Usine d’épuration à Sainte-Adèle
Début des travaux, après deux ans de retard

Salle de Nouvelles
Salle de Nouvelles

Les derniers articles par Salle de Nouvelles (tout voir)

Jean-Reno Chéreau, août 2010 – Selon l’échéancier de l’entrepreneur fourni par le maire Réjean Charbonneau, les travaux s’échelonneront d’août 2010 à mars 2011. La rénovation de l’usine permettrad’installer de l’équipement destiné àremplacer la machinerie vieillissante de la station en plus d’effectuer des modifications dans ses salles. Entre autres, un émetteur à ultravioletpermettra une élimination substan-tielle du nombre de coliformes fécaux rejetés dans la rivière du Nord. Selon les dernières informa- tions disponibles, le nombre de bac- téries rejetées dans la rivière serait réduit à 5000 UFC/100ml, quoique cette information ne peut pas être confirmée par le maire. « Cependant, une fois les travaux complétés, on va suivre de près la quantité de coliformes fécaux rejetés dans la rivière », affirme ce dernier.

Durant l’année 2009, le Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du Territoire (MAMROT) évalue que la station d’épuration de Sainte- Adèle a rejeté 34 118 UFC/100ml en moyenne dans le cours d’eau.

Rappelons qu’en mai 2007, l’administration Cardinal annonçait un échéancier qui prévoyait le début des rénovations de la station d’épuration Mont-Rolland au printemps 2008. En août 2008, une nouvelle date était communiquée par Richard Blouin, directeur-général de la Ville, soit en février-mars 2009. Tel que rapporté dans le Journal, le retard était selon M. Blouin, attribuable aux nouvelles analyses demandées par la munici- palité, en plus des demandes de sub- ventions soumises au MAMROT. En avril 2009, un nouvel échéancier était donné par l’administration Descôteaux. Les travaux sur la sta- tion d’épuration débuteraient durant l’automne 2009, une fois les procédures administratives complé- tées. L’échéancier que l’on connaîtmaintenant a été annoncé en mai 2010.

Bien que le maire s’abstienne de critiquer les administrations précé- dentes, il ne cache pas sa déception face aux échéances moult fois repor- tées depuis deux ans. « Durant ma campagne électorale, la priorité était de s’occuper du dossier de la station d’épuration ainsi que la station de pompage de la rue Dumouchel. […] En janvier, les plans du projet n’étaient pas complétés. Ils le sont maintenant ».

Mentionnons que la réparation de la station d’épuration se fait dans un vaste programme d’amélioration des infrastructures septiques de la municipalité. En effet, d’autres tra- vaux entrepris sur les rues avoisinant le lac Rond ajouteront un système d’égoût pluvial. Ainsi, l’eau de pluie recueillie par ce système ne surchar- gera plus la station d’épuration et ses ouvrages de surverse.

Un développement immobilier sous moratoire

Le maire a confirmé avec le Journal qu’un moratoire est en vigueur à Sainte-Adèle-des-Monts depuis 2003 qui a trait à son déve- loppement immobilier. Selon les propos de M. Charbonneau, une rencontre sera probablement orga- nisée en août entre la municipalité et le MDDEP, afin de discuter de l’éventuel retrait du moratoire. « Les terrains sont vendus, mais il y a des gens qui attendent la fin du moratoire pour construire leur immeuble. Tous ces projets sont gelés,puisqu’on ne peut pas prolonger les égouts. » Les conditions du retrait sont cependant connues du maire.« Les corrections sur l’usine d’épuration doivent être apportées et l’égout pluvial de la rue Dumouchel doit être corrigée. »

Ce que la Ville entend faire au cours des prochains mois

Déjà, soulignons que le maire de Sainte-Adèle a récemment fait ins- taller un panneau indiquant à ses citoyens, l’interdiction de se baigner dans la rivière du Nord près de l’ou- vrage de surverse. L’affiche est pré- sente près du pont du chemin de la rivière, en amont de la station d’épuration située à 400m.

Au cours des prochains mois, le maire a une bonne idée des dossiers qu’il aura à traiter. « On va terminer nos travaux et valider la qualité de l’eau rejetée par la station d’épuration. On va également évaluer la quantité d’eau rejetée dans la rivière du Nord pour savoir si les égouts pluviaux ont eu un impact. Après, on envoie ces données au ministère de l’Environnement pour qu’il lève le moratoire ».

Enfin, soulignons que M. Charbonneau n’est pas hostile à l’implantation d’un programme d’échantillonnage à l’intérieur de son territoire. Cependant, la priorité pour Sainte-Adèle est de compléter les travaux enclenchés. « On regar- dera ensuite ce qui peut être fait pour améliorer la rivière du Nord. »

Imprimer