Les échos du conseil municipal de Prévost

Yvon Blondin – Compte rendu de la réunion du conseil municipal de Prévost, tenue le 8 juin 2020.

Troisième séance du conseil diffusée sur le Web, la technique est très bien maîtrisée, mais la présence de monsieur le maire et de notre conseil nous manque. Serait-ce possible, en respectant les règles de distanciation que deux ou trois citoyens aillent poser leurs questions en direct de l’hôtel de Ville, parce que c’est là que la réunion de juin s’est tenue ? 

Le projet du Pôle du Savoir a apporté beaucoup d’eau au moulin et de questionnements. On parle ici d’un parc naturel dont une partie va être transformée à coup de scies à chaîne et de béliers mécaniques (ce n’est pas rien !).

Une consultation publique devait avoir lieu, mais, COVID-19 oblige, le tout s’est transformé en consultation écrite qui était prévue entre le 16 avril et le 1er mai, aucun commentaire ne fut déposé et le maire le souligna à deux reprises. Est-ce une carte blanche accordée au conseil pour aller de l’avant ? Si l’on se fie aux commentaires qui furent posés aux citoyens à la période de questions, la réponse est non et l’avenir de l’ancien terrain de golf n’est jamais loin en arrière. De toute évidence, les citoyens concernés ont manqué le bateau en ne se manifestant pas et j’en ignore les raisons; mais serait-il possible que le Conseil mette sur pied un sondage virtuel et qu’entre-temps, il décrète un moratoire, parce qu’ici on parle d’un projet majeur et que l’appui des Prévostois ne serait que bénéfique ?

Du côté du camp de jour, les places disponibles sont déjà réservées, mais l’Hôtel de Ville travaille sur des solutions possibles pour en créer de nouvelles.

Nous avons eu droit au rapport financier 2019. En voici quelques chiffres : le budget 2017 était de 23 951 000 $; et en 2019, il se situait à 28 296 000 $.

Du côté de l’endettement : chaque résidence au compte de taxes supportait en moyenne une dette de 4 238 $; au niveau de la MRC, 4 663 $, ce qui fit dire à monsieur le maire que la santé économique de notre Ville était relativement saine et que la possibilité d’emprunt pour notre Ville était disponible.

Deux projets de résidence pour personnes semi-autonomes verront le jour à Prévost. La première située sur la rue Chopin, et 48 places y seront aménagées; le tout sera géré par le gouvernement du Québec. Quarante-sept résidents du secteur ont levé un drapeau rouge en déposant une pétition expliquant leurs craintes causées par le bruit et la circulation qui y sera engendrée. Selon monsieur le maire, la Ville veillera au grain pour que le tout soit le plus convivial possible… à suivre.

Une deuxième résidence, celle-là privée, verra le jour sur le chemin du lac Écho, à une centaine de mètres à l’ouest de la rue Edmond : 48 personnes se trouvant dans un état semi-autonome ou handicapées pourront y résider. La dame qui pilote le dossier est elle-même infirmière.

Un contrat pour l’achat et l’installation des compteurs d’eau a été accordé à la firme NORDIMEC pour la somme de 455 599 $, taxes incluses.

Une suspension de contrat à l’égard de la Firme Beauregard Environnement a été votée, des pratiques discutables sur les dispositions des boues récupérées auraient été non conformes.

Imprimer