Échos du conseil municipal de Prévost

Yvon Blondin – Compte rendu de la réunion tenue le 13 juillet 2020.

Pour la séance de juillet, le conseil était de retour à la salle Saint-François-Xavier avec toutes les consignes de distanciation en vigueur. Cinquante citoyens auraient pu y prendre place, mais seulement cinq s’y sont présentés. Votre chroniqueur, le mois dernier, avait eu, selon monsieur le maire, une opinion des plus incisives sur le futur projet du Pôle du Savoir. Cela nous amena lui et moi à une visite des lieux. Je suis toujours réfractaire à la coupe d’arbres, mais je dois admettre que cet environnement naturel ne pourra qu’être bénéfique aux étudiants qui y évolueront, sans compter les sports extérieurs qui pourront y être pratiqués. À la séance de juillet, le maire Germain est revenu sur le sujet; pour lui l’achat du terrain est comme chose faite, mais une consultation publique et écrite aura lieu très bientôt, ceci est une décision des plus rassurantes.  

En ce qui a trait à la bretelle d’accès Pôle du Savoir – route 117, la Ville serait présentement en négociation avec le propriétaire de l’ancien terrain de golf et une possible rétrocession de terrain (partielle) serait envisagée. Il s’agirait d’une section qui longe les parties Est et Ouest du cours d’eau, qu’on appelle communément la Coulée. Ladite bretelle d’accès serait projetée le long de la section Ouest du cours d’eau.

Nous apprenons que la corporation du P’tit train du Nord a pris possession de ses locaux à la vieille gare et deviendra le point de ralliement des soixante patrouilleurs du circuit.

Le contrat de déneigement et de sablage des chemins du secteur A, qui avait été accordé à l’entreprise Lake, a été résilié suite à la recommandation de l’Autorité des Marchés publics, l’entreprise n’étant plus inscrite au registre des contractants pour réaliser des contrats de plus d’un million. Monsieur le maire ajoute qu’il n’avait d’autre choix que de se soumettre à la recommandation, même si ceci ne lui plaisait pas du tout.

Un contrat d’une durée de cinq ans en partenariat avec la ville de Saint-Hippolyte a été voté pour la récupération des matières résiduelles (les bacs bruns, bleus et verts) au coût, pour Prévost, de 5 848 000 $ plus taxes. Cette entente réduira les coûts à venir de 20 %, mais nous subirons quand même une augmentation de 30 $ annuellement. 

Toutes les clés qui serviront pour les bâtiments de la Ville seront, très bientôt, numériques. L’opération sera réalisée au coût de 31 800 $ plus taxes par la compagnie 9409-4847 Québec Inc.

Les travaux de restauration du presbytère ont coûté 24 746 $ : peinture, sablage, infiltration d’eau et autres travaux ont été effectués. Monsieur Germain remercie le marguiller Henri Alexandre pour son implication.  

Le dépôt de l’étude d’opportunité pour notre bibliothèque a été présenté par le maire, nous apprenons que celle-ci respecte seulement 22 % des normes gouvernementales, attendez-vous qu’à court ou moyen terme un investissement majeur soit effectué de ce côté.

Dans le dossier des infrastructures du magasin Métro qui devrait être en opération en décembre, la Ville injectera une somme additionnelle de 40 000 $ pour les trottoirs et 39 000 $ pour le système d’eau potable.

Questions du public

M. Archambault de la rue des Mésanges s’informe de l’avancement des travaux de Bell Canada qui doivent amener un service Internet efficace au lac Écho. Le conseiller du secteur, Pierre Daigneault répond que ces travaux ont débuté au lac René : ils seront en fonction très bientôt. En ce qui a trait au secteur du lac Écho, le tout devrait être opération au printemps 2021.

M. Gilles Chartrand de la rue Guénette; ce citoyen n’est manifestement pas heureux de la décision de mettre cette rue à sens unique vers le sud, celle-ci est parallèle au stationnement de la vieille gare. Il aurait aimé être consulté préalablement. 

Mme Carole Baillargeon de la rue Simon réside sur la rue située à l’arrière de l’hôtel de Ville et du garage municipal depuis 30 ans. Elle se plaint de subir à toutes heures du jour et de la nuit des bruits des plus désagréables. Monsieur le maire a pris en considération sa demande et s’en occupera.  

M. Yvon Blondin s’inquiète des développements de travaux visant à l’ouverture du pont Shaw. Le maire Paul Germain se dit en communication, presque quotidiennement avec le MTQ, mais tout semble au point mort. La conseillère du secteur, Monique Guay ainsi que le conseiller Pierre-Luc Laurin, sont tout aussi inquiets de cette paralysie et cherchent une solution qui serait permanente au problème des deux structures, c’est-à-dire les gabarits du pont qui sont arrachés régulièrement par des camionneurs qui ignorent la hauteur de leur véhicule. Du même élan, monsieur Blondin demande au maire de vérifier si des dépôts de sable se sont accumulés sur les poutres de ce pont, cela avait amené des problèmes majeurs de rouille il y a plusieurs années sur l’ancienne structure. Il demande de veiller à un nettoyage préventif. 

Mme Monique Dion de la montée Sainte-Thérèse demeure à l’intersection montée Sainte-Thérèse et Duverger. Elle subit, depuis l’installation d’un arrêt à cet endroit, les odeurs et les bruits causés par les camions poids lourds (diesel, changements de vitesse); une pente ascendante en direction sud n’aide en rien à la cause. Monsieur le maire a pris note de cette situation.

Imprimer