de dérogations mineures et de changement de zonage.

Mme Michelle Guay, secteur 4 : Comité des Aînés. Celle-ci travaille entre autres sur les besoins de logement, transport et service de Santé.

Mme Sara Dupras, secteur 5 : Politique familiale. Sa tâche concerne les saines habitudes de vie, les consultations et les sondages des besoins.

M. Pierre Daigneault, secteur 6 : Comité culturel. – Ici nous pouvons dire que tout le secteur culturel et ses activités le concernent.

Note de votre chroniqueur : ce qui est écrit sur le travail du maire et des conseillers n’est même pas un pâle reflet de la tâche qu’ils accomplissent, ceci est la réalité ingrate de leur mandat.

Imprimer