Sentiers de plein air

Sentier plein air et vélo, journal des citoyens
Anthony Côté
Les derniers articles par Anthony Côté (tout voir)

Réduire les risques d’accident

Anthony Côté – Depuis ce printemps, les gestionnaires de sentiers de plein air partout au Québec, surtout de vélo de montagne, reçoivent des avis de non-renouvellement de leur police d’assurance responsabilité pour les activités sportives dans leur réseau de sentiers.

Une crise traverse présentement l’industrie des assurances au Québec, voire au Canada. Les assureurs subissent des pertes dans beaucoup de domaines et ils réévaluent leur tolérance au risque. L’engouement pour les activités sportives en plein air a amené beaucoup de novices à chercher de nouveaux défis. Mais qui dit novices, dit plus de risques d’accident. Les gestionnaires de réseau de sentiers se voient obligés d’être proactifs pour rendre les activités dans leurs sentiers les plus sécuritaires possible en fonction de l’expérience de leurs utilisateurs. 

Vélo Québec propose de mettre en place un programme de gestion du risque1. Un tel programme permet à un organisme de « gérer » de façon méthodique les risques d’accident. Le programme ne se limite pas exclusivement au vélo de montagne, mais à toutes les activités de plein air où il y a risque d’accident. Le programme peut se résumer à certaines actions :

  • Choisir et implanter une méthode d’aménagement et de construction de sentiers selon une norme reconnue; appliquer un système de classification des sentiers; annoncer et mettre en pratique des règlements de bonne conduite.
  • Identifier et documenter tous les lieux à risque d’incident dans les sentiers; établir la probabilité que l’incident ait lieu et à quelle fréquence en tenant compte du niveau de compétence de l’usager.
  • Identifier des interventions possibles pour réduire, voire éliminer le risque à chaque endroit. La gamme de solutions va d’une modification majeure des lieux à ajouter un affichage avertissant l’usager du risque qui est devant lui et du niveau de compétence requis pour s’y engager.
  • Mettre en place un programme de mesures d’urgence pour un accident requérant des premiers répondants et un transport hors du site; obtenir un rapport sommaire des interventions et inspecter le lieu de l’incident, apporter des correctifs si possible.
  • Instaurer un programme d’inspection fréquente des sentiers et d’entretien diligent; toutes les interventions sont documentées dans un registre.

Il est recommandé de faire évaluer le programme de gestion du risque de son organisme par un conseiller externe en gestion du risque. De l’avis de Sacha Vaillancourt du Groupe BFL Canada, courtier d’assurance, avec un travail sérieux et méthodique, les chances de trouver une compagnie qui veuille assurer l’organisme et les activités dans ses sentiers deviennent possibles. Ainsi, l’organisme se retrouvera avec une prime d’assurance bien adaptée aux risques réels dans son réseau de sentiers.

  1. Guide d’aménagement de sentiers de vélo de montagne, ADSVMQ, Vélo Québec Association, 2009
Imprimer