Retour sur les éditions passées

les 20 ans du journal des citoyens

Préoccupation environnementale

Carole Bouchard – Le journal a toujours fait un suivi sur les initiatives locales concernant la protection de l’environnement.

La vigilance et l’implication des citoyens ont souvent été garantes de la réalisation de belles initiatives locales. Si on pense à la rivière du Nord où un suivi a permis d’informer aussi bien les citoyens que les Municipalités sur son taux de pollution – de la protection d’une héronnière qui a obligé la Ville à reconnaître la valeur des milieux humides – de cueilleurs qui ont permis de récupérer dans les arbres fruitiers des résidents les fruits qui auraient pourri au sol…

Mars 2004 – « L’Héronnière – Avec cette vue aérienne, on distingue aisément 4 des 5 nids de hérons. Peut-être arriverons-nous à protéger ce magnifique territoire et à le partager avec ces hôtes ! », écrivait Stéphane Parent, citoyen de Prévost. En février 2003, celui-ci écrivait : «Un vent de changement était perceptible lors de la dernière réunion du conseil de Ville de Prévost. Plus une feuille n’était chiffonnée, seule la nécessité́ de protéger la héronnière semblait vouloir rallier les élus… Site de nidification des grands hérons qui sillonnent les lacs Écho, Renaud, René, et St-François, depuis des décennies, la héronnière constitue le refuge idéal et ce, tout près des limites territoriales de Prévost et de Saint-Hippolyte… Formation d’un comité ad hoc sur la gestion des terres humides

Mars 2010 – Dans le passé, la rivière du Nord a servi à amener les premiers colons, puis à flotter le bois et produire l’énergie pour nos usines. Dans les années cinquante, c’était devenu un égout, un dépotoir; l’entrepreneur qui faisait la collecte des déchets à Prévost avait son dépôt dans une coulée à la tête d’un rapide et il poussait les ordures dans le courant avec son tracteur. À quoi pourrait servir notre rivière?

Mars 2016 – Depuis quelques années, la Fondation Rivières s’applique à colliger et à analyser les données disponibles1 pour produire un portrait du niveau de pollution dans les rivières québécoises. Ce bilan est, entre autres, issu de l’analyse de la performance des 18 stations d’épuration des eaux usées bâties sur le cours de la rivière du Nord… Mais un nombre de surverses inquiétant – Mais du même souffle, la Fondation déplore que les « débordements d’eaux usées non-traitées se poursuivent allègrement dans le fleuve et les rivières, particulièrement dans la rivière du Nord […] ». – Valérie Lépine – La Fondation Rivières sonne l’alarme

Mars 2017 – Une grande dame s’est éteinte. Thérèse Gaudet nous a quittés le 22 février de cette année à l’âge mémorable de 95 ans. Nous vous présentons des témoignages de gens qui l’ont connue et aimée. Rappelons qu’elle était la compagne de feu Jean-Charles Desroches, de qui notre bibliothèque tient son nom. Les funérailles seront célébrées le samedi 25 mars à 10 heures en l’église Saint-François-Xavier de Prévost. Une grande dame dont on se souviendra

Thérèse Gaudet habitait sur la ferme La Chanterelle, ce magnifique espace qu’elle a légué à la Fondation DITED avait appartenu à au couple Thérèse Gaudet et Jean-Charles Desroches très impliqué dans notre communauté. «Bref, du haut de ses quatre pieds dix, c’est une grande dame qui nous a quittés. Elle a tour à tour été un peu notre mère, beaucoup notre amie, puis notre petite soeur alors que la vie lui aura repris la vivacité dont elle l’avait d’abord gratifiée. – Il ne nous reste qu’à souhaiter que ses pensées nous accompagnent et nous inspirent. », écrivait Serge Bouillé.

Mars 2018 –…Notre premier projet, les «Cueillettes solidaires », nous a permis de récolter des fruits qui autrement auraient été perdus. Par une entente entre propriétaires d’arbres fruitiers, la Ville de Prévost et les cueilleurs bénévoles, nous évitons le gaspillage et lorsque possible redistribuons les récoltes par le biais de la banque alimentaire. Ces fruits trouvent donc un nouvel avenir !  Le collectif «Bouffe ta ville»

« Bouffe ta ville! » Un collectif de citoyens en agriculture urbaine qui à Prévost avait réussi à récolté plus de 550 livres de fruits, qui auparavant se perdaient et pourrissaient au sol… et les cueillettes se poursuivent! écrivait Myrielle Des Landes en septembre 2016. Un beau projet qui s’est malheureusement terminé, faute de relève.

Mars 2003 – La publicité en page 3 présente des maisons à vendre : Boisé de Prévost – Sur beau terrain de 54000 pc avec vue sur les montagnes, 3 cac, comb. lente, planchers tout bois. 179 900 $ – Prévost, belle construction 1993, terrain de 43000 pc. 3 cac, combustion lente, vue sur les montagnes. 159 900 $ – Sur un terrain de 11 000 pc, tout près de l’école, parcs de villégiature, pisc h.t, 24’. grand deck, 3 cac 154 900 $ – Sur beau terrain boisé de 49 000pc avec vue sur le ranch et montagne, foyer, 2 cac. bachelor. 132 500 $… 

Alors qu’on observe une augmentation hors du commun des prix des maisons durant cette année de pandémie où des résidences évaluées à près de 300 000 $ se sont vendues à 500 000 $, en 2003, des résidences sur plus de 45000 pi2 de terrain pouvaient être acquises pour moins de 200 000 $; de quoi faire rêver ou pleurer, c’est selon.

Imprimer