Les échos du Conseil municipal de SADL

Séance ordinaire du Conseil municipal tenue le 9 novembre 2020.

Jacinthe Laliberté– Une séance houleuse à bien des égards, devant plus d’une vingtaine de citoyens présents dans la salle, sans compter ceux qui suivaient la séance du Conseil via le Facebook de la Municipalité.

Encore une fois, un ajout de dernière minute

Au moment d’adopter l’ordre du jour, le conseiller Jean-Sébastien Vaillancourt a demandé d’ajouter un point concernant l’achat d’un tracteur pour le déneigement des stationnements municipaux du noyau villageois au coût de 82 500 $, taxes en sus. « Comme il reste près de 7 000 $ de frais de déneigement non soumis à des contrats pour l’hiver 2021, cet achat s’impose. » 

Le résultat du vote, demandé par la conseillère Luce Lépine, se termina par un compte égal de trois contre trois. Or donc, la mairesse utilisa son droit prépondérant en faveur de cet achat. 

Des échanges soutenus ont suivi le vote : demande de plus amples informations concernant le devis et les coûts par le conseiller Harvey; explications sur les raisons de la hausse des prix donnés par les entrepreneurs locaux lors d’une consultation auprès de ces derniers par le conseiller Grégoire; analyse, transmise par la mairesse, des différents facteurs reliés à l’achat dudit tracteur, comme les coûts d’entretien et d’assurances ainsi que les prévisions d’utilisation.

La suite a permis de comprendre où se situait le réel débat. Les exigences très élevées de la part de la Municipalité expliqueraient l’augmentation des prix des entrepreneurs locaux pour le déneigement. « Le prix, pour moi, est juste. Il est le reflet de ce qui est demandé comme service par la Municipalité », a signifié le conseiller Harvey. 

Quant à madame Hamé Mulcair, elle a amené les élus sur une voie totalement différente : la sous-traitance « Est-ce vraiment la question ? Même si le prix était juste, est-ce vraiment responsable d’octroyer ces contrats pour une saine gestion de la Municipalité? » Selon elle, la sous-traitance a toujours été très onéreuse pour les Municipalités en précisant que Sainte-Anne-des-Lacs n’était pas une exception à la règle. Ses dires s’appuyaient sur des documents officiels de la recherche canadienne sur la sous-traitance municipale.

Nonobstant ces explications, le Journal, ne sachant comment il est possible de revenir sur une décision déjà entérinée lors de la séance du Conseil d’octobre, a demandé des précisions. Selon le conseiller Grégoire, lors du dernier Conseil, c’est l’octroi des contrats de déneigement qui était visé et non pas l’achat du tracteur.

Une incohérence demeure, puis-que lors du dernier Conseil, la sollicitation d’un vote par le conseiller Harvey pour contrer l’achat dudit tracteur avait effectivement conduit au rejet de cette demande à trois contre deux. Somme toute, cet achat n’a pas fait l’unanimité.

Une contestation plus que vive de la part des citoyens du chemin des Lilas – Plusieurs citoyens sont venus décrier le projet de sortie d’urgence vers le chemin des Lilas. Messieurs Saint-Germain, Maguire, Landry, mesdames Léonard et Marcotte, notamment, sont venus à tour de rôle exposer leurs craintes.

Pendant ces plaidoyers, le conseiller Vaillancourt a tenté, un tant soit peu, de calmer les appréhensions de tous. Au demeurant, cet enjeu de sortie d’urgence va à l’encontre d’un principe environnemental : toucher à un boisé pour créer un lien routier.

M. Courteau a demandé une rencontre publique bien structurée pour que tous les citoyens concernés puissent y être conviés. Il a même offert son aide aux membres du Conseil. La mairesse lui a confirmé cette rencontre.

Présentation de la Politique environnementale – Une première à Sainte-Anne-des-Lacs : une politi-que environnementale. Ginette Grenier et Thomas Mulcair, deux représentants du comité de la politique environnementale sont venus présenter par le biais d’une présentation électronique les grandes lignes de cette politique notamment les principes directeurs, les objectifs ainsi que les actions ciblées d’un programme bien défini qui devrait être mis en œuvre au cours des cinq prochaines années. 

Le Conseil a bien accueilli cette politique. Il en fera l’analyse le plus rapidement possible pour une éventuelle adoption. Pour l’instant, les documents ne peuvent être rendus publics, la Politique n’étant pas encore adoptée.

Autres sujets d’actualité

Nomination d’un maire suppléant – Catherine Hamé Mulcair occupera le siège de maire suppléant de novembre 2020 à novembre 2021 inclusivement.

La guignolée – La mairesse a confirmé au Journal des nouvelles de dernières minutes. La guignolée aura lieu le 12 décembre. « Les gens devront apporter leurs denrées non périssables au Centre communautaire. Des bénévoles seront présents pour transporter les denrées à l’intérieur. Particulièrement cette année, le besoin est encore plus présent. Il y aura, aussi, un barrage de pompiers. En tout temps, des changements seraient susceptibles de se produire. »

Activités de « Vie communautaire » – Le comité des Loisirs, de la Culture et de la Vie communautaire a décidé de mettre l’emphase sur « la vie communautaire » pour la saison hivernale. Différents concours, comme celui de l’illumination du cœur du village, ont déjà été annoncés sur le site de la Municipalité.  

Départ de madame Suzanne Perras – Cette dernière a occupé le poste de secrétaire administrative durant près de sept ans.

Bilan des activités du parc Irénée-Benoit – Un service très utilisé cette année, et ce, même si le site ne fut ouvert que 28 jours comparativement à 57 jours l’an passé. Pour la location des embarcations, il y a eu 120 locations en 2019 et 167 en 2020. Plus de 95 % des utili-sateurs furent des citoyens de la Municipalité.

Imprimer