Bourse d’excellence à Piedmont

Bourses pour les jeunesAlexandre Cormier, Laurence Desrosiers, Arielle Desrosiers et Jérémy Sauvageau ont tous reçu une bourse de 2 000 $ de la Municipalité de Piedmont. – Photo courtoisie
Les derniers articles par Émilie Corbeil (tout voir)

Quatre jeunes athlètes récompensés

Émilie Corbeil – Lors de la séance du Conseil du 2 novembre dernier, madame Nathalie Rochon, mairesse, ainsi que les membres du conseil municipal de Piedmont ont remis 2000 $ en bourse à quatre jeunes athlètes piémontais, et ce, afin de souligner l’excellence de leur parcours. Le Journal a pu s’entretenir avec trois d’entre eux – tous motivés, disciplinés et très heureux de voir leurs efforts récompensés.

Alexandre Cormier, 15 ans

Alexandre Cormier a été nommé athlète révélation de l’année à Ski de fond Québec. En 2019-2020, il s’est classé deuxième au cumulatif de la coupe Québec, tout en se démarquant dans le domaine scolaire. Il gagne ce prix pour la deuxième année, et la bourse l’aidera peut-être, cette année, à participer à une course à Canmore, en Alberta

Alexandre pratique le ski de fond depuis à peine trois ans. C’est son père qui l’a initié à ce sport, et il n’en a pas démordu depuis. Étudiant en sport-études avec l’équipe des fondeurs de la Polyvalente Saint-Jérôme, il peut s’entraîner intensivement tout en continuant son parcours scolaire qui s’annonce long, puisqu’il souhaite devenir médecin spécialiste. La chirurgie et la cardiologie l’intéressent particulièrement.

Depuis la première vague de la COVID, Alexandre doit s’entraîner seul. Qu’à cela ne tienne, il a maintenu un rythme d’entraînement soutenu, en faisant de la course à pied sur le mont Olympia, du vélo et de la musculation.

Jérémy Sauvageau, 14 ans

Jérémy Sauvageau pratique le ski acrobatique et le ski de bosses, deux sports pour lesquels il représente un espoir olympique. Très heureux de remporter le prix pour une deuxième année, il a spécifié au Journal que la bourse allait l’aider à payer les nouveaux skis de saut dont il avait besoin. Élève à l’Académie Lafontaine, il est libéré une journée par semaine pour pratiquer son sport.

Jérémy attend la neige avec impatience et s’entraîne dans un centre spécialisé de Québec d’ici à ce qu’elle arrive. Il y fait du trampoline, du plongeon et fait ce que l’on appelle de la rampe d’eau, une glissade sur tapis qu’il est possible de descendre en ski pour atterrir dans l’eau. La COVID n’a pas eu beaucoup d’impact sur sa routine jusqu’à maintenant. Jérémy avoue toutefois qu’il est bien chanceux d’avoir un « gym » à domicile.

Jérémy souhaite devenir pilote, un apprentissage qu’il lui sera possible de faire tout en s’entraînant, puisqu’une école de pilotage se trouve à proximité de son lieu d’entraînement à Québec.

Laurence Desrosiers, 16 ans

Laurence Desrosiers excelle dans le ski alpin. Elle est membre élite de la division laurentienne et rêve d’intégrer l’équipe Québec, par laquelle elle a été identifiée « athlète relève ». Elle remporte le prix pour une troisième année et trouve vraiment « le fun » de voir la Municipalité reconnaître ses athlètes de la sorte. La bourse lui donnera, encore cette année, un coup de pouce pour payer les frais associés à son sport.

Laurence, qui souhaite devenir avocate, doit travailler d’arrache-pied pour garder la tête hors de l’eau au niveau scolaire, tout en maintenant son rythme d’entraînement. Son école, le Collège de Montréal, est reconnue pour bien s’adapter à la dynamique des sportifs d’élite. N’en demeure pas moins que Laurence doit condenser ses périodes d’apprentissage et y travailler très intensivement pour pallier ses longs moments d’absence. Cette année, l’école offre pour la première fois des cours en ligne, ce qui aide beaucoup selon elle.

La COVID a présenté son lot d’embûches pour l’athlète cette année : un arrêt complet d’entraînement lors de la première vague, un retour à l’entraînement d’équipe, puis un second arrêt à l’arrivée de la deuxième vague ont ponctué l’année 2020, dont le bilan est toutefois positif : Laurence a connu une de ses meilleures saisons malgré tout.

Arielle Desrosiers, 11 ans

Arielle Desrosiers, 11 ans à peine, est très fière de « faire comme sa grande sœur ». Elle fait partie de l’équipe de compétition de ski alpin du mont Saint-Sauveur et reçoit le prix pour la première fois. Cette année, elle intègre l’équipe Élite de la division Laurentides. À la veille de quitter pour un camp d’entraînement de deux semaines, elle devait rester en quarantaine pour les deux semaines précédentes. Et pendant ces 14 derniers jours, elle a réussi à terminer son plan d’études qui était prévu pour un mois entier.

Imprimer